Projection – Maghreb des films 2015, 9 décembre 2015, BLA CINIMA

Bla Cinima, Lamine Ammar-Khodja
2014, 82″

Cinéma Saint-André-des-Arts
30, rue Saint-André-des-Arts, Paris VIe
18h30

Meissonier, Alger centre, sur la placette en face du cinéma fraîchement rénové Sierra Maestra, le cinéaste se mêle aux gens du quartier pour parler avec eux de cinéma. Attentif à ce qu’ils peuvent lui raconter de leur vécu, il se laisse très vite porter par les rencontres spontanées et les situations improvisées. Le film dresse un portrait vivant de la ville et propose en filigrane une réflexion sur la place du cinéma en Algérie.

Plus d’informations.

L’espace public au regard des pratiques sociales dans les villes du Sud, Paris, 20 novembre 2015

Journée d’études organisée par Chantal Chanson-Jabeur, Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire
Laboratoire CESSMA – Groupes AOI et GREMAMO

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-18h

Le programme détaillé de la journée est disponible sous ce lien.

La matinée verra notamment l’intervention d’Anissa Bouayed (MuCEM/CESSMA), pour Ordres et désordres symboliques dans la ville d’Alger, de l’Indépendance à nos jours : le cas des arts visuels.

Alger, capitale coloniale, avait été dotée dès la conquête en 1830 d’un ensemble de formes artistiques (statues, monuments) installées dans l’espace public, qui en marquaient le parcours symbolique, régulièrement enrichi au cours de la période coloniale. « Décoloniser » l’espace public a donc été un enjeu majeur qui prit différentes modalités, du changement de nom des rues au déboulonnage de certaines statues. Dans le contexte de l’Algérie, la part de l’Etat a été dominante dans cette réappropriation de l’espace public, et les artistes ont souvent suivi les injonctions du politique. Cette réappropriation n’est pas seulement une réponse face au passé mais par les nouvelles formes mises en avant (statuaire, monuments commémoratifs, stèles), par les lieux dédiés à leur implantation, produisent du sens et peuvent être considérées comme de nouvelles formations discursives émanant de cet art officiel qui marque désormais l’espace de la ville et participe à sa mise en ordre. Cette communication voudrait saisir les formes de transaction et de négociation des artistes face au politique, leur part d’autonomie et leurs modalités d’action pour intervenir dans cet espace en fonction de leur propre stratégie individeulle ou collective d’artistes ou de citoyens. Après avoir montré les lignes de force de la première période qui suit l’Indépendance, où la majorité des artistes adhère à l’idée de « construction de la cutlure nationale », l’intervention propose de s’interroger sur cette relation à l’espace public à deux moments. Premier moment de rupture : lors de la crise politique de 1988, quelles furent les pratiques sociales des artistes, assassinés ou quittant le pays sous les menaces au cours de la « décennie noire »?  Deuxième moment : depuis la fin des années 1990, au cours de la période qui suit le retour à une certaine « normalisation », après une décennie où être artiste constituait un danger des plus sérieux, comment firent-ils pour redevenir visibles ou intervenir dans l’espace public, y compris pour en contester l’ordre?

 

Image : Alger, Monuments aux Morts, Charles Bigonet et Paul Landowski, érigé en 1928, recouvert de béton en 1978 (carte postale ancienne)

 

Projections – Hommage à Assia Djebar, ENS, 19 & 20 novembre 2015

Le Maghreb des films et l’École normale supérieure s’associent le temps de deux soirées autour de l’œuvre cinématographique d’Assia Djebar.

Le jeudi 19 novembre 2015 à 19h, projection de La Zerda ou les chants de l’oubli (documentaire, 1982, 60′), dans le cadre du séminaire de la Professeure Françoise Zamour « Quand le cinéma pense la politique: conflit racial », salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Le vendredi 20 novembre 2015 à 19h, projection de La Nouba des femmes du mont Chenoua (docu-fiction, 1979, 115′), suivie d’une table ronde-discussion avec Amel Chouati, Denise Brahimi, Jeanne Marie Clerc, Cherifi Laakri, Ahmed Bedjaoui et Jalila Dor, salle Jean Jaurès (ancienne salle de la Cinémathèque), 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Les conditions d’accès aux projections, sur inscription, sont disponibles sur la page Facebook de l’évènement.

Projection-débat, Habiba Djahnine – Le temps des utopies nécessaires, Paris, EHESS, 17 novembre 2015

La séance inaugurale du séminaire  Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine) (2015-2016) se tiendra le mardi 17 novembre 2015, de 17 à 20h, amphithéâtre François Furet (EHESS), au 105 boulevard Raspail, Paris VIe.

