15 décembre 2015 : Dixième séance / Zahia Rahmani &Jean-Yves Sarazin / Rencontre avec les commissaires de l’exposition Made in Algeria

Rencontre avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, commissaires de l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari, 18h-20h

Cette séance sera l’occasion pour les commissaires Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA, et Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des Cartes et plans, BnF, de présenter l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire qui se tiendra au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.


L’exposition Made in Algeria – généalogie d’un territoire est le fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Il s’agit de la première exposition d’envergure consacrée à la représentation d’un territoire, l’Algérie.

Made in Algeria montre comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description.

L’exposition réunit un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien. Près de 200 pièces sont présentées provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites… Un ensemble de cartes originales, d’une qualité esthétique rare, est pour la première fois montré au public.

Dès que l’on tente de saisir l’histoire de la colonisation française, on est constamment saisi de découvrir à quel point pour la France, le territoire de l’Algérie a été un de ses laboratoires majeurs. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie, romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, l’Algérie n’a eu de cesse d’être le laboratoire expérimental qui permettra d’inaugurer dans tous ces domaines et bien d’autres comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France. Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial n’aura été à ce point si matriciel. Jusqu’au paysage qui en de nombreux endroits a été modelé sur le modèle du bocage normand. Made in Algeria, c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui, comment cette dernière a tenté, en un siècle qui était disposé pour cela, de fossiliser ailleurs son identité.

Carte postale
Carte postale à système permettant de dérouler une dizaine de vues de l’Oranais, 1930-1940. Oran, Editions Jomone, collection particulière

Image : Sans titre (détail), Mohamed Dib, Tlemcen, 1946


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *