3 février 2015 : Première séance / Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

Hélène Blais, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest La Défense,  inaugure le cycle de séminaires qui jalonnera sa préparation durant l’année 2015.

Entretien autour de son ouvrage Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, animé par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

_

Hélène Blais, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard, 2014

Janvier 1957 : une région autonome est créée (Organisation commune des régions sahariennes) et marque la tentative d’un découpage de l’espace qui forme une enclave française en Afrique, apparaissant, dès lors, comme une résurgence de l’histoire coloniale. Ce geste est révélateur du lien qui existe entre la domination et les savoirs sur l’espace, entre les savoirs géographiques et l’impérialisme. Il nous faut comprendre les enjeux de la pratique cartographique dans un contexte d’exploration puis de colonisation d’un territoire et l’Algérie semble être un exemple particulièrement significatif. En effet, la longévité de l’Algérie comme colonie française, son exceptionnalité en tant que colonie de peuplement et sa proximité géographique avec la métropole sont autant de facteurs déterminants pour comprendre l’intérêt suscité par l’Algérie dans l’histoire de la colonisation, notamment dans sa dimension spatiale. La cartographie du territoire algérien fut l’une des visées françaises, et ce, dès le débarquement à Alger (1830); la carte participe de la mise en ordre du territoire et de sa soumission et devient ainsi un instrument de pouvoir aussi bien qu’une source privilégiée pour l’historien qui s’intéresse à l’Algérie coloniale. Au-delà de l’objet en tant que tel, c’est la construction de la carte qui nous intéresse ici, son élaboration sur le terrain, les enquêtes menées, la collecte des informations… car ce sont toutes ces étapes qui expriment l’affirmation d’une autorité sur le territoire.

Comment, à partir des pratiques de l’espace, de la connaissance et de la reconnaissance des territoires, une politique coloniale peut-elle se mettre en place ?

Dans un contexte de domination et d’appropriation du territoire, une carte et son élaboration ne sont jamais neutres. La carte topographique se présente donc comme un révélateur des logiques spatiales d’un gouvernement colonial. Elle est à la fois le fruit et l’instrument d’une construction territoriale aussi bien réelle que mentale. Elle donne à voir l’empreinte laissée par la colonisation sur l’espace et les sociétés qui l’habitent en même temps que sur les façons de les représenter, de les figurer. Dans l’histoire de l’Algérie colonisée, deux discours s’affrontent : le discours de propagande qui fait de l’Algérie une créature de la France et le discours qui met en avant « l’ancienneté de la nation algérienne, sa cohérence et son unité précoloniale ». En s’appuyant sur l’étude de la carte, Hélène Blais renouvelle les regards portés sur l’Algérie coloniale en favorisant les emboîtements d’échelle et les passages de frontières. Tout l’enjeu de son étude consiste à comprendre dans quelles mesures la politique coloniale s’appuie sur les pratiques et les représentations du territoire, à comprendre les rouages de la construction territoriale dans la mise en place d’un projet politique colonial. Pour cela, l’historienne croise deux chronologies : l’histoire de la colonisation et l’histoire des savoirs.

Par conséquent le livre s’intéresse à la fois à l’ensemble des savoirs disponibles sur l’Algérie qui ont pu servir aux acteurs coloniaux (chapitre 1) et à l’expérience du terrain qui passe par la fabrication des cartes dans l’Algérie colonisée (chapitre 2) puis par la rencontre avec le terrain (chapitre 3). La situation coloniale suppose un certain nombre de décalages et de bricolages révélés par le savoir cartographique ainsi que par les connaissances vernaculaires qui en découlent (chapitre 4). Enfin, le livre consacre deux chapitres à l’histoire de la constitution des frontières de la colonie (chapitre 5) et plus particulièrement au Sahara qui voit ses limites sans cesse rediscutées (chapitre 6).

