Salle 6 – Tracer le territoire; Occuper le territoire

Tracer le territoire
Occuper le territoire

Dès la conquête, les partisans d’une colonisation de peuplement européen travaillent au développement de centres de colonisation. Les premiers Européens sont installés dans des camps précaires. Il faut attendre 1842 pour voir s’instaurer une colonisation planifiée des terres « pacifiées » sous le gouvernement de Louis-Philippe : un peuplement à grande échelle d’Européens, des citoyens français en majorité. Après les révoltes ouvrières de la Révolution de 1848 et l’avènement de la Seconde République, le déplacement de populations s’accélère. La colonisation suppose un transfert de propriété des biens fonciers, ce que le gouverneur général militaire entreprend selon trois modalités: la vente des terres incorporées au domaine public ; la mise sous séquestre des biens des individus et des familles qui se sont soulevés contre l’occupation; l’achat par expropriation des autochtones détenteurs des biens.

Adrien Dauzats, Le passage des Portes de fer, 1841, série de six aquarelles et gouaches sur papier, 64,5 x 88 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Attaché à l’expédition conduite par le duc d’Orléans, qui établit en octobre 1839 la liaison terrestre entre Alger et Constantine avec l’aide d’informateurs locaux, Dauzats a réalisé six aquarelles du défilé dit « des Portes de Fer ». Il rend compte par l’entassement de murailles et de pentes abruptes, de la prouesse des soldats du 17e régiment d’infanterie représentés tels des fourmis. L’expédition mets fin au traité de la Tafna de 1837 avec Abd el-Kader et ravive la guerre jusqu’à sa reddition en 1847.

Carte des environs de Philippeville, terrain proposé pour réserve aux indigènes, vers 1840-1842, carte manuscrite sur calque, 42 x 58 cm, Bibliothèque nationale de France © BnF

Après une décennie de présence, la France organise la colonisation des territoires et décide du déplacement de populations locales dans des réserves. Sur cette carte, les terres fertiles sont proposées aux Européens. Ce processus de « mise en réserve » des Algériens, qui plus est sur des terres ingrates, déstructure profondément les sociétés et appauvrit leurs pratiques agricoles.

Jean Antoine Siméon Fort, Vue générale de l’itinéraire suivi par la colonne expéditionnaire depuis Constantine jusqu’à Alger, octobre, 1839, 1841, huile sur toile, 206 x 251 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © Château de Versailles

Ce « tableau-plan » de Siméon Fort est magistral par l’étendue qu’il représente, la liaison d’Alger à Constantine par le défilé dit « des Portes de Fer ». Le génie pictural de Fort réside dans son traitement surréaliste de l’espace, proposant des vues illimitées d’étendues désertiques et profondes, dénuées de présence humaine. Son art est à l’opposé des représentations plus martiales d’Horace Vernet, autre grand peintre de l’Algérie.

Raphaëlle Paupert-Borne, Peintures de voyage : Constantine 2010, Constantine, 2010, Série de 20 tableaux, acrylique sur toile, Collection de l’artiste

Cinéaste, dessinatrice et peintre, Raphaëlle Paupert-Borne, pratique sans relâche la peinture et le carnet de voyage. C’est une empreinte de l’artiste. En 2010, à l’invitation de l’Institut Français, elle se rend à Alger et Constantine. Dans la rue et les cafés elle peint sur le motif et vite. Les édifices, les lieux et les passants qui se prêtent au jeu du portrait, sont traités au pinceau large, par un geste rapide et sans repentir. Installée au centre de l’espace urbain, l’artiste réalise une série d’images vivantes et instantanées qui par cette séquence de proximité artistique témoigne de sa capacité à rendre visible le vivant proche d’une communauté.

