Archives par mot-clé : Algérie

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, MuCEM, 19 janvier – [2 mai] 8 mai 2016

 C’est par le trait, le dessin et la carte, qu’a été figuré le territoire de l’Algérie.
ZR

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire est la première exposition d’envergure jamais réalisée consacrée à la représentation d’un territoire et sa fabrique : celui de l’Algérie. Elle aura lieu au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.

Pour cet événement, des cartes rares du Service Historique de la Défense seront pour la première fois exposées. Elles montrent comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description. Des œuvres majeures, notamment celles du Château de Versailles illustrant la conquête de l’Algérie, seront enfin de nouveau présentées au public. Des créations contemporaines, certaines constituées de matériaux iconographiques inédits, seront  inaugurées.

L’exposition, par la mise en rapport d’œuvres et de documents variés, présente à la fois la fabrique coloniale de l’Algérie, ses représentations et sa diffusion, et distingue ce qui de cette fabrique a été écarté, rendu invisible ou illisible.

À l’origine du projet d’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, il y a une interrogation quant à la question des grands découvreurs européens et de leurs récits de voyages, ceux des naturalistes surtout, et de leurs connaissances. Étonnamment, en leur temps aussi, comme aujourd’hui, de l’Algérie, nous savions peu. L’époque moderne qu’inaugurait la conquête de nouveaux continents allait recouvrir dans son élan l’héritage savant de l’Afrique du nord. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait alors des terres du monde et qui en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir ce territoire de l’autre rive, comme il le faisait ailleurs.

Alger et ses fortifications, son hostilité, sa piraterie et ses mythes, engendraient envie et fantasmes à tel point que seuls les officines diplomatiques et l’espionnage nourrissaient la science et la surveillance. Consulter une carte européenne des territoires de l’Algérie au XVIIIe siècle, c’est avant tout lire des informations de seconde main. Ce sont des projections, des hypothèses cartographiques qui contrastent avec l’exactitude des cartes marines, qui traduisent à cette même date des intentions belliqueuses. Loin des tours de guet et des zones habitées, on marque à discrétion les rochers et les ressacs, les profondeurs pour le mouillage et les lieux d’accostages.  On y lit un littoral déserté et à l’intérieur un pays qui serait riche et heureux. Les habitants y sont parfois décrits. Les femmes y sont distinguées. Tout comme le miel et les fruits. L’eau et les terres fertiles y abondent. La fortune y est annoncée dans les légendes. On devine que tout est possible. Longtemps, ce territoire a d’abord été ébauché sur le papier. Cartographié selon des vœux, des attentes, avant même d’être connu, parcouru et vécu.

Cette construction de représentations, nous la retrouverons à quelques variantes près dans de nombreux recueils cartographiques européens. La carte, surface plane, se fait espace téléologique, paradis à se saisir. Paysage immense que tout un chacun pouvait dominer d’un regard. Le territoire y est étendu et l’illimité du lieu donne envie.

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire rendra compte, par les images et les relevés de terrain, de ce long processus qu’a été la conquête de l’Algérie. Et par ce procédé, montrera pourquoi et comment se sont effectués la saisie cartographique et le marquage cadastral d’un territoire.

Made in Algeria est la mise à plat d’une aventure moderne qui a commencé il y a plus de deux siècles et dont les effets se font encore ressentir aujourd’hui : la conquête de l’Algérie et le type de colonialisme qui s’y est développé. Par cette exposition, nous voulons dérouler la fabrique coloniale d’un territoire. Cette entreprise, qui ne s’est pas faite sans heurts, s’est aussi justifiée par la nécessité de soutenir de nouvelles expériences et inventions techniques et scientifiques. En ce sens, l’Algérie a été un haut lieu de la modernité européenne. Un de ses laboratoires majeurs. Celui qui a permis d’expérimenter le rendement d’un territoire par la mise sous surveillance de ses acteurs.

En 1882, plus aucun mètre de ce territoire n’échappe à la mise sous contrainte.

Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA
Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des cartes et plans, BnF

Parcours de l’exposition

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, INHA, Saison 2015

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.


3 février 2015 : Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

17 février 2015 : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

10 mars 2015 : Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

7 avril 2015 : Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

21 avril 2015 : Daho Djerbal / Algérie : l’esthétique de la crise – retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

12 mai 2015 : Todd Shepard / « L’arabe au sexe-couteau » : comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

26 mai 2015 : Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

16 juin 2015 : Hannah Feldman / Aesthetics and other erasures : l’art durant la guerre d’indépendance algérienne

10 novembre 2015 : Laurence Bertrand-Dorléac / D’une guerre l’autre

15 décembre 2015 : Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin / Présentation de l’exposition Made in Algeria

12 MAI 2015 : Sixième séance / Todd Shepard / « L’Arabe au sexe-couteau » : Comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

Entretien avec Todd Shepard, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

BenZobi
“Wanted: Mohammed el-Prick, Born in Algeria, Living in France. This Man is Dangerous! Liable to Kill! Rape!… You Won’t Have to Look Very Far to Find Him… All Around You, There Are 700,000 Just Like Him!” Europe-action 22 (1964), back cover.


Todd Shepard est professeur d’histoire à l’université Johns Hopkins. Son travail porte sur la France et son empire colonial au XXe siècle. Son premier livre, The Invention of Decolonization. The Algerian War and the Remaking of France (Cornell U.P., 2006), a été traduit en français sous le titre : 1962. Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; en poche 2013).

Il prépare actuellement deux ouvrages. Le premier, La France, le sexe et les Arabes, 1962 à 1979 (à paraître chez Payot en septembre 2016), explore l’importance et la fonction des représentations de la « perversion » masculine dans les débats politiques français après 1962. Le second, Affirmative Action and Empire, porte sur un ensemble de programmes novateurs, mis en place par la République dans le contexte de la Guerre d’Algérie, visant à corriger les discriminations subies par les « musulmans d’Algérie ».

—-

Image de couverture : photographie de Brahim Haggiag dans le rôle de Ali la pointe, extraite du film La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (1966).

21 AVRIL 2015 : Cinquième séance / Daho Djerbal / Algérie : L’esthétique de la crise – Retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

Entretien avec Daho Djerbal, Directeur de la revue Naqd, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 

Daho Djerbal est un historien, professeur à l’université d’Alger 2. Figure intellectuelle majeure, il a mené de nombreux travaux en histoire économique et sociale, avant de s’orienter vers le recueil de témoignages d’acteurs de la lutte de libération nationale en Algérie. Il travaille aussi sur les relations entre Histoire et Mémoire. Il a publié en 2012 L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN, aux éditions Chihab (Alger). Depuis 1993, il est le directeur de Naqd, revue d’études et de critique sociale créée en 1991, quelques mois après le début de la guerre civile en Algérie.

En 2003, Naqd publie « Esthétique de la crise », un numéro consacré à la question de la représentation durant la période terroriste en Algérie. Dans son dernier numéro, Naqd 24, « Terror/isme. Etats et sociétés”, les auteurs traitent du terrorisme et de la lutte contre la terreur. Ils déconstruisent les logiques internes des discours légitimant la terreur et la contre-terreur. Ils partent tous d’une expérience concrète et de travaux sur le terrain. Ils sont d’Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Argentine, Bulgarie, Croatie, France, Inde.

Naqd est une revue indépendante de toute autorité gouvernementale. Une des seules publications au Maghreb qui ouvre à un débat d’idées et contribue à élargir le champ de la pensée critique dans son propre pays et dans ceux de la région.

Elle compte de nombreux auteurs de tous les continents comme Noam Chomsky, Dirk Vandewalle, Ranabir Samaddar, Pradip Kumar Bose, Samir Kumar Das, Farhad Khosrokhavar, Samir Amin, George Corm, Etienne Balibar, Alice Cherki, André Akoun, Georges Labica, Alain Brossat, Dominique Lecourt, Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault, Isabelle Stengers, Frederic Neyrat, Ivaylo Ditchev…

Liens :

http://www.revue-naqd.org/doc/index.html

https://www.cairn.info/revue-sud-nord-2001-1-page-198.htm

https://www.cairn.info/publications-de-Djerbal-Daho–22387.htm

7 avril 2015 : Quatrième séance / Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

Projection/débat, Bla cinima (2014)
Un film de Lamine Ammar-Khodja

Projection du film Bla Cinima (2014, 80 mn, vost) suivie d’une discussion entre le cinéaste Lamine Ammar-Khodja et Zahia Rahmani, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.27.02

Alger, quartier Meissonier, en attendant l’ouverture du cinéma Sierra Maestra fraîchement rénové, sur la place qui lui fait face, le cinéaste interroge les passants : qu’est-ce que le cinéma ?

La bande annonce du film.

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.35.13

Lamine Ammar-Khodja est né en 1983 à Alger. Il poursuit ses études en France, fait plusieurs courts-métrages et obtient un diplôme en réalisation documentaire à Lussas. En 2011, débutent les révoltes arabes, il retourne en Algérie et réalise son premier long-métrage de fiction, Demande à ton ombre (2012). Présenté en avant-première au FID Marseille, il reçoit le Prix du Premier Film. Il a été présenté au MoMA à New York et dans plusieurs festivals internationaux.

Bla Cinima sera projeté le jeudi 2 avril à 19 h au cinéma l’Écran de Saint-Denis (93), dans le cadre de la 10e édition du festival Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient.

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.04.24

FILMOGRAPHIE

Le manifeste des ânes, 2010, 6 min.
Comment recadrer un hors-la-loi en tirant sur un fil, 2010, 16 min.
’56 Sud, 2010, 17 min.
Alger moins que zéro, 2011, 16 min.
50 contre 1 (Chroniques équivoques), 2012, 44 min.
Demande à ton ombre, 2012, 82 min.
Bla Cinima, 2014, 82 min.

SELECTION DE LECTURES

http://www.derives.tv/ammar-khodja

http://www.fidmarseille.org/index.php/fr/?option=com_content&view=article&layout=edit&id=1118

http://libertaires93.over-blog.com/article-notes-sur-le-cinema-de-lamine-ammar-khodja-124426499.html

http://www.maghrebdesfilms.fr/ammar-khodja-lamine.html

Made in Algeria – Genealogia di un territorio

Made in Algeria – Genealogia di un territorio è la prima esposizione di grande portata ad essere mai stata realizzata e consacrata alla rappresentazione del territorio algerino. L’obiettivo è quello di animare un dialogo tra carte, disegni, dipinti, fotografie, documenti storici e opere di artisti contemporanei che hanno percorso le terre d’Algeria. Le carte originali giunte fino a noi, di rara qualità estetica, non sono mai state presentate al pubblico. L’Algeria, Paese poco aperto al turismo di massa, resta in effetti ancora oggi una realtà poco conosciuta. Il suo lungo e splendido litorale non ha infatti subito lo stesso processo che ha sfigurato le altre coste del Mediterraneo. Spiagge, montagne, pianure e deserti si stendono su circa due milioni di chilometri quadrati, ma sono comunque pochi quelli che possono dire di essersi avventurati su questo territorio.

L’origine del progetto di esposizione Made in Algeria risiede nella questione dei grandi esploratori europei, delle loro conoscenze e dei loro racconti di viaggio, soprattutto quelli dei naturalisti. Sorprendentemente anche ai loro tempi, come ai giorni nostri, non si sapeva nulla dell’Algeria. Il XVIII secolo europeo, che si appropriava nel frattempo del mondo e che ne censiva la fauna, la flora e gli uomini, non riusciva in realtà a cogliere questo territorio della riva di fronte, come invece avveniva altrove in America, in Asia e in Oceania.

Algeri e le sue fortificazioni, la sua ostilità, i suoi pirati e i suoi miti, generavano a tal punto desiderio e paure che solo agli uffici diplomatici e allo spionaggio era consentito alimentare la conoscenza di tali luoghi e amministrarne la vigilanza. Nel XVIII secolo, consultare una carta europea del territorio di Algeri significa, innanzitutto, leggere informazioni di seconda mano, che si basano su ipotesi cartografiche e che contrastano con la precisione delle carte nautiche.

Made in Algeria vuole essere l’analisi innovativa di un’avventura moderna che è cominciata più di due secoli fa e i cui effetti sono visibili ancora oggi: la conquista dell’Algeria e il tipo di colonialismo che vi si è sviluppato. L’invenzione cartografica dell’Algeria è infatti andata di pari passo con la sua conquista e la sua descrizione. L’esposizione si propone quindi di indagare il processo di fabbricazione di un territorio coloniale. Questo obiettivo, raggiunto non senza difficoltà, è giustificato anche dalla necessità di sostenere, attraverso nuove esperienze e nuove scoperte tecnologiche, l’inventario, l’appropriazione, la valorizzazione e la sorveglianza di un territorio e dei suoi popoli. In questo senso, l’Algeria è stata uno dei luoghi cardine della modernità europea, uno dei suoi principali laboratori, quello che ha permesso di sperimentare il rendimento di un territorio grazie all’osservazione dei suoi abitanti. A partire dal 1882, nessun centimetro di questo suolo sarebbe più stato libero da vincoli e costrizioni.

Circa 250 opere saranno riunite in occasione di questa esposizione. Archivi sonori e audiovisivi, carte rare – alcune di importanza fondamentale e mai esposte in precedenza -, opere provenienti dai più grandi musei francesi e stranieri saranno presentate assieme a creazioni contemporanee inedite.

I sovraintendenti:

Zahia Rahmani e Jean-Yves Sarazin

 

traduction par Valentina Tallamona

3 février 2015 : Première séance / Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

Hélène Blais, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest La Défense,  inaugure le cycle de séminaires qui jalonnera sa préparation durant l’année 2015.

Entretien autour de son ouvrage Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, animé par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

_

Hélène Blais, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard, 2014

Janvier 1957 : une région autonome est créée (Organisation commune des régions sahariennes) et marque la tentative d’un découpage de l’espace qui forme une enclave française en Afrique, apparaissant, dès lors, comme une résurgence de l’histoire coloniale. Ce geste est révélateur du lien qui existe entre la domination et les savoirs sur l’espace, entre les savoirs géographiques et l’impérialisme. Il nous faut comprendre les enjeux de la pratique cartographique dans un contexte d’exploration puis de colonisation d’un territoire et l’Algérie semble être un exemple particulièrement significatif. En effet, la longévité de l’Algérie comme colonie française, son exceptionnalité en tant que colonie de peuplement et sa proximité géographique avec la métropole sont autant de facteurs déterminants pour comprendre l’intérêt suscité par l’Algérie dans l’histoire de la colonisation, notamment dans sa dimension spatiale. La cartographie du territoire algérien fut l’une des visées françaises, et ce, dès le débarquement à Alger (1830); la carte participe de la mise en ordre du territoire et de sa soumission et devient ainsi un instrument de pouvoir aussi bien qu’une source privilégiée pour l’historien qui s’intéresse à l’Algérie coloniale. Au-delà de l’objet en tant que tel, c’est la construction de la carte qui nous intéresse ici, son élaboration sur le terrain, les enquêtes menées, la collecte des informations… car ce sont toutes ces étapes qui expriment l’affirmation d’une autorité sur le territoire.

Comment, à partir des pratiques de l’espace, de la connaissance et de la reconnaissance des territoires, une politique coloniale peut-elle se mettre en place ?