À travers son étude, Hélène Blais nous rappelle que le territoire colonial est un espace dont les limites, les découpages et les représentations ont été mis en place en fonction des intérêts et des objectifs des colonisateurs. La construction des savoirs sur l’espace colonial n’étant jamais lisse, jamais neutre, l’historien doit tenir compte du contraste qui existe entre les représentations cartographiques destinées à l’administration et la réalité de la pratique sur le terrain. Ainsi la confusion semble-t-elle apparaître derrière l’ordre apparent de la carte et du territoire colonial. Les tentatives d’uniformisation spatiale se heurtent à une réalité complexe qu’est celle du territoire de l’Algérie colonisée, marqué par des enclaves et des discontinuités, marqué par le nomadisme (alors incompatible avec l’exercice cartographique). Durant la période coloniale, l’Algérie est plus un assemblage de morceaux qu’une entité politique, et ce, malgré une logique administrative qui tend à imposer une image uniforme afin de construire un prolongement de la France en Afrique. Les spécificités locales, les spatialités vernaculaires sont mises de côté par les autorités coloniales en charge de la cartographie. Les cartes témoignent alors des illusions des acteurs coloniaux et des mirages de l’exercice infaillible de leur pouvoir. Elles sont représentations autant que constructions territoriales. En effet, les cartes produites par l’armée entre 1830 et 1930 ont contribué à la création d’un territoire colonial en Algérie. Les officiers topographes ont cartographié l’Algérie qu’ils percevaient et qu’ils administraient et donné consistance à une réalité construite et sans cesse modifiée au cours du temps. C’est pourquoi nous pouvons considérer la carte non seulement comme un reflet des évolutions politiques mais encore et surtout comme l’outil qui les accompagne voire les anticipe. La domination repose sur une façon de représenter et de donner à voir les territoires colonisés, en Algérie comme dans les autres colonies. Avec Mirages de la carte, Hélène Blais montre que la possession d’un territoire, qu’elle soit militaire et/ou symbolique, passe notamment par la géographie sans pour autant que celle-ci ne se réduise à imposer une domination.

[Recension par Marie-Hortense de Richoufftz.]

Les ressources cartographiques sur l’Algérie au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France

1er volet, cartographie moderne (en collaboration avec Guillaume Lebailly)

Au fil de son histoire, la Bibliothèque nationale de France a vu ses collections s’enrichir de nombreux documents cartographiques concernant l’Algérie. A partir de la conquête française de 1830, ces ressources cartographiques se renforcent par l’apport des cartes élaborées peu à peu sous l’impulsion du pouvoir métropolitain désireux de maîtriser ce vaste territoire encore mal connu. Le dépôt légal, obligation par laquelle tout éditeur français doit fournir à l’Etat un certain nombre d’exemplaires de chaque document produit et diffusé, s’applique en effet aux colonies, et permet aux collections du département des Cartes et plans de disposer d’une remarquable couverture, proche de l’exhaustivité, de ces cartes françaises d’Algérie, à échelles diverses, éditées entre 1830 et le début des années 1960. Au-delà de la production de cartes topographiques en série, le département détient également des centaines de plans des villes algériennes, de nombreuses cartes générales produites en Europe sur l’Afrique du Nord depuis la Renaissance jusqu’à l’époque contemporaine, ainsi qu’un important fonds de profils et plans des côtes de l’Algérie, dont les plus anciens remontent au XVIIe siècle.

Cartographier le territoire algérien : un cas d’école pour les topographes français.

Il est intéressant d’observer les différentes séries cartographiques produites durant les années de colonisation, dans la mesure où l’Algérie constitue une forme de laboratoire pour les élèves topographes du XIXe siècle. Dès le débarquement des 13 et 14 juin 1830 à Sidi Ferruch, une brigade topographique est présente pour assister l’armée dans ses opérations militaires. Pendant les dix premières années d’occupation, les cartes dessinées par l’occupant sont généralement incomplètes et à des échelles (1/200 000 et 1/400 000) n’ayant pour objectif que de proposer une première approche indispensable aux manœuvres de l’armée. La situation évolue rapidement après 1850.

Au-delà des nombreuses cartes générales isolées, qui convoquent très tôt le vocabulaire utilisé par les atlas de départements français pour décrire le territoire national, une première série au 1/800 000 est dressée en 1876 et couvre, en plusieurs feuilles en couleur, la majorité du territoire algérien, avec une attention marquée pour les régions littorales ainsi que pour le rendu du relief. Cette carte, à vocation militaire, est produite jusqu’à la fin du XIXe siècle par le Dépôt de la Guerre (futur Service géographique des Armées devenu l’IGN en 1940). Parallèlement, d’autres séries thématiques (cartes géologiques, pédologiques ou de végétation) insistent sur des axes précis d’étude du territoire géographique, à l’heure où les milieux scientifiques européens sont fascinés par les richesses de l’Orient et du bassin méditerranéen.

Le dépôt légal offre également l’accès à une carte plus précise de l’Algérie, au 1/200 000, dressée « par ordre de Monsieur Jonnart, gouverneur général de l’Algérie au service des Cartes et plans du gouvernement général ». Cette entreprise, commencée en 1880, est poursuivie à la même échelle par l’IGN. Les dernières feuilles publiées dans cette série datent de 1961 et l’indépendance de l’Algérie met fin à la production de cette carte : sur quarante-trois feuilles prévues pour couvrir l’intégralité du territoire algérien, trente-huit feuilles sont effectivement produites, proposant ainsi un témoignage précieux et presque complet. Le deuxième tiers du XXe siècle est d’ailleurs un moment fécond pour la cartographie de l’Algérie. En effet, l’IGN, outre la série fondatrice au 1/200 000, dresse une impressionnante quantité de cartes, depuis des cartes locales au 1/20 000, jusqu’au traditionnel 1/50 000 – équivalent de la « série orange » du territoire métropolitain –, qui propose entre 1882 et 1958 une couverture topographique de référence : les feuilles produites au début des années 1950, dont les minutes provisoires sont dressées par les topographes au 1/40 000, servent ainsi de fond de carte de base pour les séries géologiques. L’échelle du cent-millième semble peu utilisée, à l’exception d’une série tardive (« type 1956 ») qui sera elle aussi arrêtée à la fin de l’année 1961.

Algérie, le rapport aux cartes.

Ces exemples des nombreuses séries présentes dans les collections du département des Cartes et plans pour la période 1830-1962 ont pu expliquer l’impression toute métropolitaine que le territoire algérien se créait à cette époque. L’Atlas général Vidal-Lablache, connu de tous les jeunes élèves de la première moitié du XXe siècle, écrit jusque dans son édition de 1952 que « l’histoire de l’Algérie commence avec l’expédition de 1830 ». Une idée bien entendu indéfendable, mais qui montre que la présence française fait progresser la connaissance du territoire algérien auprès des populations européennes en dehors de ce qu’il était auparavant, un objet d’études réservé à une élite d’explorateurs et d’orientalistes.

Les cartes jouent à ce titre leur rôle dans la diffusion de l’information géographique. Si tout Français est loin d’avoir accès aux séries topographiques (souvent militaires) citées précédemment, les nombreux atlas mondiaux et écrits sur l’empire colonial français intègrent, au fur et à mesure des découvertes, les informations relevées par les topographes. L’Atlas des départements de la France de Migeon est le premier à intégrer une carte de l’Algérie, et dès les années 1830, des recueils de documents et de cartes se constituent autour de la présence française dans ce nouveau territoire. Très tôt la volonté du pouvoir métropolitain est de garder trace, pour l’histoire, des étapes la conquête de l’Algérie (la prise de Constantine en 1837 fait l’objet de l’un de ces recueils).

La publication de plusieurs atlas successifs permet une communication accrue sur les enjeux et richesses de la présence française sur les côtes algériennes. Un exemple marquant en ce sens est l’Atlas d’Algérie d’Augustin Bernard, publié en feuilles à partir de 1914 sur demande de la direction de l’Agriculture, du commerce et de la colonisation du gouvernement général de l’Algérie : les cartes, simplifiées et commentées, servent de vecteur au pouvoir colonial pour la transmission de l’information sur les territoires, les ethnies, les réseaux de transports, et tout élément jugé nécessaire à la « lecture » de l’Algérie par son habitant d’origine métropolitaine.

L’indépendance algérienne en juillet 1962 ne marque pas un coup d’arrêt brusque aux opérations françaises de cartographie, puisque l’IGN continue, entre 1965 et 1970, à produire des cartes au 1/25 000 « pour le compte du ministère des travaux publics et des transports de la République algérienne démocratique et populaire ». Ces travaux permettent la transition vers la nouvelle cartographie émise aujourd’hui en Algérie par l’Institut national de cartographie et de télédétection (INCT), dont le site internet montre l’avancement des projets de couverture topographique du territoire à différentes échelles (http://www.inct.mdn.dz).