Circulations artistiques vers et depuis les mondes arabes, XIXe-XXe siècle, Paris, ENS, 2015-2016

ARTL@S est un projet d’histoire transnationale des arts. Il met à disposition des historiens de l’art une base numérique de catalogues d’expositions partout dans le monde aux 19e et 20e siècles, en privilégiant les approches géographiques, quantitatives et transnationales.

La saison 2015-2016 du séminaire porte sur les circulations artistiques partant des mondes arabes.  Les séances ont lieu les jeudis par quinzaine, de 13h30 à 16h, Salle de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, escalier D, 3e étage).

Le programme détaillé des séances est disponible sous ce lien.


Sélection :

26 novembre 2015 : Nabila Oulebsir (Université de Poitiers). Les circulations d’œuvres d’art entre l’Europe et les pays arabes

10 mars 2016 : Fanny Gillet (EHESS). Faire l’histoire de l’art en Algérie au XXe siècle

Un autre espace blanc, une autre histoire cartographique : l’Arctique

par Florence Duchemin-Pelletier, pensionnaire du programme “Art et mondialisation”, INHA

 

[Les géographes], dans le cadre de la géographie radicale (1970-1985) puis de la géographie post-moderne et surtout post-coloniale, ont bien montré à quel point la carte était un instrument de pouvoir. Plus sûrement que le territoire lui-même, elle dit ce qu’il est. La « vérité » n’est pas sur le terrain, elle est dans la carte qui le représente. Dans les négociations territoriales, la carte est l’outil par excellence. Pour les Occidentaux que nous sommes, fils et filles de la modernité, c’est un document clef car il légitimise un discours, qu’il contribue à fonder en le faisant passer pour objectif, c’est à dire « vrai » dans notre tradition scientifique. (Béatrice Collignon, 2004)

La géographe Béatrice Collignon, en écrivant ces lignes, pointe l’idée selon laquelle la carte serait un outil neutre, un mode de représentation graphique impartial et abouti de l’espace géographique. Elle souligne non seulement la difficulté à se défaire de l’héritage moderne, qui a consolidé cette croyance, mais aussi la prégnance avec laquelle l’instrument cartographique continue de s’imposer dans le monde occidental sous sa forme officielle, arrêtée et instituée. Par ce juste rappel, elle suggère l’existence d’autres modèles de description géographique, des cartes empreintes de subjectivité, structurant la pensée et l’organisation des sociétés, frappées d’une forte densité symbolique, des images mentales matérialisées ou laissées à leur caractère éphémère qui ne cherchent même pas à s’imposer tant elles relèvent de l’évidence pour leurs auteurs. Ces dernières s’affirmeraient ainsi en tant que créations culturellement signifiantes, ordonnant l’existence et liant le territoire par son histoire locale, mythologique et religieuse.

Si l’on accepte de tenir sérieusement compte de l’existence de conceptions cartographiques distantes et du sens qu’elles revêtent pour les sociétés qui les ont créées, il devient envisageable de postuler que la violence coloniale faite par la carte ne s’est pas uniquement exercée à travers la saisie de territoires et l’instauration de nouvelles frontières, mais par la dénaturation du savoir vernaculaire, que cela eût été par erreur, omission ou corruption. Le terrain colonial, alors, ne se serait pas seulement conquis par la dépossession physique, mais par celle symbolique d’un territoire habité, traversé, vécu, dont l’épreuve journalière est reléguée au ban des savoirs utiles, jugée moins digne de valeur que les enquêtes ponctuelles menées par des administrateurs allochtones. Non que les autorités coloniales n’aient jamais fait appel aux compétences locales pour situer un lieu ou le nommer – il faut le rappeler –, mais elles ont souvent tronqué, aménagé les informations collectées en fonction de leurs besoins immédiats et de leurs aspirations à plus long terme. Des territoires investis culturellement se sont ainsi vus amputés de leurs signes et de leurs marqueurs signifiants, de leur maillage traditionnel, pour redevenir de simples espaces géographiques appropriables, même si là encore une nuance est à saisir puisqu’il ne s’est jamais tant agi de vider les lieux de leur substrat historique que d’en rogner les parties saillantes auxquelles les indigènes pouvaient encore se rattacher. La carte, donc, est bien un instrument de domination, mais en partie parce qu’elle impose des conceptions étrangères de l’espace habité.

 

L’Algérie n’est pas mon terrain d’études, et j’aurais bien du mal à en dire des choses pertinentes même s’il suscite mon intérêt. À l’invitation de Zahia Rahmani cependant, je tenterai de m’exprimer ici sur la question de la carte et d’un territoire que je connais mieux, celui des Inuit de l’Arctique canadien. Si l’écart peut paraître vertigineux, il n’en demeure pas moins fertile à mes yeux. C’est dans l’analyse confrontée que ressortent en effet des éléments marquants : non des principes invariablement retrouvés d’une société à l’autre, mais des dynamiques voisines, des impulsions, des manières de faire qui sont tout à fait propres à en éclairer d’autres. La conception inuit du territoire n’est bien sûr en aucun cas transposable à celle du peuple algérien, mais elle peut certainement informer par échos les processus coloniaux et décoloniaux à l’œuvre.

L’Arctique est un territoire longtemps demeuré sans cartes. On se rappelle les planisphères du XIXe siècle qui ne délimitaient pas encore les contours de sa partie américaine. Nommée Terra incognita et nullius par les explorateurs, cette dernière fut jugée vacante et sans maître. La prise de possession du territoire passa donc en premier lieu par sa domestication, sa mise en ordre sous forme de carte. Face aux difficultés induites par un climat exigeant, les premiers explorateurs n’eurent d’autre choix que de s’en remettre aux locaux, qui possédaient de toute évidence une bien meilleure maîtrise du territoire qu’eux. Ces derniers les aidèrent à passer les hivers, mais aussi à cartographier le littoral. Une surprise pour eux fut la dextérité avec laquelle les Inuit parvenaient à dessiner des cartes d’une grande précision, alors que beaucoup touchaient au médium papier pour la première fois. Ils paraissaient, en outre, ne pas être désireux de retenir l’information et la partageaient, au contraire, avec facilité. Cette bonne disposition peut être mise sur le compte d’une absence effective de colonisation alors, mais aussi d’une volonté de ne pas laisser courir un danger vital aux nouveaux arrivants. Plus encore : de démontrer ses capacités personnelles d’observation et d’imitation (connaissance et mémoire du territoire, imitation de la technique du dessin).

Si avant l’arrivée des Européens, les Inuit ne réalisaient en toute vraisemblance pas de cartes sur des supports durables, ils n’en possédaient pas moins certaines conceptions cartographiques. Ils traçaient des cartes éphémères, dans l’air, la neige ou le sable, et se représentaient mentalement le territoire connu et inconnu. Capables de visualiser le profil d’une côte, ils ne concevaient néanmoins pas le territoire sous la forme d’un ensemble unifié délimité par des frontières. Ce dernier, plutôt, était appréhendé sous la forme d’un réseau d’itinéraires, reliant des points d’intérêt entre eux, et d’ilots faisant se succéder les territoires humains (tumitaqaqtuq, « avec traces de pas ») et non-humains (tumitaittuq, « sans traces de pas »). L’entrée dans un nouveau territoire, comme le souligne Bernard Saladin d’Anglure, requérait par ailleurs certains rituels afin d’acquérir le statut de natif auprès de l’esprit du lieu. On comprend que cette articulation complexe du territoire, qui met en relation les lieux entre eux au lieu de les isoler comme de simples points, put être bouleversée par les reconfigurations coloniales.

Sans revenir en détail sur ces dernières, on rappellera que le processus de sédentarisation enclenché dans les années 1950, d’une part, a engendré l’oubli progressif des routes traditionnelles, dont on imagine bien l’importance qu’elles revêtaient pour des semi-nomades et la force avec laquelle elles structuraient le territoire, et que les déplacements de populations dans des lieux traditionnellement inoccupés, car dépourvus de gibier et trop froids, d’autre part, outre les problèmes évidents d’adaptation qu’ils ont pu poser, ont dérangé l’organisation cosmogonique de l’espace. Il faut ajouter à cela que la localisation des nouveaux villages a rarement répondu à des intérêts autochtones, mais plutôt occidentaux (bon ancrage pour les bateaux, source d’eau potable etc.), que les appellations anglophones ont fréquemment remplacé celles inuit (ex : Kinngait devenu Cape Dorset) et que des incohérences se sont autrement manifestées. Saladin d’Anglure relève, par exemple, qu’Igloolik [Iglulik] désigne pour les Inuit un autre site que le village actuel – un site qui représente d’ailleurs un lieu stratégique pour la chasse aux mammifères marins. L’erreur, loin de n’être que géographique, s’avère donc aussi symbolique. Elle entraîne une déperdition du sens conféré au territoire, à son expérience et à sa maîtrise : les nouvelles cartes dessinées par le gouvernement canadien mettent ainsi à mal le sentiment de souveraineté autochtone en déstabilisant ce qui a toujours servi comme point de repère. Certains Inuit, même s’ils ne sont pas majoritaires, en arrivent à se sentir étrangers chez eux et à considérer les villages dans lesquels ils habitent pourtant toute l’année comme des localités « blanches » – la toundra demeurant le « chez soi ».

Depuis une vingtaine d’années, les projets visant à recenser les toponymes ancestraux et à retracer les routes traditionnelles se multiplient donc au Nunavut (territoire autonome) et au Nunavik (portion septentrionale du Québec). Comme souvent chez les Inuit, ce n’est pas tant le produit fini que les processus mis en œuvre pour y parvenir qui intéressent. Les discussions nécessaires avec les aînés afin de récolter des données sont vécues comme une formidable opportunité de se voir transmettre le savoir traditionnel – savoir qui pourra, à son tour, être retransmis et préservé. L’expérience sur le terrain permet quant à elle de se reconnecter avec le passé : pour Aksatungua Ashoona, interprète inuit qui a collaboré avec Anne Henshaw à un projet de ce type à Kinngait, le voyage contribue à soigner le traumatisme colonial. Il permet de se réinsérer dans un tout et d’apprendre par l’épreuve physique ce que des dizaines de générations ont vécu avant elle. La pensée inuit, en effet, précise Michèle Therrien, insiste sur l’aptitude du corps à mémoriser les expériences et à lutter « contre les situations d’oubli en recherchant la qualité de la performance ». C’est ainsi la meilleure forme d’apprentissage et celle qui est la plus encouragée.

S’agissant des toponymes inuit, il faut préciser que l’intérêt de leur recensement réside en grande partie dans la reconquête d’un savoir historique et cosmologique. Dessiner une carte et l’augmenter de points ne revêt aucun sens si l’histoire derrière le nom demeure inconnue. Illutalialuk signifie ainsi « le grand lieu qui a un iglou », un toponyme à l’apparence anodine, mais qui désigne pour qui sait la demeure d’Amautilialuk, l’ogresse emportant les humains dans la poche dorsale de son manteau. Un tel savoir vernaculaire ne peut être enregistré sur un modèle cartographique occidental, mais il revêt tout son intérêt lorsqu’il se trouve injecté au sein d’une cartographie mentale, dynamique du territoire, ouverte aux renvois et aux évocations. Car les toponymes qui lient le territoire sont des marqueurs temporels et spatiaux, autant de morceaux d’histoire qui disent les habitudes, les rencontres, les incidents, les migrations, les cycles saisonniers. Ils mettent à contribution les cinq sens, puisque cartographier l’espace, c’est aussi être attentif à ses signes et choisir celui qui pourra le caractériser le mieux – Aluqpaluk, « là où l’on entend des bruits de pas, car de nombreux eiders prennent leur envol depuis l’eau », Tatsiumajuq « là où l’on ressent ce qui nous entoure par le toucher ». C’est sans hasard que le premier historien inuit, Peter Pitseolak, cita plus de 60 noms de lieux dans son autobiographie : le parcours du territoire ponctue l’existence.

On pourrait imaginer que les Inuit s’efforcent désormais de remplacer les toponymes anglophones par ceux traditionnels et d’en officialiser l’usage. Ce serait se tromper et faire preuve d’ethnocentrisme que d’imaginer qu’imposer de nouvelles cartes soit au cœur des préoccupations autochtones. Béatrice Collignon le fait pertinemment noter, les Inuit préfèrent emprunter la voie parallèle qui consiste à diffuser et à transmettre ces marqueurs territoriaux jusqu’à ce que leur utilisation devienne indispensable. Cette stratégie, qui permet par ailleurs de contourner la lenteur administrative, dit autre chose également des processus décoloniaux : les armes de l’ennemi ne sont pas toujours celles avec lesquelles il est nécessaire de lutter. La valorisation de schèmes culturels traditionnels (le consensus politique dans le cas des Inuit et une relation à la carte différente, l’accent mis également sur le processus de transmission) sont autant d’outils efficaces pour réaffirmer son appartenance territoriale.

 

Références bibliographiques

Collignon, Béatrice, 2004, « Recueillir les toponymes inuit. Pour quoi faire ? », Études/Inuit/Studies 28(2) : 89-106.
http://www.erudit.org/revue/etudinuit/2004/v28/n2/013198ar.pdf

Henshaw, Anne et Ashoona, Aksatungua, 2009, « Collaborative Place Name Research in the Community of Kinngait (Nunavut, Canada) », in Béatrice Collignon et Michèle Therrien (éds.), Orality in the 21st century: Inuit discourse and practices. Proceedings of the 15th Inuit Studies Conference, Paris, INALCO.
http://inuitoralityconference.com/art/Henshaw-Ashoona.pdf

McGrath, Robin, 1988, « Maps as Metaphor. One Hundred Years of Inuit Cartography », Inuit Art Quarterly 3(2) : 6-10.

Pitseolak, Peter et Eber, Dorothy, 1975, People from Our Side. An Eskimo Life Story in Words and Photographs. An Inuit Record of Seekooseelak, the Land of the people of Cape Dorset, Baffin Island, Bloomington, Indiana University Press.

Rundstrom, Robert A., 1990, « A Cultural Interpretation of Inuit Map Accuracy », Geographical Review 80(2) : 155-168.

Saladin d’Anglure, Bernard, 2004, « La toponymie religieuse et l’appropriation symbolique du territoire par les Inuit du Nunavik et du Nunavut », Études/Inuit/Studies 28(2) : 107-131.
https://www.erudit.org/revue/etudinuit/2004/v28/n2/013199ar.pdf

Therrien, Michèle, 2002, « Ce que précise la langue inuit au sujet de la remémoration », Anthropologie et Sociétés 26(2-3) : 131-132.

 

Illustration : Itee Pootoogook, In the Middle of Winter, 2007, graphite sur papier vélin, 28.8 x 76.5 cm, Musée des beaux-arts du Canada, © Dorset Fine Arts.

Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial, Paris, 25 septembre 2015

Journée d’études organisée par Elara Bertho (Université Paris 3 / Thalim) et Florent Piton (Université Paris 7 / CESSMA).

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-17h30

9h-9h30 Accueil
9h30-11h Pères de la patrie et héros nationaux
11h15-12h15 L’émir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles
14h-15h30 Des mémoires nationales aux mémoires transnationales
15h45-16h45 Mémoires visuelles : les héros en image(s)

Le programme détaillé de la journée est disponible ici.

Le Transsaharien à rebours

Utopie jamais aboutie, le projet de chemin de fer Méditerranée-Niger a accompagné l’ambition coloniale française en Afrique du Nord, du second XIXe siècle au régime de Vichy.

Si la faisabilité du projet est définitivement niée en 1949, la propagande des années 1940 faisait la part belle à la construction de cette liaison ferroviaire à travers le Sahara :


Inspection des travaux de la voie ferrée Méditerranée-Niger, Les actualités mondiales, 1941, INA

Un siècle plus tôt, la Marine française cartographiait déjà les possibilités commerciales du désert :

Algérie au pays des noirsCarte des routes commerciales de l’Algérie au Pays des Noirs
Dressée par M. Prax, ancien officier de la Marine de l’État ; gravée par F. Delamare
1851
Échelle : 1:10 000 000
Carte imprimée, 46 x 58,7 cm

Source : Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et plans, Ge D 13820

Pour voyager sur ces routes en détails, en attendant la rentrée, rendez-vous sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8491465k

ECAS 2015, Paris, 8-10 juillet 2015

À l’occasion de la tenue prochaine en Sorbonne de la 6e Conférence européenne des études africaines (6th European Conference on African StudiesECAS), portée par le thème Mobilisations collectives en Afrique. Contestations, résistances et révoltes, voici une sélection de séances portant sur l’Algérie.

Le programme complet de l’évènement est disponible ici.

 

Mercredi 8 juillet, 17h30
Chariet Mounira (Iremam), La langue nationale contestée ? Aux origines de l’enseignement privé en Algérie, dans l’atelier Mobilisations scolaires et contestations en Afrique (Charton Hélène, Guidi Pierre).

Jeudi 9 juillet, 16h
Atelier Industrie pétrolière et indépendance : l’Algérie et la Libye après la décolonisation (Musso Marta, Bini Elisabetta)
• Adjel Sarah, IMAF/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IRMC
L’influence des réseaux diplomatiques Algériens : entre puissance politique et indépendance énergétique (1956-1978)
• Bini Elisabetta, University of Trieste
Collective Mobilisations in Africa: Contestation, Resistance, Revolt
• Brault Julien, GIDS/Geneva
French Oil Policy and the Algerian War
• Cantoni Roberto, LATTS/IFRIS ; Musso Marta, University of Cambridge
“Our Oil Won’t Feed our Slavery”. Battles around Oil and Pipelines in Wartime Algeria
• Monjour Melina, Université Paris-Sorbonne
Les intérêts pétroliers français en Libye dans les années 1960

Vendredi 10 juillet, 16h
Drew Allison (University of York), Voix autobiographique d’une militante algérienne : l’expérience de Lucette Hadj Ali, dans l’atelier Autobiographies de militantes ou l’écriture de soi comme expression politique (Rillon Ophélie, Monciaud Didier).

Appel à communications – Colloque “Les découpages territoriaux”, Tunis, novembre 2015

L’Unité de Recherche Régionalisation et Développement Régional et Urbain de la faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis organise un colloque sur le thème des découpages territoriaux.

Il s’articulera autour de deux axes majeurs, l’un traitant du découpage territorial dans la réflexion des géographes, l’autre du découpage dans la problématique territoriale en Tunisie.

L’argumentaire détaillé du colloque, ainsi que les modalités de soumission de proposition, sont disponibles dans l’appel à communications.
Les propositions sont attendues avant le 25 juillet 2015.

Appel à communications – 3e Rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3e rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.

Les propositions de communication peuvent être déposées jusqu’au 15 juillet 2015, en ligne, sur la plateforme jcea2016.sciencesconf.org.

Les ressources cartographiques sur l’Algérie au Service historique de la Défense

par Alix Duvillier, mai 2015

Le Service historique de la Défense détient un  fonds considérable de cartes portant sur l’Algérie, fruit de divers apports. La plupart de ces cartes ont été tout d’abord conservées par le Service géographique dans les années 1880, avant d’être versées par l’Institut géographique national au Service historique de l’armée de Terre dans les années 1980. Le reste des documents est issu des archives de l’armée de Terre et c’est après la dissolution du Dépôt dans les années 1880 que ces cartes sont parvenues au Service historique de la Défense. Par conséquent, les auteurs sont des officiers d’état-major et des ingénieurs géographes militaires.

Principalement réalisées sur une période allant de 1830 à 1950, ces cartes sont, de par leur nombre, une source primordiale en ce qui concerne l’accroissement progressif des connaissances et des informations acquises sur ce territoire ; leur variété font également de ces cartes un exemple type du processus cartographique. En effet, si la grande particularité de ce fonds est le panel impressionnant de cartes de reconnaissances et d’étapes liées à l’exploration et à la conquête de l’Algérie, s’y trouvent, en outre, de nombreux plans de villes et de leurs environs immédiats, des cartes à plus grande échelle, ainsi que les travaux préparatoires qui permirent de réaliser à terme la couverture méthodique du territoire.

Cartographier l’Algérie : une cartographie militaire

En 1830, les littoraux sont déjà renseignés, contrairement à l’intérieur du territoire ; c’est donc la conquête qui en impose la nécessité et qui lance le mouvement. Ainsi les ingénieurs géographes ont-ils d’abord pour ordre de se consacrer aux environs des points de débarquement grâce à des levés à grande échelle (1:5 000, 1:10 000), ce qui permet la réalisation de cartes comme celle des environs d’Alger éditée en 1832 ; cependant, l’établissement d’une colonie militaire les conduit rapidement à cartographier l’intérieur des terres, instruction étant donnée de réaliser des cartes d’ensemble. C’est pourtant entre 1834 (début des négociations avec Abd el-Kader) et 1837 (traité de la Tafna) que le territoire commence à être réellement mieux connu grâce à la reconnaissance de grands itinéraires levés durant cette période ; ces acquis s’expriment notamment dans la réalisation en 1837-1838 de la première édition d’une carte de reconnaissance des provinces d’Alger, d’Oran et de Constantine au 1:400 000.

La courte période de paix qui suit permet de préciser davantage les données déjà rapportées : extension du plan d’Alger et de ses environs, plan de Blida, premiers travaux de triangulation dans la province de Constantine… Cependant, c’est à partir de 1840, avec la reprise de la lutte contre Abd el-Kader, et jusqu’en 1844, que s’accumule la plus grande quantité de matériaux cartographiques : la succession de colonnes offensives, d’expéditions et de coups d’armes donne lieu à des retranscriptions cartographiques d’autant plus abondantes que des topographes se joignent à ces actions. En outre, participent à ces travaux cartographiques les officiers d’état-major accompagnant les renforts de troupe et les officiers du génie chargés d’organiser la colonisation.

Lorsque le pays se soulève plus massivement en 1844, et ce, jusqu’à la soumission de la Kabylie en 1856, les opérations deviennent davantage confuses : de ce fait, peu de matériel cartographique est produit durant cette période. La mise au pas de la Kabylie entraîne, pourtant, quelques expéditions, telles que l’expédition du Djurdjura dans les vallées du Sebaou et du Sahel, en 1857, et ces campagnes auxquelles s’adjoignent les topographes conduisent à l’établissement d’une carte spéciale de la Kabylie. Cette carte au 1:50 000 en 6 feuilles paraît en 1858.

La conquête du Sahara, un enjeu impérial

Tandis que se poursuivent les opérations en Kabylie, les forces militaires entreprennent la conquête du Sahara, perçu comme un obstacle manifeste à la continuité impériale. La connaissance du désert se développe au rythme de l’expansion méridionale de la colonie algérienne. Et, dans une logique de conquête, le Sahara, perçu depuis Alger et créé de manière artificielle par la cartographie française, devient un Sahara « algérien ». Jusqu’au début du XXe siècle, le relevé d’itinéraire représente la base de la cartographie saharienne. Tandis que la première carte du Sahara algérien, établie en deux feuilles au 1:1 000 000 et publiée en 1845, est encore fondée sur des renseignements essentiellement oraux, un nouvel élan est donné à la cartographie de cette région, à partir de 1852, grâce à l’action du maréchal Randon.

De 1843 à 1856, se succèdent colonnes et expéditions dans le Sud algérois, oranais et constantinois. Avec la conquête de ces oasis du nord du Sahara, les états rapportés permettent l’établissement des étapes de l’Algérie au 1:800 000.

C’est dans l’idée d’un Empire français en Afrique, conçu comme un élément de jonction, que s’organise la pénétration en profondeur du Sahara à partir de ces points d’appui ; ainsi cette progression s’élabore dans deux directions : l’Ouest, afin de rejoindre et le Niger ; l’Est, pour atteindre Ghadamès et le Sud tunisien. L’exploration est également motivée par des projets spécifiques, comme la mission Pouyanne qui étudie la question de la liaison par le rail de l’Algérie et du Soudan entre 1879 et 1881. La pénétration en profondeur du Sahara central est ralentie de 1881 à 1890 suite à l’anéantissement de la mission Flatters. Les cartes d’ensemble du Sahara demeurent alors, à peu près vides, jusqu’à ce que le gouvernement britannique reconnaisse une zone d’influence française, limitée par une ligne qui joint Say sur le Niger à Barroua sur le lac Tchad. S’en suivent des opérations qui permettent une vision plus approfondie du territoire, vision qui devient globale sur cette partie occidentale du désert en 1905 grâce aux reconnaissances du lieutenant Mussel. Les grandes missions se poursuivent et les compagnies de méharistes mises en place par le commandant Laperrine parcourent de long en large le Sahara, produisant une grande masse d’itinéraires. Les deux cartes d’ensemble, qui permettront la synthèse finale, sont conservées par l’IGN.

Ainsi, à la veille de la Première Guerre mondiale, si l’idée impériale française en Afrique se heurte à la réalité de l’immensité désertique, les travaux cartographiques réalisés fournissent une matière considérable. Cependant, après plus de quatre ans d’inactivité cartographique, le retour à la paix offre de surcroît un contexte totalement renouvelé.

Vers l’élaboration d’une carte régulière

Avec la paix, les méthodes changent, ce qui permet l’établissement d’une carte régulière de l’Algérie sur le modèle de la carte d’état-major en cours de réalisation en métropole. L’essentiel des documents de travail ayant servi à établir cette cartographie se trouve à l’IGN ; le Service historique de la Défense ne conserve que les cartes éditées par le Dépôt de la guerre puis par le Service géographique de l’armée.

Les tentatives pour effectuer une couverture cartographique totale du territoire commencent dès le milieu du XIXe siècle : ainsi en est-il de la carte de reconnaissance au 1:400 000 ou de la «carte générale de l’Algérie» au 1:1 600 000, établie en 1856, qui furent toutes deux remplacées en 1890 par une carte «régulière» de l’Algérie au 1:800 000. Les relevés géodésiques, dont les états sont conservés par l’IGN, sont laborieux ; les conflits d’attribution entre le chef du Dépôt de la guerre et le gouverneur général à propos des topographes retardent l’avancée des travaux, du moins jusqu’en 1864, année qui voit l’arrivée en Algérie de sept officiers du Dépôt de la guerre. Ainsi, c’est en 1865 qu’est prise la décision de réaliser une nouvelle carte de l’Algérie proposant un découpage en carrés réguliers de la carte au 1:400 000. Le choix de l’échelle est sujet à de nombreuses hésitations. Après la guerre de 1870, les travaux reprennent, toujours sur la base de levés au 1:400 000, tandis que le méridien d’origine n’est plus celui de Paris, mais celui d’Alger. Dès 1901, la révision des 329 feuilles constituant la carte de base est d’actualité. Par la suite, pour la carte régulière du Sud algérien, on préfère une échelle au 1:200 000, avec levés au 1:100 000, à l’image de la carte de la Tunisie.

