Salle 8 – Capter l’Algérie; La science au service de la colonisation

Capter l’Algérie
La science au service de la colonisation

L’analyse scientifique du territoire commence avec le rapport de la Commission d’Afrique instaurée en 1833, qui avait pour mission de remédier aux erreurs de la conquête. La Commission d’exploration scientifique héritée des Lumières et copiée sur le modèle de l’expédition d’Égypte par Bonaparte est fondée en 1839. Elle a pour mission de traiter de manière dite encyclopédique de tout ce qui compose le territoire algérien: connaissance des reliefs, géographie, sols, sous-sols, faune, flore et peuples seront illustrés. Langues, « confréries religieuses », étendue ancienne de la christianisation et présence romaine seront soulignées. Certaines études seront occultées comme l’architecture musulmane et d’autres plus soutenues, voir détournées, comme l’étude de l’antiquité romaine qui permet de distinguer la filiation chrétienne de l’Algérie. S’opèrent alors une écriture et une appropriation de l’histoire. Une connaissance dite savante et millimétrée du territoire, qui va de pair avec la dévalorisation de fait des savoirs autochtones.

Jacques-Louis Randon, Carnet militaire. Voyage de Guelma à Tebessa, 1846, manuscrit, 39 pages illustrées. Institut national d’histoire de l’art – Département de la bibliothèque et de la documentation
© INHA

Le carnet autographe du général Randon rédigé à Batna en septembre 1850 retrace le voyage qu’il effectua en mai 1846 de Guelma, qu’il quittait après trois années de résidence, à Tebessa. Il est truffé de croquis des ruines archéologiques ou des inscriptions épigraphiques observées de sites en sites ainsi que de beaux portraits d’habitants des lieux. Il écrit notamment que les sites romains sont pour certains en excellent état et qu’ils pourront servir à la construction de garnisons et du port.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *