Projection-débat, 10 949 femmes, Nassima Guessoum, Paris, Espace Saint-Michel, 18 mai 2016

Les associations APEL-Égalité et ACDA organisent une projection du film documentaire 10 949 femmes (Algérie, France – 2015 – 76′), de Nassima Guessoum, qui sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Un teaser est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 18 mai 2016, à 20 heures
Espace Saint-Michel
7, place Saint-Michel, 75005 Paris


A Alger, Nassima Hablal, héroïne oubliée de la Révolution algérienne, me raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante.
Charmante, ironique et enjouée, elle me fait connaître ses amies d’antan: Baya, infirmière dans les maquis et Nelly, assistante sociale dans les bidonvilles de la capitale. A travers ses récits je reconstitue un héritage incomplet. En interrogeant l’Algérie du passé, je comprends l’Algérie du présent, restaurant une partie de mon identité.
Ainsi, l’Histoire se reconstitue à la manière d’une grand-mère qui parlerait à sa petite-fille.
Ce film donne à voir cette transmission de la première à la troisième génération, mais il va au delà. Chaque année, je rends visite à Nassima: un lien se tisse, une relation d’affection s’installe, permettant une rare intimité.
10949 femmes, est un film à propos et entre femmes mais c’est un récit universel qui met à l’épreuve la question de la liberté : qu’est ce que la liberté ? Quel est son prix ?

 

Retour sur l’exposition

L’exposition Made in Algeria a fermé ses portes hier.

Pour revivre l’exposition, suivez Katia Kameli, Nadira Laggoune et Zahia Rahmani dans les cimaises !


Made in Algeria avec Zahia Rahmani par lemucem


Made in Algeria avec Nadira Laggoune par lemucem


Made in Algeria avec Katia Kameli par lemucem

D’autres ressources vidéos sont disponibles sur la chaîne Dailymotion du MuCEM consacrée à l’exposition.

Ruralités maghrébines, Paris, 11 mai 2016

Journée d’études organisée par le GREMAMO
(Groupe de Recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient),
laboratoire CESSMA

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 864, 9h-18h

10h15 : Didier Guignard, historien, IREMAM, Aix-en-Provence
Rythmes, formes et impacts des processus de la dépossession foncière en Algérie (19e-20e siècles)

Le programme complet de la journée est disponible sous ce lien.


 

Le 11 décembre 2015, lors d’un premier séminaire Ruralités maghrébines, nous avons pris acte de la surprenante résilience des populations rurales : dans les trois pays, elles se maintiennent généralement, alors que diminuent et parfois s’effondrent les revenus qu’elles peuvent tirer de leurs agricultures et élevages. Un réel mal-développement persiste cependant : en dehors des périmètres irrigués, les campagnes offrent souvent le spectacle de vastes étendues dénudées, livrées à des cultures épisodiques et à la vaine pâture ; aux échelles nationales, les productions agricoles connaissent des variations interannuelles de grande ampleur et stagnent à moyen terme.
Pour comprendre ces phénomènes, il faut se référer aux mutations induites par la colonisation et les protectorats dans l’histoire agraire des trois pays. Antérieurement aux pénétrations européennes, en effet, les collectivités qui s’englobaient les unes les autres, depuis le village ou le ksar jusqu’à la grande tribu, assuraient leur survie en exploitant des territoires qui intégraient, au sens fort du terme, des ressources en eau, des forêts, des terres cultivables, des parcours…
A partir de la colonisation en Algérie et de la mise en place des protectorats en Tunisie et au Maroc, les collectivités ont perdu au moins une part de leurs espaces et toute possibilité leur a été enlevée de les gérer intégrés dans des ensembles : leurs territoires ont été amputés, souvent démembrés, et il s’en est suivi des déstructurations sociales de grande ampleur. Une importante proportion des meilleures terres cultivables a été accaparée par la colonisation, en Algérie surtout. Dans les trois pays, les forêts sont devenues « domaine privé de l’État » et les eaux d’irrigation elles-mêmes ont été domanialisées. Une nouvelle grille de statut foncier, totalement discordante par rapport aux anciens territoires, a été plaquée sur les campagnes. Dès que furent mises en place les administrations centralisées contemporaines, les collectivités anciennes ont perdu toute autonomie pour la gestion leurs ressources.
Ces évolutions, désormais inscrites dans les organisations socio-spatiales, sont, bien sûr, irréversibles. Mais elles ont rendu impossible la pleine valorisation des finages villageois comme celle des anciens territoires tribaux. Nombre de problèmes, tels ceux des « terres collectives » immatriculées s’avèrent insolubles. A l’inverse, certaines pratiques ou disciplines anciennes, rigoureusement adaptées aux potentialités des milieux, ont apporté la preuve de leur efficience et méritent d’être rappelées : le but de la journée est d’en tenter une évaluation et d’évoquer certaines tentatives pour « refaire du social » autour de ressources communes.

Bourses du Centre allemand d’histoire de l’art (2016-2017), « L’art en France à la croisée des cultures », appel à candidatures, jusqu’au 15 mai 2016

Le Centre allemand d’histoire de l’art Paris consacrera son sujet annuel 2016/2017 aux liens entre l’art en France et celui d’autres régions du monde.

Depuis toujours, la France est au confluent de différentes cultures. Les relations avec les pays voisins, notamment l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et les Pays-Bas, font déjà l’objet d’études fouillées dans le domaine de l’histoire de l’art. Il s’agira donc d’orienter davantage la focale sur les interactions avec des territoires d’autres continents, en particulier l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. S’il ne serait pas possible de penser les échanges dans lesquels s’est inscrit l’art en France indépendamment de la politique coloniale de l’hexagone  ̶  qui, depuis le XVIème siècle, s’est efforcée avec un succès variable de donner au pays la stature d’une grande puissance  ̶  le sujet annuel a expressément vocation à inclure aussi des projets se situant hors des frontières de l’empire colonial français. De même, il conviendra de porter le regard au-delà de Paris, afin de prendre en considération d’autres hauts lieux de rencontres transrégionales que la seule « capitale du XIXème siècle ». Sur le plan de la chronologie, l’attention portera sur le XIXème et le XXème siècle.

Les informations détaillées sont disponibles sous ce lien.

Continuer la lecture de Bourses du Centre allemand d’histoire de l’art (2016-2017), « L’art en France à la croisée des cultures », appel à candidatures, jusqu’au 15 mai 2016

Appel à contribution, CRASC-IRMC, jusqu’au 1er mai 2016

Dans le cadre de leur collaboration scientifique, l’IRMC de Tunis et le CRASC d’Oran lancent un appel à contribution pour la publication d’un ouvrage collectif sur La jeune recherche en sciences sociales en Algérie. L’ouvrage [sous la direction de Karima Dirèche (Directrice de l’IRMC), Amar Mohand-Amer (chercheur permanent au CRASC) et Fouad Nouar (chercheur permanent au CRASC)] se veut une photographie actuelle de la recherche académique algérienne. Il propose des angles d’analyse divers et privilégie des sujets inédits et originaux dans des approches disciplinaires différentes (histoire, anthropologie, sociologie, droit, géographie, sciences politiques…). Les questions de société, d’économie, de sociologie politique et de relectures historiques seront sélectionnées en priorité.

L’appel à contribution est destiné principalement aux jeunes chercheurs des universités et Centres de recherche algériens (docteurs ou doctorants avancés).

Les propositions d’articles doivent être obligatoirement inédits et ne pas avoir été publiés auparavant.

Les textes retenus par le comité de sélection ne doivent pas dépasser 30 000 signes (espaces compris).

Les textes en langue arabe seront traduits en langue française. Au final, deux ouvrages seront publiés, en arabe et en français.

Les personnes intéressées peuvent envoyer leur proposition d’article (30 lignes maximum) avant le 1er mai 2016 en langue arabe ou en langue française à l’adresse :
jeune.recherche@crasc.dz

« Concrete Spring. » Oscar Niemeyer, Algeria and the Architecture of Revolution / 15-29 avril 2016 / Ambassade du Brésil, Londres

Les photographies de Jason Oddy présentées dans l’exposition Made in Algeria constituent une sélection d’une série plus vaste.

Ses captures des architectures d’Oscar Niemeyer en Algérie seront présentées à l’Ambassade du Brésil à Londres du 15 au 29 avril 2016.

Plus d’informations sous ce lien.

Illustration : Jason Oddy, Double Glass, University of Mentouri, Constantine, Algeria, 2013, C-type print

Socialismes africains / Socialisme en Afrique – Colloque, Paris, CNRS, Université Paris 1, 7-9 avril 2016

Colloque organisé par le CRIMIC, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la FMSH, l’EHESS, l’IMAF, l’Agence universitaire de la Francophonie, le CHS, l’Université Paris-Sorbonne, la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Gabriel Peri, le CESSMA et LAM, en partenariat avec RFI.

Les histoires du, des socialismes, qu’ils soient ou non « réels » oublient systématiquement l’Afrique.
Or il a existé en Afrique de très nombreux régimes qui se sont réclamés du socialisme « africain », ou « scientifique », de même que de très nombreux opposants qui ont d’autant plus cherché leur inspiration dans les outils théoriques construits par le marxisme –ou sa vulgate-, que celui-ci leur semblait proposer une théorie de l’histoire favorable à l’avenir des peuples colonisés ou anciennement colonisés. Des modèles prétendant au « socialisme réel » existaient, qu’il s’agisse de l’URSS, des démocraties populaires, de la Chine ou Cuba, offrant aussi une panoplie réelle ou fantasmée, prête à servir. Au-delà de ces exemples étrangers que l’on a parfois essayé d’imiter ou d’adapter, il y eut aussi l’invention d’un socialisme qui se voulait adapté à l’Afrique, réfléchissant les spécificités du continent, et puisant dans son passé ses racines théoriques. Ce colloque s’intéresse à toute l’Afrique, du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, anglophone, francophone ou lusophone. Il est résolument interdisciplinaire.

Le programme complet est à télécharger sous ce lien.

Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient, 11e édition, 29 mars-17 avril 2016, Paris, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis

Du 29 mars au 17 avril 2016, la 11e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient investit les salles de cinéma parisiennes, dionysiennes et séquanodionysiennes, autour de deux tendances : « Focus Palestine » et « Actualités des cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient. »

Le Panorama s’ouvre le 29 mars au Cinéma L’ECRAN avec l’avant-première du film GOOD LUCK ALGERIA, de Farid Bentoumi.

Dans ma tête un rond-point, d’Hassen Ferhani, figure parmi la très riche programmation, à consulter sous ce lien !

Projection sauvage, Dans ma tête un rond-point, Paris, Musée de la Chasse et de la Nature, 17 février 2016

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente, dans le cadre du cycle de projections proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické, et en avant-première avant sa sortie en salles le 24 février 2016 :

DANS MA TÊTE UN ROND-POINT
Réal. : Hassen Ferhani (Algérie – 2015 – 100′ – VOSTF)
Projection en présence du réalisateur.

La bande-annonce est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 17 février 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

Plus sur l’évènement facebook de la projection.

 


C’est dans les abattoirs d’Alger, aujourd’hui abandonnés au profit d’une structure plus récente et plus éloignée du centre de la ville, que Hassen Ferhani tourne son film. Ils constituent une formidable unité de lieu, puisque les travailleurs non seulement s’y activent mais aussi y dorment, y vivent, y passent des temps de loisirs. C’est donc là que le cinéaste écoute et enquête, pour prélever une image de la ville aujourd’hui. Parmi les animaux, les discussions commencent, sur le quotidien autant que la politique, sur le travail autant que l’amour. Maniant l’art du cadrage avec précision, Hassen Ferhani fait se succéder des plans où le lieu et ses habitants se dévoilent peu à peu, avec humour et pudeur. Loin de porter sur la cruauté de l’industrie, le film déplace l’attention sur les désirs, les peurs et les histoires de chacun.

Hommage à René Vautier, Paris, Le Louxor, 11 février 2016

Dans le cadre du festival NIO FAR, le cinéma Louxor programme une soirée de projections-rencontres en hommage à René Vautier, le jeudi 11 février, à partir de 19h.

« Afrique 50 », René Vautier
« Algérie Tours Détours »,  Oriane Brun Moschetti & Leila Morouche
Suivi d’un échange avec Oriane Brun Moschetti, Leila Morouche et Moira Vautier, modéré par Christian Eboulé.

LOUXOR, Palais du Cinéma
170, boulevard Magenta
75010 Paris


René Vautier est né le 15 janvier 1928 dans le Finistère. En 1949, la Ligue française de l’enseignement lui commande un reportage sur les conditions de vie dans les villages de Côte d’Ivoire, de Haute Volta, du Sénégal et du Soudan français destiné à montrer aux élèves des lycées et des collèges « comment vivent les villageois d’Afrique occidentale française ». Vautier est indigné par ce qu’il voit là bas et décide de filmer la réalité de l’Afrique colonisée. Mais la police saisira les négatifs du film en s’appuyant sur un décret de Pierre Laval, ex-ministre des colonies. René Vautier est cité à comparaître pour se voir juger « d’avoir, en Haute Volta, dans le courant de l’année mil neuf cent quarante neuf, en tous cas depuis moins de trois ans, procédé à des prises de vues cinématographiques sans l’autorisation du gouverneur. »  Le cinéaste réussit à sauver quelques bobines et réalise en 1950, un film de 15 minutes, « Afrique 50 » qui sera diffusé dans la clandestinité. Cela lui vaudra 13 inculpations et une condamnation à un an de prison.
René Vautier a 21 ans. Dès lors, il ne cessera de faire des films engagés contre toutes les formes d’oppression et d’exploitation et contre la censure qu’ils engendrent. 150 films dits « d’intervention sociale » ayant pour thème la guerre d’Algérie avec « Algérie en flamme », « Avoir 20 ans dans les Aurès », « À propos de l’autre détail » ; le racisme en France avec « Les ajoncs » ; l’Apartheid en Afrique avec « Frontline » ; la pollution avec « Marée noire, colère rouge » en 1978, l’extrême-droite française, le combat des femmes.

 

Algérie, entre la carte et le territoire, MuCEM, 26-28 février & 10-13 mars 2016

En complément et en prolongement de l’exposition Made in Algeria, le MuCEM propose « Algérie, entre la carte et le territoire », un espace de dialogue et de réflexion autour de ces moments historiques qu’ont été la conquête puis la colonisation de l’Algérie.

Du 26 au 28 février, hommage à deux grandes figures historiques : le poète Kateb Yacine, dont l’œuvre rejaillit à travers une création de Brigitte Fontaine ; et Frantz Fanon, figure majeure de la guerre de libération nationale, auquel est consacré une projection et une rencontre. Enfin, le dimanche, cap sur le Sud algérien avec le film d’aventures Fort Saganne.

Du 10 au 13 mars, une série de trois conférences montre comment les nouvelles techniques cartographiques permirent l’exploration, l’exploitation et la surveillance des terres et des peuples de l’Algérie coloniale. En contrepoint, la projection de films algériens récents constitue autant de fenêtres sur l’Algérie contemporaine.


