Made in Algeria – Genealogia di un territorio

Made in Algeria – Genealogia di un territorio è la prima esposizione di grande portata ad essere mai stata realizzata e consacrata alla rappresentazione del territorio algerino. L’obiettivo è quello di animare un dialogo tra carte, disegni, dipinti, fotografie, documenti storici e opere di artisti contemporanei che hanno percorso le terre d’Algeria. Le carte originali giunte fino a noi, di rara qualità estetica, non sono mai state presentate al pubblico. L’Algeria, Paese poco aperto al turismo di massa, resta in effetti ancora oggi una realtà poco conosciuta. Il suo lungo e splendido litorale non ha infatti subito lo stesso processo che ha sfigurato le altre coste del Mediterraneo. Spiagge, montagne, pianure e deserti si stendono su circa due milioni di chilometri quadrati, ma sono comunque pochi quelli che possono dire di essersi avventurati su questo territorio.

L’origine del progetto di esposizione Made in Algeria risiede nella questione dei grandi esploratori europei, delle loro conoscenze e dei loro racconti di viaggio, soprattutto quelli dei naturalisti. Sorprendentemente anche ai loro tempi, come ai giorni nostri, non si sapeva nulla dell’Algeria. Il XVIII secolo europeo, che si appropriava nel frattempo del mondo e che ne censiva la fauna, la flora e gli uomini, non riusciva in realtà a cogliere questo territorio della riva di fronte, come invece avveniva altrove in America, in Asia e in Oceania.

Algeri e le sue fortificazioni, la sua ostilità, i suoi pirati e i suoi miti, generavano a tal punto desiderio e paure che solo agli uffici diplomatici e allo spionaggio era consentito alimentare la conoscenza di tali luoghi e amministrarne la vigilanza. Nel XVIII secolo, consultare una carta europea del territorio di Algeri significa, innanzitutto, leggere informazioni di seconda mano, che si basano su ipotesi cartografiche e che contrastano con la precisione delle carte nautiche.

Made in Algeria vuole essere l’analisi innovativa di un’avventura moderna che è cominciata più di due secoli fa e i cui effetti sono visibili ancora oggi: la conquista dell’Algeria e il tipo di colonialismo che vi si è sviluppato. L’invenzione cartografica dell’Algeria è infatti andata di pari passo con la sua conquista e la sua descrizione. L’esposizione si propone quindi di indagare il processo di fabbricazione di un territorio coloniale. Questo obiettivo, raggiunto non senza difficoltà, è giustificato anche dalla necessità di sostenere, attraverso nuove esperienze e nuove scoperte tecnologiche, l’inventario, l’appropriazione, la valorizzazione e la sorveglianza di un territorio e dei suoi popoli. In questo senso, l’Algeria è stata uno dei luoghi cardine della modernità europea, uno dei suoi principali laboratori, quello che ha permesso di sperimentare il rendimento di un territorio grazie all’osservazione dei suoi abitanti. A partire dal 1882, nessun centimetro di questo suolo sarebbe più stato libero da vincoli e costrizioni.

Circa 250 opere saranno riunite in occasione di questa esposizione. Archivi sonori e audiovisivi, carte rare – alcune di importanza fondamentale e mai esposte in precedenza -, opere provenienti dai più grandi musei francesi e stranieri saranno presentate assieme a creazioni contemporanee inedite.

I sovraintendenti:

Zahia Rahmani e Jean-Yves Sarazin

 

traduction par Valentina Tallamona

10 mars 2015 : Troisième séance / Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

En Algérie, il y a une volonté de se faire entendre, c’est ça que j’ai envie de filmer.
Tariq Teguia

 

À l’occasion de la sortie de son dernier film, Révolution Zendj, et de sa rétrospective au Centre Pompidou,
le cinéaste Tariq Teguia est l’invité du séminaire.

Une discussion sera engagée autour du territoire algérien comme matrice cinématographique et lieu du politique,
avec Zahia Rahmani, co-responsable du programme Made in Algeria. Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Tariq Teguia est un cinéaste algérien. Il vit à Thessalonique. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2001, s’intitule Robert Franck : Fictions cartographiques. Tout son œuvre peut être lu à la lumière de cette recherche qu’est le ou les territoire(s) et les possibles fictions qu’il(s) engendre(nt).

L’œuvre de Tariq Teguia témoigne d’une volonté de perpétuer l’essence même du cinéma. Une tension, qui est celle d’une pratique esthétique radicale, celle d’un auteur, la sienne, et de la nécessite de participer dans le même temps de l’exercice d’une ambition collective. Si ses films traitent de la société et de ses désirs, que se soit en Algérie, en Grèce ou ailleurs, ils agissent toujours comme de la politique en acte, et c’est là toute la force de cette œuvre.

En 2008, son film, Inland, l’a révélé comme l’un des plus grands cinéastes du moment. Son premier long métrage, Rome plutôt que vous (2006), œuvre centrée sur la question de l’exil a été récompensée au festival de Belfort. Venu au cinéma après une formation en philosophie, il a co-réalisé en 1992, avec son frère Yacine Teguia, un premier court métrage de fiction, Kech’mouvement ?. D’autres courts métrages tournés en Algérie ont suivi, comme Ferrailles d’attente en 1998 et La Clôture en 2003. En 2008, son deuxième long métrage, Inland, est sélectionné à la Mostra de Venise.

La rétrospective de ses films au Centre Pompidou, du 6 au 15 mars 2015, est l’occasion de voir son dernier film, Révolution Zendj, Grand Prix du Festival de Belfort en 2013.

 FILMOGRAPHIE

1993 Kech’mouvement ?, court métrage
1996 Le Chien, court métrage (introuvable)
1998 Ferrailles d’attente, court métrage
2003 La Clôture (Haçla), court métrage
2006 Rome plutôt que vous (Roma wa la n’touma)
2008 Inland (Gabbla)
2013 Venice 70, Future Reloaded’s part : Le Cinéma, demain, court métrage
2013 Révolution Zendj (Thawra Zanj)

 SELECTION DE LECTURES

« « Révolution Zendj » », film-foudre, grand prix à Belfort », Jacques Mandelbaum, Le Monde, 5 décembre 2013
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/12/05/tariq-teguia-fait-tomber-la-foudre-sur-belfort_3525660_3208.html

« « Inland » le prouve, un grand cinéaste est né, il nous vient d’Algérie », Jacques Mandelbaum, Le Monde, 24 mars 2009
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2009/03/24/inland-un-grand-cineaste-est-ne-il-nous-vient-d-algerie_1171959_3476.html

« « En Algérie, il y a une volonté de se faire entendre, c’est ça que j’ai envie de filmer » », Isabelle Regnier, Le Monde, 15 avril 2008
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/04/15/tariq-teguia-en-algerie-il-y-a-une-volonte-de-se-faire-entendre-c-est-ca-que-j-ai-envie-de-filmer_1034414_3476.html

17 février 2015 : Deuxième séance / Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

Sylvie Thénault, spécialiste du droit et de la répression coloniale en Algérie, est directrice de recherche au CNRS.

Conférence suivie d’une discussion autour de son ouvrage, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale – Camps, internements, assignations à résidence, animée par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 –

Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

Pendant la guerre d’indépendance algérienne, les autorités françaises ouvrirent des camps d’internement pour les « suspects » arrêtés par la police ou par l’armée. Des dizaines de milliers d’Algériens y furent détenus. Recours ponctuel pour maintenir l’ordre public dans des circonstances extraordinaires ? Pas seulement. Ces camps n’étaient qu’une forme nouvelle de l’internement, dont elles avaient usé, depuis longtemps, pour réprimer les résistances qu’elles rencontraient en Algérie. Y compris en dehors des périodes de guerre ou d’insurrection.

Cet ouvrage ne se borne pas à dénoncer les duretés des autorités ou leurs dérives aux moments de crise. Il retrace l’histoire, tout au long de la période coloniale, de la pratique de l’internement dans sa mise en œuvre concrète par la France, depuis l’époque de l’indigénat. Pourquoi était-il utilisé ? Qui en était victime ? Quel rôle jouait-il dans la tutelle exercée par les colonisés ?

C’est toute la logique de l’arbitraire colonial que démonte l’une de nos meilleurs spécialistes dans cet ouvrage dépassionné mais clinique.

3 février 2015 : Première séance / Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

Hélène Blais, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest La Défense,  inaugure le cycle de séminaires qui jalonnera sa préparation durant l’année 2015.

Entretien autour de son ouvrage Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, animé par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

_

Hélène Blais, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard, 2014

Janvier 1957 : une région autonome est créée (Organisation commune des régions sahariennes) et marque la tentative d’un découpage de l’espace qui forme une enclave française en Afrique, apparaissant, dès lors, comme une résurgence de l’histoire coloniale. Ce geste est révélateur du lien qui existe entre la domination et les savoirs sur l’espace, entre les savoirs géographiques et l’impérialisme. Il nous faut comprendre les enjeux de la pratique cartographique dans un contexte d’exploration puis de colonisation d’un territoire et l’Algérie semble être un exemple particulièrement significatif. En effet, la longévité de l’Algérie comme colonie française, son exceptionnalité en tant que colonie de peuplement et sa proximité géographique avec la métropole sont autant de facteurs déterminants pour comprendre l’intérêt suscité par l’Algérie dans l’histoire de la colonisation, notamment dans sa dimension spatiale. La cartographie du territoire algérien fut l’une des visées françaises, et ce, dès le débarquement à Alger (1830); la carte participe de la mise en ordre du territoire et de sa soumission et devient ainsi un instrument de pouvoir aussi bien qu’une source privilégiée pour l’historien qui s’intéresse à l’Algérie coloniale. Au-delà de l’objet en tant que tel, c’est la construction de la carte qui nous intéresse ici, son élaboration sur le terrain, les enquêtes menées, la collecte des informations… car ce sont toutes ces étapes qui expriment l’affirmation d’une autorité sur le territoire.

Comment, à partir des pratiques de l’espace, de la connaissance et de la reconnaissance des territoires, une politique coloniale peut-elle se mettre en place ?

Dans un contexte de domination et d’appropriation du territoire, une carte et son élaboration ne sont jamais neutres. La carte topographique se présente donc comme un révélateur des logiques spatiales d’un gouvernement colonial. Elle est à la fois le fruit et l’instrument d’une construction territoriale aussi bien réelle que mentale. Elle donne à voir l’empreinte laissée par la colonisation sur l’espace et les sociétés qui l’habitent en même temps que sur les façons de les représenter, de les figurer. Dans l’histoire de l’Algérie colonisée, deux discours s’affrontent : le discours de propagande qui fait de l’Algérie une créature de la France et le discours qui met en avant « l’ancienneté de la nation algérienne, sa cohérence et son unité précoloniale ». En s’appuyant sur l’étude de la carte, Hélène Blais renouvelle les regards portés sur l’Algérie coloniale en favorisant les emboîtements d’échelle et les passages de frontières. Tout l’enjeu de son étude consiste à comprendre dans quelles mesures la politique coloniale s’appuie sur les pratiques et les représentations du territoire, à comprendre les rouages de la construction territoriale dans la mise en place d’un projet politique colonial. Pour cela, l’historienne croise deux chronologies : l’histoire de la colonisation et l’histoire des savoirs.

Par conséquent le livre s’intéresse à la fois à l’ensemble des savoirs disponibles sur l’Algérie qui ont pu servir aux acteurs coloniaux (chapitre 1) et à l’expérience du terrain qui passe par la fabrication des cartes dans l’Algérie colonisée (chapitre 2) puis par la rencontre avec le terrain (chapitre 3). La situation coloniale suppose un certain nombre de décalages et de bricolages révélés par le savoir cartographique ainsi que par les connaissances vernaculaires qui en découlent (chapitre 4). Enfin, le livre consacre deux chapitres à l’histoire de la constitution des frontières de la colonie (chapitre 5) et plus particulièrement au Sahara qui voit ses limites sans cesse rediscutées (chapitre 6).

À travers son étude, Hélène Blais nous rappelle que le territoire colonial est un espace dont les limites, les découpages et les représentations ont été mis en place en fonction des intérêts et des objectifs des colonisateurs. La construction des savoirs sur l’espace colonial n’étant jamais lisse, jamais neutre, l’historien doit tenir compte du contraste qui existe entre les représentations cartographiques destinées à l’administration et la réalité de la pratique sur le terrain. Ainsi la confusion semble-t-elle apparaître derrière l’ordre apparent de la carte et du territoire colonial. Les tentatives d’uniformisation spatiale se heurtent à une réalité complexe qu’est celle du territoire de l’Algérie colonisée, marqué par des enclaves et des discontinuités, marqué par le nomadisme (alors incompatible avec l’exercice cartographique). Durant la période coloniale, l’Algérie est plus un assemblage de morceaux qu’une entité politique, et ce, malgré une logique administrative qui tend à imposer une image uniforme afin de construire un prolongement de la France en Afrique. Les spécificités locales, les spatialités vernaculaires sont mises de côté par les autorités coloniales en charge de la cartographie. Les cartes témoignent alors des illusions des acteurs coloniaux et des mirages de l’exercice infaillible de leur pouvoir. Elles sont représentations autant que constructions territoriales. En effet, les cartes produites par l’armée entre 1830 et 1930 ont contribué à la création d’un territoire colonial en Algérie. Les officiers topographes ont cartographié l’Algérie qu’ils percevaient et qu’ils administraient et donné consistance à une réalité construite et sans cesse modifiée au cours du temps. C’est pourquoi nous pouvons considérer la carte non seulement comme un reflet des évolutions politiques mais encore et surtout comme l’outil qui les accompagne voire les anticipe. La domination repose sur une façon de représenter et de donner à voir les territoires colonisés, en Algérie comme dans les autres colonies. Avec Mirages de la carte, Hélène Blais montre que la possession d’un territoire, qu’elle soit militaire et/ou symbolique, passe notamment par la géographie sans pour autant que celle-ci ne se réduise à imposer une domination.

[Recension par Marie-Hortense de Richoufftz.]

Pour une histoire sociale de l’Algérie colonisée, Paris, Centre d’histoire sociale, 2014-2015

Séminaire organisé par Emmanuel Blanchard et Sylvie Thénault avec le soutien du CESDIP (UMR 8183) et du CHS (UMR 8058).

Les séances ont lieu dans la bibliothèque du Centre d’histoire sociale, 9 rue Malher, 6e étage (m° Saint-Paul), un mercredi par mois (deux séances en juin), de 17h30 à 19h30.

Mercredi 15 octobre
Soraya Laribi (U. Paris-Sorbonne), Les disparus d’Algérie après les accords d’Evian : entre problématiques mémorielles et historiques.

Mercredi 12 novembre
Martin Messika (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Politique de la minorité : l’action transnationale des associations juives en Algérie, (1954-1962).

Mercredi 10 décembre
Arthur Asseraf (All Souls College, Université d’Oxford), La guerre italo-turque (1911-1912) en Algérie. Société coloniale et répercussions de l’actualité internationale.

Mercredi 21 janvier
Christian Phéline (Chercheur indépendant, Paris), Maurice L’Admiral (1864-1955) : un « indigénophile » noir au barreau et au conseil municipal d’Alger. Éléments d’une socio-histoire des élites extra-européennes dans le monde colonial.

Mercredi 11 février
Ismail Warscheid (IMAF – EHESS), Que devient l’islam scripturaire en situation coloniale ? Le cas du Touat algérien.

Mercredi 11 mars
Claire Fredj (U. Paris Ouest-Nanterre-IDHES), Écrire l’histoire de la santé en Algérie (XIXe-XXe siècles).

Mercredi 15 avril
Antonin Plarier (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Gardes-forestiers et paysannerie en Algérie à la fin du XIXe siècle : entre dépossession et résistances rurales.

Mercredi 13 mai
Marc André (U. Paris-Sorbonne), Arrières-cours urbaines pour une guérilla : la place des femmes du MNA en métropole.

Mercredi 10 juin
Valentin Chémery (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Police et société en Algérie au XIXe siècle.

Mercredi 24 juin
Saddek Benkada (CRASC Oran), Un essai d’analyse spatio-sociologique de la violence politique : le cas d’Oran (1961-1962).

Généalogie d'un territoire