Intitulée « Le temps des utopies nécessaires », la séance sera animée par la poète et cinéaste Habiba Djahnine.

Son intervention portera notamment sur le Festival Panafricain d’Alger 1969, film documentaire algérien réalisé par William Klein à Alger, en 1969.

Houari Boumédiène, discours sur l’africanité, extrait du film Festival Panafricain d’Alger 1969.

 

Image : ALGERIA. Algiers. Pan-African Festival. Elridge CLEAVER, American leader of the Black Panthers, a militant, revolutionary Black organization in the USA. 1969. © Bruno Barbey / Magnum Photos

La fin des cartes ? – colloque, Paris ENSAPB, 19-20 novembre 2015

École Nationale Supérieure d’architecture de Paris-Belleville
60, boulevard de la Villette
75019 Paris

« (…) La Fin des cartes ? vise, à l’heure de la multiplication des procédés cartographiques 2D et 3D à interroger la représentation des territoires tant d’un point de vue technologique, scientifique, que politique, urbanistique et artistique.

Productrice d’une iconographie captivante, la carte et ses déclinaisons virtuelles (représentations 3D, maquettes numériques urbaines, etc.) est un objet de recherche mais également une méthode pour qui veut aborder le monde du point de vue du design, de l’anthropologie, de l’urbanisme ou encore de la géographie. Or ce « faire méthode » ne va pas de soi. À travers le titre La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés, il s’agit donc de mettre en tension les démarches subjectives et appropriatives que nous adoptons face aux territoires que nous pratiquons, et les outils toujours plus performants et inquisiteurs qui tendent à absorber ces représentations. » [Lire la suite]

Programme du colloque

19 novembre

9h – 9h30 :
Ouverture : François Brouat, directeur de l’ENSA-PB
Estelle Thibault (directrice de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville), Aline Caillet, Sophie Fétro, Anna Guilló et Karen O’Rourke. Présentation du colloque.

9h45 – 10h15 :
Contre la fin des écarts, des cartographies écosophiques se fabriquent… Barbara Glowczewski (anthropologue, CNRS) et Christophe Laurens (architecte, DSAA Alternatives urbaines, Vitry-s-Seine)

10h30 – 11h :
Thierry Joliveau (géographe et géomaticien, Université Jean Monnet). Communication.

11h15 –12h15 :
Francesco Careri (architecte, Groupe Stalker, Laboratorio Civiche, Université de Rome III), et Gilles Tiberghien (philosophe, Université Paris 1). Conversation.

Modération de la matinée : Laurence Corbel (Université Rennes 2)

Pause déjeuner

14h – 14h30 :
Alessandro Petti (architecte, Decolonizing Architecture Art Residency, Palestine) et Cédric Parizot, (anthropologue, CNRS-IREMAM). Conversation.

14h45 – 17h00 :
Table ronde avec les commissaires d’exposition Isabelle Arvers, Cannelle Tanc et Olivier Marboeuf, les artistes exposés et les doctorants ayant participé aux différentes manifestations.

Modération de l’après-midi : Karine Comby et Alma Sarmiento (artistes et doctorantes, Université Paris 1)

20 novembre

9h – 11h30 :
Table ronde et restitution des travaux effectués par le groupe de travail mobile du programme La Fin des cartes ?
Participants : Andrea Urlberger (ENSAT, Toulouse), Émeline Bailly (CSTB), Nicolas Thély (Université Rennes 2), Samuel Bianchini (ENSAD), David Bihanic et Guillaume Schmitt, Eulalie Pierquin (Université de Valenciennes et du Haut Cambresis), Tania Ruiz, Liliane Terrier (Université Paris 8), Daphné Brottet, Karine Comby, Alma Sarmiento, Pascal Cerchiario (Université Paris 1), Vincent Ciciliato, Julien Feyt, Sabrina Biokou-Sellier (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Discutante : Barbara Glowczewski

11h45 – 12h15 :
L’oucarpo : jeu, critique ou méthode ? Guillaume Monsaingeon (commissaire d’exposition, co-fondateur de l’OUCARPO, Marseille).

Modération de la matinée : Barbara Glowczewski

Pause déjeuner

14h-14h30 :
What if the city were an ocean, and its buildings ships? Tim Ingold (anthropologue, Université d’Aberdeen). Communication.

14h45 – 15h30 :
Intervention de l’équipe de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville.

15h45 – 16h30 :
Philippe Vasset et Coloco. Conversation.

16h45 – 17h30 :
Thierry Paquot, Gwenola Wagon et Stéphane Degoutin. Conversation, projection.

Modération de l’après-midi : Emeline Bailly

18h : Clôture du colloque et cocktail