Salle 7 – Capter l’Algérie; Effacer pour contrôler

Capter l’Algérie
Effacer pour contrôler

Pour construire une société nouvelle dont l’Européen deviendra le pilier, il faut détruire et transformer : supprimer les structures existantes, détruire les lieux d’implantation originels, remodeler l’Alger ottomane et établir une nouvelle ville portuaire. Sitôt la capitale conquise, les Français transforment le tissu urbain sur le modèle des villes du Nouveau Monde. L’urbanisme s’inspire du damier: angles droits, rues larges, places, édifices publics, culturels et cultuels. L’arrivée massive des colons à partir de 1842 bouleverse le mode de vie et l’économie agricole des autochtones et transforme leurs paysages. L’Algérie conquise, le gouvernement général crée en 1844 une administration destinée à encadrer les populations locales par ce qui a été improprement baptisé les « bureaux arabes ». En 1848, l’Algérie est annexée à la France et divisée en trois départements: Oran, Alger et Constantine.

Vigouroux et Ph. Caillat, Alger. Projet d’une nouvelle ville dressé et présenté le 20 janvier 1858 à Son Excellence monsieur le maréchal Randon, Alger, 1858, carte lithographiée, 51,7 x 70,8 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Le projet d’extension d’Alger perçu comme une « nouvelle ville » européenne juxtaposée à la vieille cité blanche originelle s’appuie sur la mise en service de la ligne de chemin de fer créée par décret le 8 mars 1857. Artères larges en damier, édifices publics et cultuels, seconde extension du port, lien entre les axes de transport et les activités économiques, espaces verts sont autant d’éléments qui illustrent ce que doit être une ville moderne desservie par le plus important port d’Afrique du Nord.

Horace Vernet, Prise de Bône, 27 mars 1832, 1835, huile sur toile, 260 x 227 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Peintre de la conquête française, Horace Vernet a suivi l’armée et peint ici le décor de la prise de Bône, en mars 1832. Au premier plan il peint une figure « orientale » impassible a ce qui survient à l’arrière-plan, la pose du drapeau tricolore. Cette scène distingue deux temporalités très usitées par les peintres orientalistes, l’action vive des soldats de l’Armée d’Afrique, l’inaction fataliste des « musulmans ». Le tableau exposé au salon de mars 1835 a été acheté par Louis-Philippe pour Versailles.

Colonisation de l’Algérie. Avis aux ouvriers, 1848, affiche imprimée, 73 x 52,5 cm. Archives nationales d’outre-mer, © FR ANOM Aix-en-Provence Tous droits réservés, n° 9 Fi 593

La révolution de 1848 met fin à la Monarchie de Juillet et proclame la Seconde République. A Paris les conditions de vies du prolétariat sont si misérables qu’elles font craindre une insurrection. Dès septembre, on promeut l’installation d’une main d’œuvre ouvrière dans les centres de colonisation agricole en Algérie. Des « convois de 1848 » assimilés à une déportation massive de miséreux acheminent plusieurs centaines de millier de futurs colons dont une grande partie restera indigente en terre africaine.

Salle 8 – Capter l’Algérie; La science au service de la colonisation

Capter l’Algérie
La science au service de la colonisation

L’analyse scientifique du territoire commence avec le rapport de la Commission d’Afrique instaurée en 1833, qui avait pour mission de remédier aux erreurs de la conquête. La Commission d’exploration scientifique héritée des Lumières et copiée sur le modèle de l’expédition d’Égypte par Bonaparte est fondée en 1839. Elle a pour mission de traiter de manière dite encyclopédique de tout ce qui compose le territoire algérien: connaissance des reliefs, géographie, sols, sous-sols, faune, flore et peuples seront illustrés. Langues, “confréries religieuses”, étendue ancienne de la christianisation et présence romaine seront soulignées. Certaines études seront occultées comme l’architecture musulmane et d’autres plus soutenues, voir détournées, comme l’étude de l’antiquité romaine qui permet de distinguer la filiation chrétienne de l’Algérie. S’opèrent alors une écriture et une appropriation de l’histoire. Une connaissance dite savante et millimétrée du territoire, qui va de pair avec la dévalorisation de fait des savoirs autochtones.

Jacques-Louis Randon, Carnet militaire. Voyage de Guelma à Tebessa, 1846, manuscrit, 39 pages illustrées. Institut national d’histoire de l’art – Département de la bibliothèque et de la documentation
© INHA

Le carnet autographe du général Randon rédigé à Batna en septembre 1850 retrace le voyage qu’il effectua en mai 1846 de Guelma, qu’il quittait après trois années de résidence, à Tebessa. Il est truffé de croquis des ruines archéologiques ou des inscriptions épigraphiques observées de sites en sites ainsi que de beaux portraits d’habitants des lieux. Il écrit notamment que les sites romains sont pour certains en excellent état et qu’ils pourront servir à la construction de garnisons et du port.

