Tous les articles par Marie Civil

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, MuCEM, 19 janvier – [2 mai] 8 mai 2016

 C’est par le trait, le dessin et la carte, qu’a été figuré le territoire de l’Algérie.
ZR

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire est la première exposition d’envergure jamais réalisée consacrée à la représentation d’un territoire et sa fabrique : celui de l’Algérie. Elle aura lieu au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.

Pour cet événement, des cartes rares du Service Historique de la Défense seront pour la première fois exposées. Elles montrent comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description. Des œuvres majeures, notamment celles du Château de Versailles illustrant la conquête de l’Algérie, seront enfin de nouveau présentées au public. Des créations contemporaines, certaines constituées de matériaux iconographiques inédits, seront  inaugurées.

L’exposition, par la mise en rapport d’œuvres et de documents variés, présente à la fois la fabrique coloniale de l’Algérie, ses représentations et sa diffusion, et distingue ce qui de cette fabrique a été écarté, rendu invisible ou illisible.

À l’origine du projet d’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, il y a une interrogation quant à la question des grands découvreurs européens et de leurs récits de voyages, ceux des naturalistes surtout, et de leurs connaissances. Étonnamment, en leur temps aussi, comme aujourd’hui, de l’Algérie, nous savions peu. L’époque moderne qu’inaugurait la conquête de nouveaux continents allait recouvrir dans son élan l’héritage savant de l’Afrique du nord. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait alors des terres du monde et qui en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir ce territoire de l’autre rive, comme il le faisait ailleurs.

Alger et ses fortifications, son hostilité, sa piraterie et ses mythes, engendraient envie et fantasmes à tel point que seuls les officines diplomatiques et l’espionnage nourrissaient la science et la surveillance. Consulter une carte européenne des territoires de l’Algérie au XVIIIe siècle, c’est avant tout lire des informations de seconde main. Ce sont des projections, des hypothèses cartographiques qui contrastent avec l’exactitude des cartes marines, qui traduisent à cette même date des intentions belliqueuses. Loin des tours de guet et des zones habitées, on marque à discrétion les rochers et les ressacs, les profondeurs pour le mouillage et les lieux d’accostages.  On y lit un littoral déserté et à l’intérieur un pays qui serait riche et heureux. Les habitants y sont parfois décrits. Les femmes y sont distinguées. Tout comme le miel et les fruits. L’eau et les terres fertiles y abondent. La fortune y est annoncée dans les légendes. On devine que tout est possible. Longtemps, ce territoire a d’abord été ébauché sur le papier. Cartographié selon des vœux, des attentes, avant même d’être connu, parcouru et vécu.

Cette construction de représentations, nous la retrouverons à quelques variantes près dans de nombreux recueils cartographiques européens. La carte, surface plane, se fait espace téléologique, paradis à se saisir. Paysage immense que tout un chacun pouvait dominer d’un regard. Le territoire y est étendu et l’illimité du lieu donne envie.

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire rendra compte, par les images et les relevés de terrain, de ce long processus qu’a été la conquête de l’Algérie. Et par ce procédé, montrera pourquoi et comment se sont effectués la saisie cartographique et le marquage cadastral d’un territoire.

Made in Algeria est la mise à plat d’une aventure moderne qui a commencé il y a plus de deux siècles et dont les effets se font encore ressentir aujourd’hui : la conquête de l’Algérie et le type de colonialisme qui s’y est développé. Par cette exposition, nous voulons dérouler la fabrique coloniale d’un territoire. Cette entreprise, qui ne s’est pas faite sans heurts, s’est aussi justifiée par la nécessité de soutenir de nouvelles expériences et inventions techniques et scientifiques. En ce sens, l’Algérie a été un haut lieu de la modernité européenne. Un de ses laboratoires majeurs. Celui qui a permis d’expérimenter le rendement d’un territoire par la mise sous surveillance de ses acteurs.

En 1882, plus aucun mètre de ce territoire n’échappe à la mise sous contrainte.

Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA
Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des cartes et plans, BnF

Parcours de l’exposition

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, INHA, Saison 2015

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.


3 février 2015 : Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

17 février 2015 : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

10 mars 2015 : Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

7 avril 2015 : Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

21 avril 2015 : Daho Djerbal / Algérie : l’esthétique de la crise – retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

12 mai 2015 : Todd Shepard / « L’arabe au sexe-couteau » : comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

26 mai 2015 : Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

16 juin 2015 : Hannah Feldman / Aesthetics and other erasures : l’art durant la guerre d’indépendance algérienne

10 novembre 2015 : Laurence Bertrand-Dorléac / D’une guerre l’autre

15 décembre 2015 : Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin / Présentation de l’exposition Made in Algeria

16 JUIN 2015 : Huitième séance / Hannah Feldman / Aesthetics and Other Erasures : L’art durant la guerre d’indépendance algérienne

Entretien avec Hannah Feldman, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Walter Benjamin (rez-de-chaussée), 18h-20h

Historienne de l’art, Hannah Feldman (PhD Columbia University, MA Columbia University, BA Harvard University) enseigne l’art moderne tardif et contemporain ainsi que les visual studies à la Northwestern University, où elle est professeur au département d’Histoire de l’art ainsi que dans les programmes d’études de Littérature comparée et du Moyen-Orient et Afrique du Nord. Son premier livre, From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France (Duke University Press, 2014), considère la théorisation de l’art et du spectacle à Paris avant et pendant la guerre d’indépendance algérienne.