VENDREDI 26 FÉVRIER 2016
THÉÂTRE
Lectures, guitare, voix
Vendredi 26 février 2016 à 20h30
SAMEDI 27 FÉVRIER 2016
CINÉMA
Samedi 27 février 2016 à 15h
DIMANCHE 28 FÉVRIER 2016
CINÉMA
Dimanche 28 février 2016 à 14h30

JEUDI 10 MARS 2016
RENCONTRE
Jeudi 10 mars 2016 à 19h
VENDREDI 11 MARS 2016
DÉBAT
Vendredi 11 mars 2016 à 19h
SAMEDI 12 MARS 2016
DOCUMENTAIRE

Samedi 12 mars 2016 à 11h

INSTALLATION

Samedi 12 mars 2016 à 12h30

DANSE
Carnet de voyage à danser

Samedi 12 mars 2016 à 14h30

DÉBAT
La carte et le territoire colonial
Samedi 12 mars 2016 à 17h

DÉBAT
Alger, les villes, le territoire
Samedi 12 mars 2016 à 19h

CINÉMA
Samedi 12 mars 2016 à 21h
DIMANCHE 13 MARS 2016
CINÉMA

Dimanche 13 mars 2016 à 14h30

COURT-MÉTRAGE
Dimanche 13 mars 2016 à 17h

Propos des commissaires

Un jour, dans ce passage de la rue Vivienne, à Paris, où se croisent quotidiennement quelques centaines de personnes qui se rendent au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France ou à l’Institut national d’histoire de l’art pour regarder et étudier des images, notamment des cartes, nous avons parlé de l’actualité de la cartographie, et de son lien avec l’art contemporain. Nous nous disions que si la carte était présente dans les productions artistiques contemporaines avec des œuvres remarquables, comme celles d’Öyvind Fahlström, de Marcel Broodthaers ou, plus près de nous encore, celles de Mark Lombardi, il nous semblait que les œuvres plus récentes, souvent créées par des artistes non européens, pointaient, discutaient l’idée même de tracé cartographique. Les artistes distinguent les frontières, souvent pour les renverser et nous faire penser à un avant de leur existence, à une autre surface oubliée ou à de nouvelles modalités de l’espace géographique. Il se joue là une relecture politique et l’on ne peut envisager la cartographie d’aujourd’hui, des pays dont on a hérité, sans revenir en amont à ce moment qu’a été, au XIXe siècle, le partage du monde par les grandes puissances occidentales devenues ensuite des empires coloniaux. C’est alors qu’est née l’idée de l’exposition « Made in Algeria, généalogie d’un territoire ».

À l’intérieur d’immenses territoires habités, on a tracé des zones d’influence et de gouvernance distinctes qui ont mis à mal la vie et la mobilité de millions de femmes et d’hommes. Et cela, à différentes fins. L’exploitation agricole, économique paraît toujours la plus évidente, mais les territoires coloniaux ont été plus que cela. L’Occident a fabriqué ses propres projections à l’intérieur de ces pays. Nous avons toujours su que le colonialisme était lié à l’appropriation de la terre, à son occupation. Les représentations nées de cette histoire ne servaient qu’à justifier la captation. La pertinence des travaux d’Hélène Blais sur la cartographie nous rappelle combien l’Algérie est l’espace fondamental qui nous permet de comprendre la manière dont on a « dessiné » les espaces coloniaux. Il nous a semblé qu’il fallait montrer cela, une origine cartographique, les premiers traits d’une histoire coloniale française. Née dans les colonies, cette pratique topographique a servi la saisie moderne des espaces du monde. Montrer un début, celui qui inaugurera le « langage commun des territoires », cette construction qui est le propre de notre mondialisation. On a tracé des pays, des territoires en nombre sur le modèle de l’État-nation européen dans des régions qui étaient totalement dépourvues de ce concept, et cela a été fait pour et par une poignée d’États européens. Mais cela s’est toujours effectué sous tension. Nous sommes là à un carrefour étonnant de refondation territoriale qui met à mal le modèle cartographique existant.

Voir la première carte tracée par l’armée française à Sidi-Ferruch le premier jour du débarquement, le 14 juin 1830, c’est lire tout un processus. On pose pied à terre. On fait un plan de l’environnement visuel proche. On tire un trait pour marquer les quelques mètres franchis. On s’installe. On trace à nouveau, on avance et, une fois cela fait, le territoire est à vous. Le procédé, si l’on peut dire, était assez darwinien. Et, de fait, notre regard sur la question l’a été aussi. Il nous fallait présenter des faits cartographiques. De ce point de vue, l’exposition a tenté de maintenir pour cette question une sorte d’exemplarité visuelle. Montrer un processus imparable. Sans cette cartographie (coloniale), il n’y a pas de conquête.

Étonnamment, hier comme aujourd’hui, l’Algérie est un pays «réservé». L’époque moderne, celle qui inaugurait la conquête de nouveaux continents, allait recouvrir dans son élan l’héritage savant de l’Afrique du Nord. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait des terres et en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir ce territoire de l’autre rive, comme il le faisait ailleurs. Seules les officines diplomatiques et l’espionnage nourrissaient la science et la surveillance. Consulter une carte européenne des territoires de l’Algérie au XVIIIe siècle, c’est avant tout lire des informations de seconde main. Ce sont des projections, des hypothèses cartographiques qui contrastent avec l’exactitude des cartes marines. Le dessin prime sur l’objectivité scientifique, la courbe de niveau n’existe pas encore. Ce que l’on comprend, c’est que, bien avant la conquête, et cela est lisible sur toutes les cartes d’avant 1830, le rapport entre la France et l’Algérie est belliqueux. Les cartes le disent. Longtemps, ce territoire a été ébauché sur le papier. Cartographié selon des vœux, des attentes, avant même d’être connu, parcouru et vécu. Cette construction de représentations, nous la retrouvons à quelques variantes près dans de nombreux recueils cartographiques européens. La carte, surface plane, se fait espace téléologique, paradis à saisir. Paysage immense que tout un chacun peut dominer d’un regard. Le territoire y est étendu et l’illimité du lieu donne envie.

Dès que l’on aborde l’histoire de la colonisation française, on découvre à quel point, pour la France, le territoire de l’Algérie a été un laboratoire majeur. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, on observe que l’Algérie n’a eu de cesse d’être le lieu expérimental qui permettra d’innover dans tous ces domaines et dans bien d’autres, comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France.

Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial aura été si matriciel. Jusqu’à son paysage qui en de nombreux endroits, comme dans l’Oranais et le Constantinois, a été modelé à l’image de ce que deviendra le paysage rural français remembré. « Made in Algeria, généalogie d’un territoire », c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui. Comment cette dernière a tenté, en un siècle qui y était disposé, de fossiliser ailleurs son empreinte. Cette histoire, il nous faut la déployer, la comprendre et ne plus occulter son importance pour l’identité contemporaine de la France. Il serait bon de s’interroger sur ce ressort qu’est la perte des colonies dans l’inconscient français. Durant des décennies, d’immenses étendues ont été des espaces de projection idéalisés pour toutes les enfances françaises. Puis cela a brutalement cessé. L’empire colonial français a disparu au profit de l’Hexagone. Rapidement tout s’est réduit. On ne peut pas dire que cette perte ait été compensée par un travail à la hauteur de ce que cette altération a causé comme effet à long terme et comme ressentiment. Il ne faut donc pas s’étonner que ne nous parvienne pas non plus la recherche qui tente d’évaluer positivement ce que l’Algérie a produit depuis 1962.