Salle 9 – Capter l’Algérie; Traverser le Sahara

Capter l’Algérie
Traverser le Sahara

La délimitation plus ou moins précise du territoire conquis, colonisé puis administré n’a jamais été une démarche rationnelle et continue dans le cas de l’Algérie. La frontière avec la Régence de Fez (Maroc) donne lieu dès 1845 à un traité sous la forme d’une carte contenant les résultats de la commission de délimitation. Ce n’est pas le cas à l’est avec la Régence de Tunis, même lorsque le protectorat français est instauré sur ce territoire en 1881. De même, le grand territoire saharien est perçu comme une étendue sans limite sur le principe de la «Frontier strip» américaine de l’avancée vers l’Ouest, un territoire difficile à délimiter. Les populations du Sud repoussent sans cesse les militaires français. En 1899, une mission scientifique facilite la prise militaire d’In Salah. Située dans le Sahara central, à plus de 1000km d’Alger, cette annexion ouvre la possibilité de capter les zones désertiques et pour l’administration française d’explorer des territoires sahariens du Sud jusqu’au territoire du Congo. La motorisation des circulations dans le dernier tiers du XIXe siècle sera accélérée (chemin de fer, camion, avion…).

Salle 10 – Capter l’Algérie; La fabrique de l’Algérie

Capter l’Algérie
La fabrique de l’Algérie

La prise de possession de l’Algérie s’est faite notamment par la cartographie de son espace. Certains géographes sont favorables à une intégration respectueuse des conditions de vie des populations originaires du territoire; d’autres défendent le maintien de deux statuts. Les populations dites «musulmanes » d’Algérie, majoritairement constituées d’ouvriers agricoles, ne bénéficient pas des mêmes droits civiques que les Européens. Très tôt, la géographie sert la propagande des gouvernements français. En 1842, le territoire algérien fait son entrée dans un atlas national qui accompagne l’imagerie coloniale porteuse d’un message univoque: un pays agricole, rayonnant et intemporel, chargé de stéréotypes orientaux propices au tourisme. Dans l’entre-deux-guerres les produits issus de l’Algérie française ainsi que le tourisme contribuent à la richesse nationale française. Alors que la misère des populations locales s’accentue, 75 % de la production agricole et manufacturière est exportée vers l’Europe.

Salle 11 – Capter l’Algérie; La fin de l’Algérie française

Capter l’Algérie
La fin de l’Algérie française

Les supports de diffusion véhiculent une vision schématique des Algériens qui sert le commerce et le tourisme. Mais ces représentations masquent la réalité de la vie des populations autochtones qui ont toujours été écartées de la gouvernance du territoire alors qu’elles représentent 90% de la population. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, la volonté des Algériens de s’extraire du colonialisme va les mener à conduire un combat pour leur autonomie. En 1954 commence la guerre de libération des Algériens. Ils engagent un long conflit pour leur libération, qui mettra à mal la vie de milliers de femmes et d’hommes. Cette guerre prend fin avec le référendum qui donne l’indépendance à l’Algérie le 5 juillet 1962. Durant toute cette période, la France tente de nouvelles politiques sociales et économiques qui ne pourront mettre un terme au mouvement de l’histoire donnant accès à l’indépendance de nombreux pays notamment en Afrique. Le colonialisme prend fin en Algérie. Commence alors le long exode des populations dites européennes d’Algérie.

Salle 12 – Au plus près

Au plus près

En 1962, le territoire algérien est maintenu dans son intégrité tel qu’il avait été délimité par les autorités françaises. La lutte pour l’indépendance de l’Algérie a fait naître un immense mouvement de solidarité à travers le monde. Le pays connaît dans les années 1960 une effervescence politique rare faisant d’Alger la capitale culturelle des mouvements « tiers-mondistes » et marxistes issus des combats révolutionnaires postcoloniaux. Les grandes figures combatives du socialisme de l’époque convergent vers ce territoire. Artistes, cinéastes, architectes et écrivains affluent de tous les continents. Dès 1962, l’Algérie s’engage dans la voie de la réforme. De grands projets autour de l’éducation, l’habitat, la santé, l’agriculture et le développement d’infrastructures sont réalisés. Le socialisme sera durant tout ce temps le vecteur politique majeur du pays. Après différentes crises, l’économie du pays tend à se libéraliser. Selon la constitution, seuls les Algériens peuvent accéder à la propriété terrienne en Algérie.

Jason Oddy, « Concrete Spring », 2013, série de 14 photographies couleur, tirages numériques, 30 x 40 et 70 x 90 cm., Collection de l’artiste

Cette série participe d’un corpus plus vaste de photographies dédiées à l’importante œuvre architecturale d’Oscar Niemeyer en Algérie, de 1969 à 1975 et au-delà. Sont montrés ici l’Université Bab Ezzouar et le Complexe Olympique d’Alger, ainsi que l’Université de la Mantouri à Constantine. Ces remarquables bâtiments, dénués ici de présences humaines, sont comme doucement rongés et figés par le temps, alors que les éléments vernaculaires gagnent les surfaces et dénaturent petit à petit l’architecture d’origine.

Zineb Sedira, Zineb Sedira, Série 1- Les terres de mon père, 2015, série de 9 photographies, collection de l’artiste. Courtesy Zineb Sedira & Kamel Mennour, Paris © Adagp, Paris, 2015

A partir d’une enquête archivistique et d’un travail de relevés photographiques et de quadrillages de terrains dans les Aurès, l’artiste reconstitue l’histoire mouvementée des terres dites de la tribu des Hachem, très impliquée dans le conflit contre le régime civil de 1871 et qui connut une longue série de séquestres, spoliations, procès et restitutions. Par ce travail d’enquête et d’indexation, Zineb Sedira propose une généalogie familiale et territoriale.

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, INHA, Saison 2015

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.


3 février 2015 : Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

17 février 2015 : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

10 mars 2015 : Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

7 avril 2015 : Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

21 avril 2015 : Daho Djerbal / Algérie : l’esthétique de la crise – retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

12 mai 2015 : Todd Shepard / “L’arabe au sexe-couteau” : comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

26 mai 2015 : Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

16 juin 2015 : Hannah Feldman / Aesthetics and other erasures : l’art durant la guerre d’indépendance algérienne

10 novembre 2015 : Laurence Bertrand-Dorléac / D’une guerre l’autre

15 décembre 2015 : Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin / Présentation de l’exposition Made in Algeria

15 décembre 2015 : Dixième séance / Zahia Rahmani &Jean-Yves Sarazin / Rencontre avec les commissaires de l’exposition Made in Algeria

Rencontre avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, commissaires de l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari, 18h-20h

Cette séance sera l’occasion pour les commissaires Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA, et Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des Cartes et plans, BnF, de présenter l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire qui se tiendra au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.


L’exposition Made in Algeria – généalogie d’un territoire est le fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Il s’agit de la première exposition d’envergure consacrée à la représentation d’un territoire, l’Algérie.

Made in Algeria montre comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description.

L’exposition réunit un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien. Près de 200 pièces sont présentées provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites… Un ensemble de cartes originales, d’une qualité esthétique rare, est pour la première fois montré au public.

Dès que l’on tente de saisir l’histoire de la colonisation française, on est constamment saisi de découvrir à quel point pour la France, le territoire de l’Algérie a été un de ses laboratoires majeurs. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie, romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, l’Algérie n’a eu de cesse d’être le laboratoire expérimental qui permettra d’inaugurer dans tous ces domaines et bien d’autres comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France. Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial n’aura été à ce point si matriciel. Jusqu’au paysage qui en de nombreux endroits a été modelé sur le modèle du bocage normand. Made in Algeria, c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui, comment cette dernière a tenté, en un siècle qui était disposé pour cela, de fossiliser ailleurs son identité.