Conséquence de la guerre de 1914, le bureau topographique du 19ème corps d’armée est chargé de centraliser les renseignements topographiques de toute nature et d’exploiter, pour les besoins locaux, les documents recueillis. 1920 voit naître le projet de la nouvelle carte du Sahara et c’est finalement une échelle au 1:500 000 qui est adoptée pour les territoires plus au sud. Outre de nombreux avantages pratiques, ce changement d’échelle permet d’intégrer les travaux français à la carte du monde au 1:100 000 entreprise à l’issue des conventions de Londres en 1909 et de Paris en 1913.

Si l’essentiel de cette documentation se trouve à l’IGN, le Service historique de la Défense en conserve de nombreuses traces. Et l’abondance des travaux préparatoires conservés dans ses fonds manifeste non seulement les progrès d’une cartographie hésitante, mais aussi l’importance de l’intérêt qui était porté à ce territoire, enjeu d’ambitions impériales et coloniales.

 

Références bibliographiques

DE VILLEDE Marie-Anne et PONNOU Claude, À la découverte d’un territoire : inventaire des cartes d’Algérie conservées aux archives de la guerre du Service historique de la Défense (1830-1950), Service historique de la Défense, Vincennes, Service historique de la Défense, 2010

BLAIS Hélène, DEPREST Florence et SINGARAVELOU Pierre, Territoires impériaux, une histoire impériale du fait colonial, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011

BLAIS Hélène, Mirages de la carte: L’invention de l’Algérie coloniale, Fayard, 2014

16 JUIN 2015 : Huitième séance / Hannah Feldman / Aesthetics and Other Erasures : L’art durant la guerre d’indépendance algérienne

Entretien avec Hannah Feldman, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Walter Benjamin (rez-de-chaussée), 18h-20h

Historienne de l’art, Hannah Feldman (PhD Columbia University, MA Columbia University, BA Harvard University) enseigne l’art moderne tardif et contemporain ainsi que les visual studies à la Northwestern University, où elle est professeur au département d’Histoire de l’art ainsi que dans les programmes d’études de Littérature comparée et du Moyen-Orient et Afrique du Nord. Son premier livre, From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France (Duke University Press, 2014), considère la théorisation de l’art et du spectacle à Paris avant et pendant la guerre d’indépendance algérienne.

Elle est également l’auteure de nombreux essais et articles sur les intersections entre la violence et les pratiques esthétiques en l’Europe ainsi que dans les pays du Levant et du Maghreb. Fondée sur l’interdisciplinarité, sa recherche porte tout particulièrement sur les liens entre l’art et l’espace urbain dans les sites de conflits postcoloniaux et néocoloniaux, ainsi qu’entre l’art et la protestation.

Elle a reçu de nombreux prix et bourses pour ses recherches, notamment du Getty Research Institute (2008), du Kaplan Institute for the Humanities (2011, 2012), du Centre Canadien d’Architecture (2013) et de la Andrew W. Mellon Foundation, New Directions Fellowship (2015). Entre 2008 et 2011, elle a présidé le comité de rédaction du Art Journal. En 2014, elle rejoint l’équipe éditoriale du site H-France et a collaboré, comme membre du comité scientifique, au projet intitulé “Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturels entre Europe et Maghreb”.

Bibliographie sélective :

« Of the public born: Raymond Hains and La France déchirée », October, 108, 2004, p. 73-96

National Negotiations: Art, Historical Experience, and the Public in Paris, 1945-1962, Columbia University, 2004 (thèse)

« Salon des Refusés: Raymond Hains and Arman », Artforum, 44, 6, 2006, p. 332

« New Writing Systems/Writing New Systems » in Kaira Cabañas (ed.), Specters of Artaud: Language and the Arts circa 1952, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, 2012

« Flash Forward: Pictures at War » in Ali Behdad et Luke Gartlan (ed.), Photography’s Orientalism: New Essays on Colonial Representation, Los Angeles, Getty Research Institute, 2013

« As the World Constricts: Kader Attia’s Pictures of Spacelessness », Nka: Journal of Contemporary African Art, 26, 2010, p. 60-69

« Words, Actions, Inactions, and Things: Reality Between La Résistance and L’insoumission » in Julia Robinson New Realisms, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía/Cambridge, MA, MIT Press, 2010

From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France, 1945-1962, Durham, Duke University Press, 2014

« The Way of the Shovel », Artforum, 52, 6, 2014, p. 207

26 MAI 2015 : Septième séance / Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

Entretien avec Habiba Djahnine, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, suivi d’une projection du film Lettre à ma soeur (2006, 77 min.)

