Salle 2 – Vue de loin; Vue du large

Vue de loin
Vue du large

En Europe, de nombreux récits comprenant des descriptions approximatives ou plus précises de l’Afrique du Nord circulent d’autant plus facilement que le développement de l’imprimerie (inventée en 1454) favorise leur reproduction et leur diffusion. Au XVIe siècle, marchands et voyageurs fréquentent librement ces territoires même si l’état de captifs contre rançon perdure dans la Régence d’Alger. Cependant, compte tenu du rapport conflictuel entretenu de part et d’autre, les Européens considèrent la Barbarie/Algérie et ses villes portuaires comme des zones où la circulation est risquée. La Régence menace pourtant moins la France que d’autres royaumes chrétiens. Alger et ses fortifications subissant sièges et bombardements de 1541 à 1830, il n’est pas surprenant qu’une partie des cartes géographiques et des plans topographiques représentent le territoire et ses environs sous un angle guerrier.

Argel, XVIIe siècle, carte manuscrite, 37,8 X 50,9 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Cette vue perspective de la baie d’Alger, ni signée, ni datée, évoque le débarquement d’un corps expéditionnaire armé au niveau de l’embouchure de l’Oued El Harrach ou de la future grande mosquée d’Alger, zone de nos jours complètement urbanisée. Argel est la forme espagnole d’Alger et les vaisseaux à trois mâts datent de la seconde moitié du XVIe siècle. Est-ce le souvenir du coup de force téméraire de Charles Quint, en 1541, qui débarqua sur la plage du Hamma (actuel Jardin d’Essai) le 23 octobre ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *