Archives nationales, Grande Collecte 2016, L’Afrique et la France aux XIXe et XXe siècles, 18-20 novembre 2016

Pour la troisième année consécutive, les Archives nationales lancent une grande opération de collecte d’archives privées.

Les publics sont invités à déposer leurs archives privées, autour du thème D’une rive à l’autre de la Méditerranée : l’Afrique et la France aux XIXe et XXe siècles, les 18, 19 et 20 novembre 2016.

Toutes les informations utiles se trouvent sur le site : lagrandecollecte.fr

Un colloque, dont le programme détaillé est disponible sous ce lien,  est par ailleurs organisé sur les sites de Paris et de Pierrefitte des Archives nationales pour accompagner l’évènement.

Katia Kameli, What Language Do You Speak Stranger?, Mosaic Rooms, Londres, jusqu’au 3 décembre 2016

Depuis le 16 septembre, et jusqu’au 3 décembre 2016, Katia Kameli expose à l’espace londonien Mosaic Rooms.

L’occasion de (re)voir, dans un autre contexte, aux côtés d’autres productions de l’artiste, le film Le roman algérien (chapitre un), dont la genèse s’entremêle à celle de Made in Algeria.

vue-projection-roman_mosaic_roomsLe Roman algérien (2015). Vue de la projection, Mosaic Rooms, Londres © Katia Kameli, 2016.

Appel à contributions. Perspective 2017-2 : Le Maghreb, jusqu’au 1er novembre 2016

La revue Perspective : actualité en histoire de l’art prépare un nouveau numéro thématique consacré à l’histoire de l’art au Maghreb. C’est à cette région méditerranéenne que le comité scientifique de la revue a souhaité consacrer son prochain numéro géographique après les États-Unis, le Brésil, la Grande-Bretagne, la Suisse, les Pays-Bas, et l’Espagne. Il s’agit d’une part de rompre avec les questions territoriales exclusivement articulées à l’État nation et d’autre part d’identifier des lieux et des espaces depuis lesquels surgissent des questions épistémologiques et des pratiques alternatives d’histoire de l’art, mais aussi des politiques patrimoniales innovantes et de nouveaux acteurs des mondes de l’art contemporain et de l’histoire de l’art. L’ambition de la revue, à travers cette initiative, est d’agrandir le terrain, les objets et les moyens de la discipline.

Tout ce qui a trait à l’histoire de l’art et au patrimoine, à l’histoire de l’architecture, de l’urbanisme, à l’historiographie et à l’archéologie maghrébines, mais encore à la muséographie ou à la création contemporaine au Maghreb et dans sa dimension diasporique, entre potentiellement dans le champ de ce numéro.
Les chercheurs sont invités à soumettre un projet d’article pour les rubriques Lectures (une étude de cas emblématique, 25 000 signes) ou Travaux (un bilan historiographique conséquent ou une synthèse sur de nouveaux objets, 45 000 signes). La Tribune, les Débats collectifs et l’Entretien feront parallèlement l’objet de commandes passées par le comité de rédaction.
L’appel à contributions ne prétend pas énumérer les sujets envisageables de manière exhaustive, cependant un certain nombre de chantiers peuvent présenter un intérêt particulier : l’art et la guerre, les cultures de cour, les questions patrimoniales à l’ère numérique, l’art en système colonial, les jardins, les musées, l’art religieux, les restitutions, l’art urbain, le cinéma, le postcolonial, la préhistoire…
L’appel reste ouvert aux thèmes qui n’auraient pas été préalablement identifiés.

Les propositions de contributions (un résumé de 2 000 à 3 000 signes et une biographie de deux ou trois lignes) sont à envoyer à revue-perspective @ inha.fr avant le 1er novembre 2016.
Les auteurs des articles retenus seront informés de la décision du comité avant la fin du mois de novembre 2016 tandis que les articles sont à rendre le 1er juin 2017 pour une parution en décembre 2017.

Comité de rédaction du numéro : Anne-Élisabeth Buxtorf, Claire Bosc-Tiessé, Éric de Chassey, Béatrice Joyeux-Prunel, Thomas Kirchner, Rémi Labrusse, Anne Lafont, Johanne Lamoureux, Jean-Yves Marc, Zahia Rahmani, Emmanuelle Rosso.

L’appel in extenso est disponible sous ce lien.

Zineb Sedira, « L’écriture des lignes », Galerie Kamel Mennour, 3 septembre – 8 octobre 2016

Zineb Sedira expose à la Galerie Kamel Mennour du 3 septembre au 8 octobre prochain.

« L’écriture des lignes »
Commissariat : Mouna Mekouar
47 rue Saint-André des Arts, Paris 6

 13709891_1067065773382004_4474777028457552507_nZineb Sedira. Un rêve de pierres, 2015. Détail / Detail. Diptyque / Diptych. C-Print. 53 x 80 cm (chaque/ each)
© Zineb Sedira / DACS, London. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Appel à contribution, AntiAtlas Journal n°03 : Fragiles frontières, jusqu’au 1er octobre 2016

Ce numéro de l’antiAtlas Journal s’intéressera aux frontières marquées par la violence des conflits armés («rébellion», «terrorisme», «post-conflit», voisinage avec des «zones de conflit»…). L’État s’y trouve localement défié, dans son monopole d’exercice et de délégation de la violence, par des groupes armés se réclamant de nouvelles frontières, religieuses pour redéfinir des espaces théocratiques ou des proximités culturelles pour substituer au territoire national existant des territoires plus ou moins autonomes. Zones parcourues voire partiellement gouvernées par des groupes armés non étatiques, certaines frontières deviennent ainsi «fragiles», sans pour autant que les États perdent leur souveraineté sur le reste de leur territoire ou sur d’autres points frontières. Cette fragilité va de l’abandon de la frontière par tous les appareils d’État à la contrainte imposée par les populations aux fonctionnaires de négocier leur présence en frontière, en passant par une gouvernance de la frontière où tous les appareils civils d’État sont placés sous une autorité militaire, nationale ou internationale. En dépit de leur fragilité, ces frontières continuent d’assurer leur fonction locale de ressource politique, économique et symbolique. Même si les modalités de circulation changent, des marchandises légales et illégales et des personnes continuent de franchir les frontières, de façon plus ou moins formelle. La violence en frontière a ceci de paradoxal qu’elle crée une situation de crise mais ne doit pas être un facteur de blocage des flux, en particulier marchands, au risque de créer un désert économique et d’affaiblir ainsi la crédibilité politique des groupes armés dans leur prétention à gouverner donc à assurer la sécurité des échanges et des mouvements transfrontaliers.

[Lire la suite].

Projection-débat, 10 949 femmes, Nassima Guessoum, Paris, Espace Saint-Michel, 18 mai 2016

Les associations APEL-Égalité et ACDA organisent une projection du film documentaire 10 949 femmes (Algérie, France – 2015 – 76′), de Nassima Guessoum, qui sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Un teaser est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 18 mai 2016, à 20 heures
Espace Saint-Michel
7, place Saint-Michel, 75005 Paris


A Alger, Nassima Hablal, héroïne oubliée de la Révolution algérienne, me raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante.
Charmante, ironique et enjouée, elle me fait connaître ses amies d’antan: Baya, infirmière dans les maquis et Nelly, assistante sociale dans les bidonvilles de la capitale. A travers ses récits je reconstitue un héritage incomplet. En interrogeant l’Algérie du passé, je comprends l’Algérie du présent, restaurant une partie de mon identité.
Ainsi, l’Histoire se reconstitue à la manière d’une grand-mère qui parlerait à sa petite-fille.
Ce film donne à voir cette transmission de la première à la troisième génération, mais il va au delà. Chaque année, je rends visite à Nassima: un lien se tisse, une relation d’affection s’installe, permettant une rare intimité.
10949 femmes, est un film à propos et entre femmes mais c’est un récit universel qui met à l’épreuve la question de la liberté : qu’est ce que la liberté ? Quel est son prix ?

 

Retour sur l’exposition

L’exposition Made in Algeria a fermé ses portes hier.

Pour revivre l’exposition, suivez Katia Kameli, Nadira Laggoune et Zahia Rahmani dans les cimaises !


Made in Algeria avec Zahia Rahmani par lemucem


Made in Algeria avec Nadira Laggoune par lemucem


Made in Algeria avec Katia Kameli par lemucem

D’autres ressources vidéos sont disponibles sur la chaîne Dailymotion du MuCEM consacrée à l’exposition.

Ruralités maghrébines, Paris, 11 mai 2016

Journée d’études organisée par le GREMAMO
(Groupe de Recherches sur le Maghreb et le Moyen-Orient),
laboratoire CESSMA

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 864, 9h-18h

10h15 : Didier Guignard, historien, IREMAM, Aix-en-Provence
Rythmes, formes et impacts des processus de la dépossession foncière en Algérie (19e-20e siècles)

Le programme complet de la journée est disponible sous ce lien.


 

Le 11 décembre 2015, lors d’un premier séminaire Ruralités maghrébines, nous avons pris acte de la surprenante résilience des populations rurales : dans les trois pays, elles se maintiennent généralement, alors que diminuent et parfois s’effondrent les revenus qu’elles peuvent tirer de leurs agricultures et élevages. Un réel mal-développement persiste cependant : en dehors des périmètres irrigués, les campagnes offrent souvent le spectacle de vastes étendues dénudées, livrées à des cultures épisodiques et à la vaine pâture ; aux échelles nationales, les productions agricoles connaissent des variations interannuelles de grande ampleur et stagnent à moyen terme.
Pour comprendre ces phénomènes, il faut se référer aux mutations induites par la colonisation et les protectorats dans l’histoire agraire des trois pays. Antérieurement aux pénétrations européennes, en effet, les collectivités qui s’englobaient les unes les autres, depuis le village ou le ksar jusqu’à la grande tribu, assuraient leur survie en exploitant des territoires qui intégraient, au sens fort du terme, des ressources en eau, des forêts, des terres cultivables, des parcours…
A partir de la colonisation en Algérie et de la mise en place des protectorats en Tunisie et au Maroc, les collectivités ont perdu au moins une part de leurs espaces et toute possibilité leur a été enlevée de les gérer intégrés dans des ensembles : leurs territoires ont été amputés, souvent démembrés, et il s’en est suivi des déstructurations sociales de grande ampleur. Une importante proportion des meilleures terres cultivables a été accaparée par la colonisation, en Algérie surtout. Dans les trois pays, les forêts sont devenues « domaine privé de l’État » et les eaux d’irrigation elles-mêmes ont été domanialisées. Une nouvelle grille de statut foncier, totalement discordante par rapport aux anciens territoires, a été plaquée sur les campagnes. Dès que furent mises en place les administrations centralisées contemporaines, les collectivités anciennes ont perdu toute autonomie pour la gestion leurs ressources.
Ces évolutions, désormais inscrites dans les organisations socio-spatiales, sont, bien sûr, irréversibles. Mais elles ont rendu impossible la pleine valorisation des finages villageois comme celle des anciens territoires tribaux. Nombre de problèmes, tels ceux des « terres collectives » immatriculées s’avèrent insolubles. A l’inverse, certaines pratiques ou disciplines anciennes, rigoureusement adaptées aux potentialités des milieux, ont apporté la preuve de leur efficience et méritent d’être rappelées : le but de la journée est d’en tenter une évaluation et d’évoquer certaines tentatives pour « refaire du social » autour de ressources communes.

Bourses du Centre allemand d’histoire de l’art (2016-2017), « L’art en France à la croisée des cultures », appel à candidatures, jusqu’au 15 mai 2016

Le Centre allemand d’histoire de l’art Paris consacrera son sujet annuel 2016/2017 aux liens entre l’art en France et celui d’autres régions du monde.

Depuis toujours, la France est au confluent de différentes cultures. Les relations avec les pays voisins, notamment l’Italie, l’Allemagne, l’Espagne et les Pays-Bas, font déjà l’objet d’études fouillées dans le domaine de l’histoire de l’art. Il s’agira donc d’orienter davantage la focale sur les interactions avec des territoires d’autres continents, en particulier l’Afrique, l’Amérique latine et l’Asie. S’il ne serait pas possible de penser les échanges dans lesquels s’est inscrit l’art en France indépendamment de la politique coloniale de l’hexagone  ̶  qui, depuis le XVIème siècle, s’est efforcée avec un succès variable de donner au pays la stature d’une grande puissance  ̶  le sujet annuel a expressément vocation à inclure aussi des projets se situant hors des frontières de l’empire colonial français. De même, il conviendra de porter le regard au-delà de Paris, afin de prendre en considération d’autres hauts lieux de rencontres transrégionales que la seule « capitale du XIXème siècle ». Sur le plan de la chronologie, l’attention portera sur le XIXème et le XXème siècle.

Les informations détaillées sont disponibles sous ce lien.

Continuer la lecture de Bourses du Centre allemand d’histoire de l’art (2016-2017), « L’art en France à la croisée des cultures », appel à candidatures, jusqu’au 15 mai 2016

[PROLONGATION] Made in Algeria. Généalogie d’un territoire, MuCEM, jusqu’au 8 mai 2016

Vous êtes déjà plus de 70 000 à avoir arpenté les salles de l’exposition Made in Algeria. Généalogie d’un territoire au MuCEM !

Pour découvrir ou redécouvrir les quelques 200 peintures, photographies, films, affiches et cartes qui rendent compte de la généalogie du territoire algérien et la subjectivité politique qui s’est inscrite dans sa cartographie, l’expérience se prolonge jusqu’au 8 mai 2016.

Rendez-vous sur l’esplanade marseillaise du J4, et, pour poursuivre l’exploration, jetez une oreille sur les ondes de La marche du monde et de La fabrique de l’histoire.

Appel à contribution, CRASC-IRMC, jusqu’au 1er mai 2016

Dans le cadre de leur collaboration scientifique, l’IRMC de Tunis et le CRASC d’Oran lancent un appel à contribution pour la publication d’un ouvrage collectif sur La jeune recherche en sciences sociales en Algérie. L’ouvrage [sous la direction de Karima Dirèche (Directrice de l’IRMC), Amar Mohand-Amer (chercheur permanent au CRASC) et Fouad Nouar (chercheur permanent au CRASC)] se veut une photographie actuelle de la recherche académique algérienne. Il propose des angles d’analyse divers et privilégie des sujets inédits et originaux dans des approches disciplinaires différentes (histoire, anthropologie, sociologie, droit, géographie, sciences politiques…). Les questions de société, d’économie, de sociologie politique et de relectures historiques seront sélectionnées en priorité.

L’appel à contribution est destiné principalement aux jeunes chercheurs des universités et Centres de recherche algériens (docteurs ou doctorants avancés).

Les propositions d’articles doivent être obligatoirement inédits et ne pas avoir été publiés auparavant.

Les textes retenus par le comité de sélection ne doivent pas dépasser 30 000 signes (espaces compris).

Les textes en langue arabe seront traduits en langue française. Au final, deux ouvrages seront publiés, en arabe et en français.

Les personnes intéressées peuvent envoyer leur proposition d’article (30 lignes maximum) avant le 1er mai 2016 en langue arabe ou en langue française à l’adresse :
jeune.recherche@crasc.dz

« Concrete Spring. » Oscar Niemeyer, Algeria and the Architecture of Revolution / 15-29 avril 2016 / Ambassade du Brésil, Londres

Les photographies de Jason Oddy présentées dans l’exposition Made in Algeria constituent une sélection d’une série plus vaste.

Ses captures des architectures d’Oscar Niemeyer en Algérie seront présentées à l’Ambassade du Brésil à Londres du 15 au 29 avril 2016.

Plus d’informations sous ce lien.

Illustration : Jason Oddy, Double Glass, University of Mentouri, Constantine, Algeria, 2013, C-type print

Socialismes africains / Socialisme en Afrique – Colloque, Paris, CNRS, Université Paris 1, 7-9 avril 2016

Colloque organisé par le CRIMIC, l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la FMSH, l’EHESS, l’IMAF, l’Agence universitaire de la Francophonie, le CHS, l’Université Paris-Sorbonne, la Fondation Jean Jaurès, la Fondation Gabriel Peri, le CESSMA et LAM, en partenariat avec RFI.

Les histoires du, des socialismes, qu’ils soient ou non « réels » oublient systématiquement l’Afrique.
Or il a existé en Afrique de très nombreux régimes qui se sont réclamés du socialisme « africain », ou « scientifique », de même que de très nombreux opposants qui ont d’autant plus cherché leur inspiration dans les outils théoriques construits par le marxisme –ou sa vulgate-, que celui-ci leur semblait proposer une théorie de l’histoire favorable à l’avenir des peuples colonisés ou anciennement colonisés. Des modèles prétendant au « socialisme réel » existaient, qu’il s’agisse de l’URSS, des démocraties populaires, de la Chine ou Cuba, offrant aussi une panoplie réelle ou fantasmée, prête à servir. Au-delà de ces exemples étrangers que l’on a parfois essayé d’imiter ou d’adapter, il y eut aussi l’invention d’un socialisme qui se voulait adapté à l’Afrique, réfléchissant les spécificités du continent, et puisant dans son passé ses racines théoriques. Ce colloque s’intéresse à toute l’Afrique, du Nord et du Sud, de l’Est et de l’Ouest, anglophone, francophone ou lusophone. Il est résolument interdisciplinaire.

Le programme complet est à télécharger sous ce lien.

Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient, 11e édition, 29 mars-17 avril 2016, Paris, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis

Du 29 mars au 17 avril 2016, la 11e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient investit les salles de cinéma parisiennes, dionysiennes et séquanodionysiennes, autour de deux tendances : « Focus Palestine » et « Actualités des cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient. »

Le Panorama s’ouvre le 29 mars au Cinéma L’ECRAN avec l’avant-première du film GOOD LUCK ALGERIA, de Farid Bentoumi.

Dans ma tête un rond-point, d’Hassen Ferhani, figure parmi la très riche programmation, à consulter sous ce lien !

Généalogie d'un territoire