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Le nom de Habiba Djahnine est associé au monde de l’image et du cinéma. Réalisatrice, elle est à l’initiative en Algérie, du Béjaïa Doc, un atelier de création de films documentaires. Ecrivain et poète, elle vient de publier le recueil Fragments de la maison, aux éditions Bruno Doucey. Artiste, féministe, elle a été militante politique à la fin des années 80, début des années 90. Après quelques années d’exil en France elle retourne en Algérie où elle vit et travaille.

Image1
Image extraite du film Lettre à ma soeur, 2006

Le 15 février 1995, sa sœur Nabila est assassinée, à Tizi-Ouzou, cible d”un attentat politique revendiqué par les groupes islamistes, Lettre à ma sœur, sorti onze ans plus tard, revenait sur son parcours à travers des entretiens avec ses proches. Dans ce film, diffusé dans de nombreux festivals, Habiba Djahnine essaie de réfuter la violence comme une solution à des litiges sociaux. Suivront alors d’autres films dont Autrement citoyens, tour d’horizon d’initiatives d’associations algériennes ou encore Avant de franchir la ligne d’horizon, qui pose la question du militantisme depuis 1988. Ses documentaires révèlent les multiples facettes de l’Algérie, son histoire et les conséquences de celle-ci sur la société. En 2003, elle publie son premier recueil de poésies Outre-Mort (éd. El Ghazali-Alger). La même année, elle fonde l’association “Cinéma et mémoire” et les “Rencontres du film documentaire” de Bejaïa (Rencontres cinématographiques de Bejaïa où cinquante à soixante nouveaux films sont présentés chaque année) dont elle est déléguée générale. Avec son propre atelier Béjaïa Doc, elle offre un enseignement cinématographique pour les jeunes Algériens avec une attention portée sur tous les aspects de la profession. En 2012, elle a reçu le Prix Prince Claus pour son rôle dans la relance du cinéma algérien et pour “la création de documentaires sensibles, difficiles et perspicaces sur les réalités contemporaines”.

Filmographie :
2011 Safia. Une histoire de femme, 23 min.
2011 Avant de franchir la ligne d’horizon, 64 min.
2010 Retours à la montagne, 51 min.
2009 Autrement citoyens, 55 min.
2006 Lettre à ma sœur, 77 min.
2004 Migrants en Europe, 44 min.

Publications :
2003 Recueil de poésie Outre-Mort, éd.El Ghazali à Alger
2008 Associations algériennes, parcours et expériences, édité par le PCPA à Alger
2015 Recueil de poésie Fragments de la maison, éd. Bruno Doucey à Paris

Interview : http://www.djazairess.com/fr/elwatan/330858

12 MAI 2015 : Sixième séance / Todd Shepard / “L’Arabe au sexe-couteau” : Comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

Entretien avec Todd Shepard, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

BenZobi
“Wanted: Mohammed el-Prick, Born in Algeria, Living in France. This Man is Dangerous! Liable to Kill! Rape!… You Won’t Have to Look Very Far to Find Him… All Around You, There Are 700,000 Just Like Him!” Europe-action 22 (1964), back cover.


Todd Shepard est professeur d’histoire à l’université Johns Hopkins. Son travail porte sur la France et son empire colonial au XXe siècle. Son premier livre, The Invention of Decolonization. The Algerian War and the Remaking of France (Cornell U.P., 2006), a été traduit en français sous le titre : 1962. Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; en poche 2013).

Il prépare actuellement deux ouvrages. Le premier, La France, le sexe et les Arabes, 1962 à 1979 (à paraître chez Payot en septembre 2016), explore l’importance et la fonction des représentations de la « perversion » masculine dans les débats politiques français après 1962. Le second, Affirmative Action and Empire, porte sur un ensemble de programmes novateurs, mis en place par la République dans le contexte de la Guerre d’Algérie, visant à corriger les discriminations subies par les « musulmans d’Algérie ».

—-

Image de couverture : photographie de Brahim Haggiag dans le rôle de Ali la pointe, extraite du film La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (1966).

Généalogie d'un territoire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search