Archives de catégorie : Expositions, Lectures & Projections

Katia Kameli, What Language Do You Speak Stranger?, Mosaic Rooms, Londres, jusqu’au 3 décembre 2016

Depuis le 16 septembre, et jusqu’au 3 décembre 2016, Katia Kameli expose à l’espace londonien Mosaic Rooms.

L’occasion de (re)voir, dans un autre contexte, aux côtés d’autres productions de l’artiste, le film Le roman algérien (chapitre un), dont la genèse s’entremêle à celle de Made in Algeria.

vue-projection-roman_mosaic_roomsLe Roman algérien (2015). Vue de la projection, Mosaic Rooms, Londres © Katia Kameli, 2016.

Zineb Sedira, « L’écriture des lignes », Galerie Kamel Mennour, 3 septembre – 8 octobre 2016

Zineb Sedira expose à la Galerie Kamel Mennour du 3 septembre au 8 octobre prochain.

« L’écriture des lignes »
Commissariat : Mouna Mekouar
47 rue Saint-André des Arts, Paris 6

 13709891_1067065773382004_4474777028457552507_nZineb Sedira. Un rêve de pierres, 2015. Détail / Detail. Diptyque / Diptych. C-Print. 53 x 80 cm (chaque/ each)
© Zineb Sedira / DACS, London. Courtesy the artist and kamel mennour, Paris

Projection-débat, 10 949 femmes, Nassima Guessoum, Paris, Espace Saint-Michel, 18 mai 2016

Les associations APEL-Égalité et ACDA organisent une projection du film documentaire 10 949 femmes (Algérie, France – 2015 – 76′), de Nassima Guessoum, qui sera suivie d’un débat avec la réalisatrice.

Un teaser est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 18 mai 2016, à 20 heures
Espace Saint-Michel
7, place Saint-Michel, 75005 Paris


A Alger, Nassima Hablal, héroïne oubliée de la Révolution algérienne, me raconte son histoire de femme dans la guerre, sa lutte pour une Algérie indépendante.
Charmante, ironique et enjouée, elle me fait connaître ses amies d’antan: Baya, infirmière dans les maquis et Nelly, assistante sociale dans les bidonvilles de la capitale. A travers ses récits je reconstitue un héritage incomplet. En interrogeant l’Algérie du passé, je comprends l’Algérie du présent, restaurant une partie de mon identité.
Ainsi, l’Histoire se reconstitue à la manière d’une grand-mère qui parlerait à sa petite-fille.
Ce film donne à voir cette transmission de la première à la troisième génération, mais il va au delà. Chaque année, je rends visite à Nassima: un lien se tisse, une relation d’affection s’installe, permettant une rare intimité.
10949 femmes, est un film à propos et entre femmes mais c’est un récit universel qui met à l’épreuve la question de la liberté : qu’est ce que la liberté ? Quel est son prix ?

 

« Concrete Spring. » Oscar Niemeyer, Algeria and the Architecture of Revolution / 15-29 avril 2016 / Ambassade du Brésil, Londres

Les photographies de Jason Oddy présentées dans l’exposition Made in Algeria constituent une sélection d’une série plus vaste.

Ses captures des architectures d’Oscar Niemeyer en Algérie seront présentées à l’Ambassade du Brésil à Londres du 15 au 29 avril 2016.

Plus d’informations sous ce lien.

Illustration : Jason Oddy, Double Glass, University of Mentouri, Constantine, Algeria, 2013, C-type print

Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient, 11e édition, 29 mars-17 avril 2016, Paris, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis

Du 29 mars au 17 avril 2016, la 11e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient investit les salles de cinéma parisiennes, dionysiennes et séquanodionysiennes, autour de deux tendances : « Focus Palestine » et « Actualités des cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient. »

Le Panorama s’ouvre le 29 mars au Cinéma L’ECRAN avec l’avant-première du film GOOD LUCK ALGERIA, de Farid Bentoumi.

Dans ma tête un rond-point, d’Hassen Ferhani, figure parmi la très riche programmation, à consulter sous ce lien !

Projection sauvage, Dans ma tête un rond-point, Paris, Musée de la Chasse et de la Nature, 17 février 2016

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente, dans le cadre du cycle de projections proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické, et en avant-première avant sa sortie en salles le 24 février 2016 :

DANS MA TÊTE UN ROND-POINT
Réal. : Hassen Ferhani (Algérie – 2015 – 100′ – VOSTF)
Projection en présence du réalisateur.

La bande-annonce est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 17 février 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

Plus sur l’évènement facebook de la projection.

 


C’est dans les abattoirs d’Alger, aujourd’hui abandonnés au profit d’une structure plus récente et plus éloignée du centre de la ville, que Hassen Ferhani tourne son film. Ils constituent une formidable unité de lieu, puisque les travailleurs non seulement s’y activent mais aussi y dorment, y vivent, y passent des temps de loisirs. C’est donc là que le cinéaste écoute et enquête, pour prélever une image de la ville aujourd’hui. Parmi les animaux, les discussions commencent, sur le quotidien autant que la politique, sur le travail autant que l’amour. Maniant l’art du cadrage avec précision, Hassen Ferhani fait se succéder des plans où le lieu et ses habitants se dévoilent peu à peu, avec humour et pudeur. Loin de porter sur la cruauté de l’industrie, le film déplace l’attention sur les désirs, les peurs et les histoires de chacun.