Dans un contexte de domination et d’appropriation du territoire, une carte et son élaboration ne sont jamais neutres. La carte topographique se présente donc comme un révélateur des logiques spatiales d’un gouvernement colonial. Elle est à la fois le fruit et l’instrument d’une construction territoriale aussi bien réelle que mentale. Elle donne à voir l’empreinte laissée par la colonisation sur l’espace et les sociétés qui l’habitent en même temps que sur les façons de les représenter, de les figurer. Dans l’histoire de l’Algérie colonisée, deux discours s’affrontent : le discours de propagande qui fait de l’Algérie une créature de la France et le discours qui met en avant « l’ancienneté de la nation algérienne, sa cohérence et son unité précoloniale ». En s’appuyant sur l’étude de la carte, Hélène Blais renouvelle les regards portés sur l’Algérie coloniale en favorisant les emboîtements d’échelle et les passages de frontières. Tout l’enjeu de son étude consiste à comprendre dans quelles mesures la politique coloniale s’appuie sur les pratiques et les représentations du territoire, à comprendre les rouages de la construction territoriale dans la mise en place d’un projet politique colonial. Pour cela, l’historienne croise deux chronologies : l’histoire de la colonisation et l’histoire des savoirs.

Par conséquent le livre s’intéresse à la fois à l’ensemble des savoirs disponibles sur l’Algérie qui ont pu servir aux acteurs coloniaux (chapitre 1) et à l’expérience du terrain qui passe par la fabrication des cartes dans l’Algérie colonisée (chapitre 2) puis par la rencontre avec le terrain (chapitre 3). La situation coloniale suppose un certain nombre de décalages et de bricolages révélés par le savoir cartographique ainsi que par les connaissances vernaculaires qui en découlent (chapitre 4). Enfin, le livre consacre deux chapitres à l’histoire de la constitution des frontières de la colonie (chapitre 5) et plus particulièrement au Sahara qui voit ses limites sans cesse rediscutées (chapitre 6).

À travers son étude, Hélène Blais nous rappelle que le territoire colonial est un espace dont les limites, les découpages et les représentations ont été mis en place en fonction des intérêts et des objectifs des colonisateurs. La construction des savoirs sur l’espace colonial n’étant jamais lisse, jamais neutre, l’historien doit tenir compte du contraste qui existe entre les représentations cartographiques destinées à l’administration et la réalité de la pratique sur le terrain. Ainsi la confusion semble-t-elle apparaître derrière l’ordre apparent de la carte et du territoire colonial. Les tentatives d’uniformisation spatiale se heurtent à une réalité complexe qu’est celle du territoire de l’Algérie colonisée, marqué par des enclaves et des discontinuités, marqué par le nomadisme (alors incompatible avec l’exercice cartographique). Durant la période coloniale, l’Algérie est plus un assemblage de morceaux qu’une entité politique, et ce, malgré une logique administrative qui tend à imposer une image uniforme afin de construire un prolongement de la France en Afrique. Les spécificités locales, les spatialités vernaculaires sont mises de côté par les autorités coloniales en charge de la cartographie. Les cartes témoignent alors des illusions des acteurs coloniaux et des mirages de l’exercice infaillible de leur pouvoir. Elles sont représentations autant que constructions territoriales. En effet, les cartes produites par l’armée entre 1830 et 1930 ont contribué à la création d’un territoire colonial en Algérie. Les officiers topographes ont cartographié l’Algérie qu’ils percevaient et qu’ils administraient et donné consistance à une réalité construite et sans cesse modifiée au cours du temps. C’est pourquoi nous pouvons considérer la carte non seulement comme un reflet des évolutions politiques mais encore et surtout comme l’outil qui les accompagne voire les anticipe. La domination repose sur une façon de représenter et de donner à voir les territoires colonisés, en Algérie comme dans les autres colonies. Avec Mirages de la carte, Hélène Blais montre que la possession d’un territoire, qu’elle soit militaire et/ou symbolique, passe notamment par la géographie sans pour autant que celle-ci ne se réduise à imposer une domination.

[Recension par Marie-Hortense de Richoufftz.]