« Made in Algeria, généalogie d’un territoire », c’est l’idée de la marque de fabrique. Du pays d’origine. À un moment de l’histoire coloniale, les fruits, le tabac, les boissons, l’alcool, le vin présents sur les tables d’Europe provenaient d’Algérie. Ce territoire a constitué l’usine alimentaire de l’Europe et les Algériens ont été ses employés agricoles. De Bastos à Orangina en passant par l’anisette, ces produits, ces marques et leurs dérivés provenaient d’Algérie. Il en est de même pour le développement intra-muros des villes et de leurs banlieues en France. Les territoires coloniaux ont été les laboratoires de l’architecture urbaine qui, plus tard, s’est déployée dans les zones périphériques françaises. De nombreux architectes ont exercé leur talent en Algérie – certains allant jusqu’à projeter l’éradication généralisée de l’habitat existant. L’architecture de la ville d’Alger était organique. Pour schématiser, l’on peut dire que, si l’on défait un mur ou si l’on ferme une ouverture, la ville s’effondre. Alger a été détruite très rapidement. Il faut lire les travaux sur le sujet de François Dumasy. Après 1830, en une décennie il ne reste plus grand-chose de la ville telle que les militaires français l’ont découverte puis transformée. Après cela, on réinvente Alger. On rase, on détruit, on recouvre, tout en laissant quelques traces du passé et l’on tente une aventure architecturale incroyablement trompeuse, mais d’une efficacité et d’une séduction redoutables. Cette innovation, l’architecture coloniale, capte toutes les attentions aujourd’hui. On peut penser qu’elle occulte évidemment ce qui a été effacé. Et si un mauvais esprit fait le pari de croire que le temps reléguera à jamais la possibilité de penser ce qui a été effacé, il se trompe. De ce point de vue, l’aventure cartographique nous rappelle que l’espace blanc n’est pas un espace vierge.

« Made in Algeria, généalogie d’un territoire » est une exposition d’art qui s’appuie sur la qualité esthétique d’objets visuels pour rendre compte d’une histoire des mentalités. Faire entrer un objet matériel comme la carte dans un régime de distinction qui est celui de l’art, c’est créer les conditions de lecture de l’objet, c’est dire qu’à l’intérieur de la carte « ça pense » ; donner à voir cette autonomie, c’est inscrire la carte dans une pratique moderne de la visualité. Et si l’on est soucieux de pédagogie, de transmission et si l’on a le goût de la chose publique, il est certain que l’on trouvera toujours dans le patrimoine de nos bibliothèques les objets supports qui ont précédé l’aventure moderne. Il faut au moins partir de là et regarder ce qu’ils ont fait advenir. C’est ce continuum, ce formalisme qui nous ont guidés dans notre volonté de traiter de l’histoire coloniale par l’étude de la carte sous ses aspects militaire, cadastral, routier, commercial et touristique. Les œuvres picturales présentes dans l’exposition s’inscrivent elles aussi dans ce schéma. Elles participent d’un même régime esthétique. La peinture exposée montre des espaces vides. Des étendues immenses et bien souvent inhabitées. Espaces de projection encore. Il est évident que nous ne pouvions pas ignorer pour autant que, si nous convoquions la subjectivité cartographique produite par le monde européen, et plus précisément par les différents régimes politiques français qui ont participé à la conquête, il manquerait à notre démarche le regard d’en face. Les archives sont françaises. La place donnée à l’art contemporain dans cette exposition est celle qui permet aujourd’hui de tenter de produire un contrechamp. Une voix autre. Une narration qui perturbe le récit de l’Empire. Les artistes dont les œuvres sont présentées dans l’exposition avaient déjà, il est vrai, pour la plupart, un rapport avec l’Algérie par leurs travaux. Mais l’on peut dire qu’un certain nombre avait chez eux des documents, des archives et des idées d’œuvres « en attente d’expression ». L’exposition est venue à eux comme contenant. Une promesse de vie en commun.

Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin,  « Le propos des commissaires », extrait du catalogue de l’exposition Made in Algeria. Généalogie d’un territoire, sous la direction de Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, Hazan/MuCEM, 2016
avec des textes de Nacéra Benseddik, Hélène Blais, Daho Djerbal, François Dumasy, Nadira Laggoune, Zahia Rahmani, Jean-Yves Sarazin, Nicolas Schaub, Todd Shepard, Fouad Soufi et Sylvie Thénault.

Vous pouvez feuilleter les premières pages du catalogue sous ce lien.

Illustration : Carte des Confréries d’après la Carte de l’Algérie indiquant la situation, l’importance numérique et la marche des ordres religieux musulmans dressée au service central des Affaires indigènes, par les capitaine Henri Bissuel et commandant Louis Rinn en 1884, Anonyme, Alger, vers 1930, carte manuscrite colorée, Les Glycines, centre d’études diocésain, Alger

Généalogie d'un territoire