Hommage à René Vautier, Paris, Le Louxor, 11 février 2016

Dans le cadre du festival NIO FAR, le cinéma Louxor programme une soirée de projections-rencontres en hommage à René Vautier, le jeudi 11 février, à partir de 19h.

« Afrique 50 », René Vautier
« Algérie Tours Détours »,  Oriane Brun Moschetti & Leila Morouche
Suivi d’un échange avec Oriane Brun Moschetti, Leila Morouche et Moira Vautier, modéré par Christian Eboulé.

LOUXOR, Palais du Cinéma
170, boulevard Magenta
75010 Paris


René Vautier est né le 15 janvier 1928 dans le Finistère. En 1949, la Ligue française de l’enseignement lui commande un reportage sur les conditions de vie dans les villages de Côte d’Ivoire, de Haute Volta, du Sénégal et du Soudan français destiné à montrer aux élèves des lycées et des collèges « comment vivent les villageois d’Afrique occidentale française ». Vautier est indigné par ce qu’il voit là bas et décide de filmer la réalité de l’Afrique colonisée. Mais la police saisira les négatifs du film en s’appuyant sur un décret de Pierre Laval, ex-ministre des colonies. René Vautier est cité à comparaître pour se voir juger « d’avoir, en Haute Volta, dans le courant de l’année mil neuf cent quarante neuf, en tous cas depuis moins de trois ans, procédé à des prises de vues cinématographiques sans l’autorisation du gouverneur. »  Le cinéaste réussit à sauver quelques bobines et réalise en 1950, un film de 15 minutes, « Afrique 50 » qui sera diffusé dans la clandestinité. Cela lui vaudra 13 inculpations et une condamnation à un an de prison.
René Vautier a 21 ans. Dès lors, il ne cessera de faire des films engagés contre toutes les formes d’oppression et d’exploitation et contre la censure qu’ils engendrent. 150 films dits « d’intervention sociale » ayant pour thème la guerre d’Algérie avec « Algérie en flamme », « Avoir 20 ans dans les Aurès », « À propos de l’autre détail » ; le racisme en France avec « Les ajoncs » ; l’Apartheid en Afrique avec « Frontline » ; la pollution avec « Marée noire, colère rouge » en 1978, l’extrême-droite française, le combat des femmes.

 

Projection – Maghreb des films 2015, 9 décembre 2015, BLA CINIMA

Bla Cinima, Lamine Ammar-Khodja
2014, 82″

Cinéma Saint-André-des-Arts
30, rue Saint-André-des-Arts, Paris VIe
18h30

Meissonier, Alger centre, sur la placette en face du cinéma fraîchement rénové Sierra Maestra, le cinéaste se mêle aux gens du quartier pour parler avec eux de cinéma. Attentif à ce qu’ils peuvent lui raconter de leur vécu, il se laisse très vite porter par les rencontres spontanées et les situations improvisées. Le film dresse un portrait vivant de la ville et propose en filigrane une réflexion sur la place du cinéma en Algérie.

Plus d’informations.

Projections – Hommage à Assia Djebar, ENS, 19 & 20 novembre 2015

Le Maghreb des films et l’École normale supérieure s’associent le temps de deux soirées autour de l’œuvre cinématographique d’Assia Djebar.

Le jeudi 19 novembre 2015 à 19h, projection de La Zerda ou les chants de l’oubli (documentaire, 1982, 60′), dans le cadre du séminaire de la Professeure Françoise Zamour « Quand le cinéma pense la politique: conflit racial », salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Le vendredi 20 novembre 2015 à 19h, projection de La Nouba des femmes du mont Chenoua (docu-fiction, 1979, 115′), suivie d’une table ronde-discussion avec Amel Chouati, Denise Brahimi, Jeanne Marie Clerc, Cherifi Laakri, Ahmed Bedjaoui et Jalila Dor, salle Jean Jaurès (ancienne salle de la Cinémathèque), 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Les conditions d’accès aux projections, sur inscription, sont disponibles sur la page Facebook de l’évènement.

Projection-débat, Habiba Djahnine – Le temps des utopies nécessaires, Paris, EHESS, 17 novembre 2015

La séance inaugurale du séminaire  Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine) (2015-2016) se tiendra le mardi 17 novembre 2015, de 17 à 20h, amphithéâtre François Furet (EHESS), au 105 boulevard Raspail, Paris VIe.

Intitulée « Le temps des utopies nécessaires », la séance sera animée par la poète et cinéaste Habiba Djahnine.

Son intervention portera notamment sur le Festival Panafricain d’Alger 1969, film documentaire algérien réalisé par William Klein à Alger, en 1969.

Houari Boumédiène, discours sur l’africanité, extrait du film Festival Panafricain d’Alger 1969.

 

Image : ALGERIA. Algiers. Pan-African Festival. Elridge CLEAVER, American leader of the Black Panthers, a militant, revolutionary Black organization in the USA. 1969. © Bruno Barbey / Magnum Photos