Elle est également l’auteure de nombreux essais et articles sur les intersections entre la violence et les pratiques esthétiques en l’Europe ainsi que dans les pays du Levant et du Maghreb. Fondée sur l’interdisciplinarité, sa recherche porte tout particulièrement sur les liens entre l’art et l’espace urbain dans les sites de conflits postcoloniaux et néocoloniaux, ainsi qu’entre l’art et la protestation.

Elle a reçu de nombreux prix et bourses pour ses recherches, notamment du Getty Research Institute (2008), du Kaplan Institute for the Humanities (2011, 2012), du Centre Canadien d’Architecture (2013) et de la Andrew W. Mellon Foundation, New Directions Fellowship (2015). Entre 2008 et 2011, elle a présidé le comité de rédaction du Art Journal. En 2014, elle rejoint l’équipe éditoriale du site H-France et a collaboré, comme membre du comité scientifique, au projet intitulé « Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturels entre Europe et Maghreb ».

Bibliographie sélective :

« Of the public born: Raymond Hains and La France déchirée », October, 108, 2004, p. 73-96

National Negotiations: Art, Historical Experience, and the Public in Paris, 1945-1962, Columbia University, 2004 (thèse)

« Salon des Refusés: Raymond Hains and Arman », Artforum, 44, 6, 2006, p. 332

« New Writing Systems/Writing New Systems » in Kaira Cabañas (ed.), Specters of Artaud: Language and the Arts circa 1952, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, 2012

« Flash Forward: Pictures at War » in Ali Behdad et Luke Gartlan (ed.), Photography’s Orientalism: New Essays on Colonial Representation, Los Angeles, Getty Research Institute, 2013

« As the World Constricts: Kader Attia’s Pictures of Spacelessness », Nka: Journal of Contemporary African Art, 26, 2010, p. 60-69

« Words, Actions, Inactions, and Things: Reality Between La Résistance and L’insoumission » in Julia Robinson New Realisms, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía/Cambridge, MA, MIT Press, 2010

From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France, 1945-1962, Durham, Duke University Press, 2014

« The Way of the Shovel », Artforum, 52, 6, 2014, p. 207

26 MAI 2015 : Septième séance / Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

Entretien avec Habiba Djahnine, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, suivi d’une projection du film Lettre à ma soeur (2006, 77 min.)

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Le nom de Habiba Djahnine est associé au monde de l’image et du cinéma. Réalisatrice, elle est à l’initiative en Algérie, du Béjaïa Doc, un atelier de création de films documentaires. Ecrivain et poète, elle vient de publier le recueil Fragments de la maison, aux éditions Bruno Doucey. Artiste, féministe, elle a été militante politique à la fin des années 80, début des années 90. Après quelques années d’exil en France elle retourne en Algérie où elle vit et travaille.

Image1
Image extraite du film Lettre à ma soeur, 2006

Le 15 février 1995, sa sœur Nabila est assassinée, à Tizi-Ouzou, cible d »un attentat politique revendiqué par les groupes islamistes, Lettre à ma sœur, sorti onze ans plus tard, revenait sur son parcours à travers des entretiens avec ses proches. Dans ce film, diffusé dans de nombreux festivals, Habiba Djahnine essaie de réfuter la violence comme une solution à des litiges sociaux. Suivront alors d’autres films dont Autrement citoyens, tour d’horizon d’initiatives d’associations algériennes ou encore Avant de franchir la ligne d’horizon, qui pose la question du militantisme depuis 1988. Ses documentaires révèlent les multiples facettes de l’Algérie, son histoire et les conséquences de celle-ci sur la société. En 2003, elle publie son premier recueil de poésies Outre-Mort (éd. El Ghazali-Alger). La même année, elle fonde l’association « Cinéma et mémoire » et les « Rencontres du film documentaire » de Bejaïa (Rencontres cinématographiques de Bejaïa où cinquante à soixante nouveaux films sont présentés chaque année) dont elle est déléguée générale. Avec son propre atelier Béjaïa Doc, elle offre un enseignement cinématographique pour les jeunes Algériens avec une attention portée sur tous les aspects de la profession. En 2012, elle a reçu le Prix Prince Claus pour son rôle dans la relance du cinéma algérien et pour « la création de documentaires sensibles, difficiles et perspicaces sur les réalités contemporaines ».

Filmographie :
2011 Safia. Une histoire de femme, 23 min.
2011 Avant de franchir la ligne d’horizon, 64 min.
2010 Retours à la montagne, 51 min.
2009 Autrement citoyens, 55 min.
2006 Lettre à ma sœur, 77 min.
2004 Migrants en Europe, 44 min.