Carte postale
Carte postale à système permettant de dérouler une dizaine de vues de l’Oranais, 1930-1940. Oran, Editions Jomone, collection particulière

Image : Sans titre (détail), Mohamed Dib, Tlemcen, 1946

Projection – Maghreb des films 2015, 9 décembre 2015, BLA CINIMA

Bla Cinima, Lamine Ammar-Khodja
2014, 82″

Cinéma Saint-André-des-Arts
30, rue Saint-André-des-Arts, Paris VIe
18h30

Meissonier, Alger centre, sur la placette en face du cinéma fraîchement rénové Sierra Maestra, le cinéaste se mêle aux gens du quartier pour parler avec eux de cinéma. Attentif à ce qu’ils peuvent lui raconter de leur vécu, il se laisse très vite porter par les rencontres spontanées et les situations improvisées. Le film dresse un portrait vivant de la ville et propose en filigrane une réflexion sur la place du cinéma en Algérie.

Plus d’informations.

L’espace public au regard des pratiques sociales dans les villes du Sud, Paris, 20 novembre 2015

Journée d’études organisée par Chantal Chanson-Jabeur, Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire
Laboratoire CESSMA – Groupes AOI et GREMAMO

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-18h

Le programme détaillé de la journée est disponible sous ce lien.

La matinée verra notamment l’intervention d’Anissa Bouayed (MuCEM/CESSMA), pour Ordres et désordres symboliques dans la ville d’Alger, de l’Indépendance à nos jours : le cas des arts visuels.

Alger, capitale coloniale, avait été dotée dès la conquête en 1830 d’un ensemble de formes artistiques (statues, monuments) installées dans l’espace public, qui en marquaient le parcours symbolique, régulièrement enrichi au cours de la période coloniale. “Décoloniser” l’espace public a donc été un enjeu majeur qui prit différentes modalités, du changement de nom des rues au déboulonnage de certaines statues. Dans le contexte de l’Algérie, la part de l’Etat a été dominante dans cette réappropriation de l’espace public, et les artistes ont souvent suivi les injonctions du politique. Cette réappropriation n’est pas seulement une réponse face au passé mais par les nouvelles formes mises en avant (statuaire, monuments commémoratifs, stèles), par les lieux dédiés à leur implantation, produisent du sens et peuvent être considérées comme de nouvelles formations discursives émanant de cet art officiel qui marque désormais l’espace de la ville et participe à sa mise en ordre. Cette communication voudrait saisir les formes de transaction et de négociation des artistes face au politique, leur part d’autonomie et leurs modalités d’action pour intervenir dans cet espace en fonction de leur propre stratégie individeulle ou collective d’artistes ou de citoyens. Après avoir montré les lignes de force de la première période qui suit l’Indépendance, où la majorité des artistes adhère à l’idée de “construction de la cutlure nationale”, l’intervention propose de s’interroger sur cette relation à l’espace public à deux moments. Premier moment de rupture : lors de la crise politique de 1988, quelles furent les pratiques sociales des artistes, assassinés ou quittant le pays sous les menaces au cours de la “décennie noire”?  Deuxième moment : depuis la fin des années 1990, au cours de la période qui suit le retour à une certaine “normalisation”, après une décennie où être artiste constituait un danger des plus sérieux, comment firent-ils pour redevenir visibles ou intervenir dans l’espace public, y compris pour en contester l’ordre?

 

Image : Alger, Monuments aux Morts, Charles Bigonet et Paul Landowski, érigé en 1928, recouvert de béton en 1978 (carte postale ancienne)

 

Projections – Hommage à Assia Djebar, ENS, 19 & 20 novembre 2015

Le Maghreb des films et l’École normale supérieure s’associent le temps de deux soirées autour de l’œuvre cinématographique d’Assia Djebar.

Le jeudi 19 novembre 2015 à 19h, projection de La Zerda ou les chants de l’oubli (documentaire, 1982, 60′), dans le cadre du séminaire de la Professeure Françoise Zamour « Quand le cinéma pense la politique: conflit racial », salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Le vendredi 20 novembre 2015 à 19h, projection de La Nouba des femmes du mont Chenoua (docu-fiction, 1979, 115′), suivie d’une table ronde-discussion avec Amel Chouati, Denise Brahimi, Jeanne Marie Clerc, Cherifi Laakri, Ahmed Bedjaoui et Jalila Dor, salle Jean Jaurès (ancienne salle de la Cinémathèque), 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Les conditions d’accès aux projections, sur inscription, sont disponibles sur la page Facebook de l’évènement.

Projection-débat, Habiba Djahnine – Le temps des utopies nécessaires, Paris, EHESS, 17 novembre 2015

La séance inaugurale du séminaire  Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine) (2015-2016) se tiendra le mardi 17 novembre 2015, de 17 à 20h, amphithéâtre François Furet (EHESS), au 105 boulevard Raspail, Paris VIe.

Intitulée « Le temps des utopies nécessaires », la séance sera animée par la poète et cinéaste Habiba Djahnine.

Son intervention portera notamment sur le Festival Panafricain d’Alger 1969, film documentaire algérien réalisé par William Klein à Alger, en 1969.

Houari Boumédiène, discours sur l’africanité, extrait du film Festival Panafricain d’Alger 1969.

 

Image : ALGERIA. Algiers. Pan-African Festival. Elridge CLEAVER, American leader of the Black Panthers, a militant, revolutionary Black organization in the USA. 1969. © Bruno Barbey / Magnum Photos

La fin des cartes ? – colloque, Paris ENSAPB, 19-20 novembre 2015

École Nationale Supérieure d’architecture de Paris-Belleville
60, boulevard de la Villette
75019 Paris

« (…) La Fin des cartes ? vise, à l’heure de la multiplication des procédés cartographiques 2D et 3D à interroger la représentation des territoires tant d’un point de vue technologique, scientifique, que politique, urbanistique et artistique.

Productrice d’une iconographie captivante, la carte et ses déclinaisons virtuelles (représentations 3D, maquettes numériques urbaines, etc.) est un objet de recherche mais également une méthode pour qui veut aborder le monde du point de vue du design, de l’anthropologie, de l’urbanisme ou encore de la géographie. Or ce « faire méthode » ne va pas de soi. À travers le titre La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés, il s’agit donc de mettre en tension les démarches subjectives et appropriatives que nous adoptons face aux territoires que nous pratiquons, et les outils toujours plus performants et inquisiteurs qui tendent à absorber ces représentations. » [Lire la suite]

Programme du colloque

19 novembre

9h – 9h30 :
Ouverture : François Brouat, directeur de l’ENSA-PB
Estelle Thibault (directrice de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville), Aline Caillet, Sophie Fétro, Anna Guilló et Karen O’Rourke. Présentation du colloque.

9h45 – 10h15 :
Contre la fin des écarts, des cartographies écosophiques se fabriquent… Barbara Glowczewski (anthropologue, CNRS) et Christophe Laurens (architecte, DSAA Alternatives urbaines, Vitry-s-Seine)

10h30 – 11h :
Thierry Joliveau (géographe et géomaticien, Université Jean Monnet). Communication.

11h15 –12h15 :
Francesco Careri (architecte, Groupe Stalker, Laboratorio Civiche, Université de Rome III), et Gilles Tiberghien (philosophe, Université Paris 1). Conversation.

Modération de la matinée : Laurence Corbel (Université Rennes 2)

Pause déjeuner

14h – 14h30 :
Alessandro Petti (architecte, Decolonizing Architecture Art Residency, Palestine) et Cédric Parizot, (anthropologue, CNRS-IREMAM). Conversation.

14h45 – 17h00 :
Table ronde avec les commissaires d’exposition Isabelle Arvers, Cannelle Tanc et Olivier Marboeuf, les artistes exposés et les doctorants ayant participé aux différentes manifestations.

Modération de l’après-midi : Karine Comby et Alma Sarmiento (artistes et doctorantes, Université Paris 1)

20 novembre

9h – 11h30 :
Table ronde et restitution des travaux effectués par le groupe de travail mobile du programme La Fin des cartes ?
Participants : Andrea Urlberger (ENSAT, Toulouse), Émeline Bailly (CSTB), Nicolas Thély (Université Rennes 2), Samuel Bianchini (ENSAD), David Bihanic et Guillaume Schmitt, Eulalie Pierquin (Université de Valenciennes et du Haut Cambresis), Tania Ruiz, Liliane Terrier (Université Paris 8), Daphné Brottet, Karine Comby, Alma Sarmiento, Pascal Cerchiario (Université Paris 1), Vincent Ciciliato, Julien Feyt, Sabrina Biokou-Sellier (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Discutante : Barbara Glowczewski

11h45 – 12h15 :
L’oucarpo : jeu, critique ou méthode ? Guillaume Monsaingeon (commissaire d’exposition, co-fondateur de l’OUCARPO, Marseille).

Modération de la matinée : Barbara Glowczewski

Pause déjeuner

14h-14h30 :
What if the city were an ocean, and its buildings ships? Tim Ingold (anthropologue, Université d’Aberdeen). Communication.

14h45 – 15h30 :
Intervention de l’équipe de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville.

15h45 – 16h30 :
Philippe Vasset et Coloco. Conversation.

16h45 – 17h30 :
Thierry Paquot, Gwenola Wagon et Stéphane Degoutin. Conversation, projection.

Modération de l’après-midi : Emeline Bailly

18h : Clôture du colloque et cocktail

10 novembre 2015 : Neuvième séance / Laurence Bertrand Dorléac / D’une guerre l’autre

Conférence de Laurence Bertrand Dorléac, suivie d’une discussion avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Auditorium, 18h-20h

Il s’agira de réfléchir à la manière dont des œuvres de Niki de Saint-Phalle, Jean-Jacques Lebel, Raymond Hains, Jacques Villeglé, et d’autres révèlent les liens visibles et invisibles entre la Seconde guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

 


Laurence Bertrand Dorléac est historienne de l’art, professeure à Sciences po où elle dirige le séminaire « Arts et Sociétés » et publie La Lettre du séminaire. Elle est l’auteur de nombreux textes dont : L’art de la défaite, Seuil, 1993 ; Art of the Defeat, traduction en anglais par Jane Mary Todd, Getty Research Institute, 2008 ; rééd., 2010, 2012 ; L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Gallimard, 2004 ; Après la guerre, Gallimard, 2010 ; Contre-Déclins. Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire, Gallimard, 2010, Chatting with Matisse. The Lost 1941 Interview by Pierre Courthion, Getty Research Institute, 2013. Elle a monté avec Jacqueline Munck l’exposition « L’art en guerre. 1938-1947 » au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et au Guggenheim de Bilbao (2012) et dirigé son catalogue, puis « Les désastres de la guerre. 1800-2014 » au Louvre-Lens (2014) dont elle a dirigé le catalogue. Elle travaille actuellement à son chantier sur « les choses ».

Bibliographie sélective

L’art de la défaite, Seuil, 1993 ; Art of the Defeat, traduction en anglais par Jane Mary Todd, Getty Research Institute, 2008 ; rééd., 2010, 2012
L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Gallimard, 2004
Après la guerre, Gallimard, 2010
Contre-Déclins. Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire, Gallimard, 2010
Chatting with Matisse. The Lost 1941 Interview by Pierre Courthion, Getty Research Institute, 2013
L’art en guerre. 1938-1947, cat. exp., Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 2012
Les désastres de la guerre. 1800-2014, cat. exp., Louvre-Lens, 2014
« Vivre pour vivre. Les conditions d’une autre politique», Niki de Saint-Phalle, cat. exp., Grand Palais, Réunion des Musées nationaux, 2014
« Vivir para vivir. Las condiciones de otra politica, Niki de Saint-Phalle, cat. exp., Guggenheim Museum Bilbao, La Fabrica, 2015
« La confusion des origines », Sonia Delaunay, cat. exp., Musée d’art moderne de la ville de Paris, Paris-Musées, 2014
« Confused origins », Sonia Delaunay, cat. exp., Londres, Tate Gallery, 2015

Illustration : Niki de Saint-Phalle, Tinguely et un autre tirant simultanément, 26 juin 1961, impasse Ronsin, Paris, Photo Harry Shunk. © 2004. Niki Charitable Art Foundation, all rights reserved/Adagp

 

Généalogie d'un territoire

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search