Publications :
2003 Recueil de poésie Outre-Mort, éd.El Ghazali à Alger
2008 Associations algériennes, parcours et expériences, édité par le PCPA à Alger
2015 Recueil de poésie Fragments de la maison, éd. Bruno Doucey à Paris

Interview : http://www.djazairess.com/fr/elwatan/330858

12 MAI 2015 : Sixième séance / Todd Shepard / « L’Arabe au sexe-couteau » : Comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

Entretien avec Todd Shepard, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

BenZobi
“Wanted: Mohammed el-Prick, Born in Algeria, Living in France. This Man is Dangerous! Liable to Kill! Rape!… You Won’t Have to Look Very Far to Find Him… All Around You, There Are 700,000 Just Like Him!” Europe-action 22 (1964), back cover.


Todd Shepard est professeur d’histoire à l’université Johns Hopkins. Son travail porte sur la France et son empire colonial au XXe siècle. Son premier livre, The Invention of Decolonization. The Algerian War and the Remaking of France (Cornell U.P., 2006), a été traduit en français sous le titre : 1962. Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; en poche 2013).

Il prépare actuellement deux ouvrages. Le premier, La France, le sexe et les Arabes, 1962 à 1979 (à paraître chez Payot en septembre 2016), explore l’importance et la fonction des représentations de la « perversion » masculine dans les débats politiques français après 1962. Le second, Affirmative Action and Empire, porte sur un ensemble de programmes novateurs, mis en place par la République dans le contexte de la Guerre d’Algérie, visant à corriger les discriminations subies par les « musulmans d’Algérie ».

—-

Image de couverture : photographie de Brahim Haggiag dans le rôle de Ali la pointe, extraite du film La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (1966).

21 AVRIL 2015 : Cinquième séance / Daho Djerbal / Algérie : L’esthétique de la crise – Retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

Entretien avec Daho Djerbal, Directeur de la revue Naqd, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 

Daho Djerbal est un historien, professeur à l’université d’Alger 2. Figure intellectuelle majeure, il a mené de nombreux travaux en histoire économique et sociale, avant de s’orienter vers le recueil de témoignages d’acteurs de la lutte de libération nationale en Algérie. Il travaille aussi sur les relations entre Histoire et Mémoire. Il a publié en 2012 L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN, aux éditions Chihab (Alger). Depuis 1993, il est le directeur de Naqd, revue d’études et de critique sociale créée en 1991, quelques mois après le début de la guerre civile en Algérie.

En 2003, Naqd publie « Esthétique de la crise », un numéro consacré à la question de la représentation durant la période terroriste en Algérie. Dans son dernier numéro, Naqd 24, « Terror/isme. Etats et sociétés”, les auteurs traitent du terrorisme et de la lutte contre la terreur. Ils déconstruisent les logiques internes des discours légitimant la terreur et la contre-terreur. Ils partent tous d’une expérience concrète et de travaux sur le terrain. Ils sont d’Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Argentine, Bulgarie, Croatie, France, Inde.

Naqd est une revue indépendante de toute autorité gouvernementale. Une des seules publications au Maghreb qui ouvre à un débat d’idées et contribue à élargir le champ de la pensée critique dans son propre pays et dans ceux de la région.

Elle compte de nombreux auteurs de tous les continents comme Noam Chomsky, Dirk Vandewalle, Ranabir Samaddar, Pradip Kumar Bose, Samir Kumar Das, Farhad Khosrokhavar, Samir Amin, George Corm, Etienne Balibar, Alice Cherki, André Akoun, Georges Labica, Alain Brossat, Dominique Lecourt, Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault, Isabelle Stengers, Frederic Neyrat, Ivaylo Ditchev…

Liens :

http://www.revue-naqd.org/doc/index.html

https://www.cairn.info/revue-sud-nord-2001-1-page-198.htm

https://www.cairn.info/publications-de-Djerbal-Daho–22387.htm

17 février 2015 : Deuxième séance / Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

Sylvie Thénault, spécialiste du droit et de la répression coloniale en Algérie, est directrice de recherche au CNRS.

Conférence suivie d’une discussion autour de son ouvrage, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale – Camps, internements, assignations à résidence, animée par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 –

Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

Pendant la guerre d’indépendance algérienne, les autorités françaises ouvrirent des camps d’internement pour les « suspects » arrêtés par la police ou par l’armée. Des dizaines de milliers d’Algériens y furent détenus. Recours ponctuel pour maintenir l’ordre public dans des circonstances extraordinaires ? Pas seulement. Ces camps n’étaient qu’une forme nouvelle de l’internement, dont elles avaient usé, depuis longtemps, pour réprimer les résistances qu’elles rencontraient en Algérie. Y compris en dehors des périodes de guerre ou d’insurrection.

Cet ouvrage ne se borne pas à dénoncer les duretés des autorités ou leurs dérives aux moments de crise. Il retrace l’histoire, tout au long de la période coloniale, de la pratique de l’internement dans sa mise en œuvre concrète par la France, depuis l’époque de l’indigénat. Pourquoi était-il utilisé ? Qui en était victime ? Quel rôle jouait-il dans la tutelle exercée par les colonisés ?

C’est toute la logique de l’arbitraire colonial que démonte l’une de nos meilleurs spécialistes dans cet ouvrage dépassionné mais clinique.