Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient, 11e édition, 29 mars-17 avril 2016, Paris, Saint-Denis, Seine-Saint-Denis

Du 29 mars au 17 avril 2016, la 11e édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen Orient investit les salles de cinéma parisiennes, dionysiennes et séquanodionysiennes, autour de deux tendances : « Focus Palestine » et « Actualités des cinématographies du Maghreb et du Moyen-Orient. »

Le Panorama s’ouvre le 29 mars au Cinéma L’ECRAN avec l’avant-première du film GOOD LUCK ALGERIA, de Farid Bentoumi.

Dans ma tête un rond-point, d’Hassen Ferhani, figure parmi la très riche programmation, à consulter sous ce lien !

Projection sauvage, Dans ma tête un rond-point, Paris, Musée de la Chasse et de la Nature, 17 février 2016

Le Musée de la Chasse et de la Nature présente, dans le cadre du cycle de projections proposé et programmé par Charlene Dinhut et Benoît Hické, et en avant-première avant sa sortie en salles le 24 février 2016 :

DANS MA TÊTE UN ROND-POINT
Réal. : Hassen Ferhani (Algérie – 2015 – 100′ – VOSTF)
Projection en présence du réalisateur.

La bande-annonce est disponible sous ce lien.

Informations pratiques :
Mercredi 17 février 2016 – 19h30
Auditorium du Musée de la Chasse et de la Nature
62 rue des Archives – 75003 Paris
Tarif unique de 6 euros

Plus sur l’évènement facebook de la projection.

 


C’est dans les abattoirs d’Alger, aujourd’hui abandonnés au profit d’une structure plus récente et plus éloignée du centre de la ville, que Hassen Ferhani tourne son film. Ils constituent une formidable unité de lieu, puisque les travailleurs non seulement s’y activent mais aussi y dorment, y vivent, y passent des temps de loisirs. C’est donc là que le cinéaste écoute et enquête, pour prélever une image de la ville aujourd’hui. Parmi les animaux, les discussions commencent, sur le quotidien autant que la politique, sur le travail autant que l’amour. Maniant l’art du cadrage avec précision, Hassen Ferhani fait se succéder des plans où le lieu et ses habitants se dévoilent peu à peu, avec humour et pudeur. Loin de porter sur la cruauté de l’industrie, le film déplace l’attention sur les désirs, les peurs et les histoires de chacun.

Hommage à René Vautier, Paris, Le Louxor, 11 février 2016

Dans le cadre du festival NIO FAR, le cinéma Louxor programme une soirée de projections-rencontres en hommage à René Vautier, le jeudi 11 février, à partir de 19h.

« Afrique 50 », René Vautier
« Algérie Tours Détours »,  Oriane Brun Moschetti & Leila Morouche
Suivi d’un échange avec Oriane Brun Moschetti, Leila Morouche et Moira Vautier, modéré par Christian Eboulé.

LOUXOR, Palais du Cinéma
170, boulevard Magenta
75010 Paris


René Vautier est né le 15 janvier 1928 dans le Finistère. En 1949, la Ligue française de l’enseignement lui commande un reportage sur les conditions de vie dans les villages de Côte d’Ivoire, de Haute Volta, du Sénégal et du Soudan français destiné à montrer aux élèves des lycées et des collèges « comment vivent les villageois d’Afrique occidentale française ». Vautier est indigné par ce qu’il voit là bas et décide de filmer la réalité de l’Afrique colonisée. Mais la police saisira les négatifs du film en s’appuyant sur un décret de Pierre Laval, ex-ministre des colonies. René Vautier est cité à comparaître pour se voir juger « d’avoir, en Haute Volta, dans le courant de l’année mil neuf cent quarante neuf, en tous cas depuis moins de trois ans, procédé à des prises de vues cinématographiques sans l’autorisation du gouverneur. »  Le cinéaste réussit à sauver quelques bobines et réalise en 1950, un film de 15 minutes, « Afrique 50 » qui sera diffusé dans la clandestinité. Cela lui vaudra 13 inculpations et une condamnation à un an de prison.
René Vautier a 21 ans. Dès lors, il ne cessera de faire des films engagés contre toutes les formes d’oppression et d’exploitation et contre la censure qu’ils engendrent. 150 films dits « d’intervention sociale » ayant pour thème la guerre d’Algérie avec « Algérie en flamme », « Avoir 20 ans dans les Aurès », « À propos de l’autre détail » ; le racisme en France avec « Les ajoncs » ; l’Apartheid en Afrique avec « Frontline » ; la pollution avec « Marée noire, colère rouge » en 1978, l’extrême-droite française, le combat des femmes.

 

Qu’est-ce qu’un espace blanc ? Figure de l’absent, 14-18 mars 2016, Marseille

La compagnie, lieu de création, accueille du 14 au 18 mars 2016 un workshop organisé par le Réseau cinéma en écoles supérieures d’art et avec le partenariat du FID Marseille, autour de Made in Algeria.

Intitulé « Qu’est-ce qu’un espace blanc ? Figure de l’absent », il sera ponctué de projections, conférences et débats.

Projection-rencontre avec Habiba Djahnine, le lundi 14 mars 2016 à 19h.

Projection-rencontre avec Hassen Ferhani, Dans ma tête un rond-point (2015), le mercredi 16 mars, à 19h.

Conférence de Zahia Rahmani, « L’indienne enroulée dans le cinéma de John Ford ou les chemins d’un malentendu », le jeudi 17 mars 2016, à 19h.

La compagnie, lieu de création
19, rue Francis de Préssensé
13001 Marseille

Image : capture du film Dans ma tête un rond-point (2015) © Hassen Ferhani

Algérie, entre la carte et le territoire, MuCEM, 26-28 février & 10-13 mars 2016

En complément et en prolongement de l’exposition Made in Algeria, le MuCEM propose « Algérie, entre la carte et le territoire », un espace de dialogue et de réflexion autour de ces moments historiques qu’ont été la conquête puis la colonisation de l’Algérie.

Du 26 au 28 février, hommage à deux grandes figures historiques : le poète Kateb Yacine, dont l’œuvre rejaillit à travers une création de Brigitte Fontaine ; et Frantz Fanon, figure majeure de la guerre de libération nationale, auquel est consacré une projection et une rencontre. Enfin, le dimanche, cap sur le Sud algérien avec le film d’aventures Fort Saganne.

Du 10 au 13 mars, une série de trois conférences montre comment les nouvelles techniques cartographiques permirent l’exploration, l’exploitation et la surveillance des terres et des peuples de l’Algérie coloniale. En contrepoint, la projection de films algériens récents constitue autant de fenêtres sur l’Algérie contemporaine.


VENDREDI 26 FÉVRIER 2016
THÉÂTRE
Lectures, guitare, voix
Vendredi 26 février 2016 à 20h30
SAMEDI 27 FÉVRIER 2016
CINÉMA
Samedi 27 février 2016 à 15h
DIMANCHE 28 FÉVRIER 2016
CINÉMA
Dimanche 28 février 2016 à 14h30

JEUDI 10 MARS 2016
RENCONTRE
Jeudi 10 mars 2016 à 19h
VENDREDI 11 MARS 2016
DÉBAT
Vendredi 11 mars 2016 à 19h
SAMEDI 12 MARS 2016
DOCUMENTAIRE

Samedi 12 mars 2016 à 11h

INSTALLATION

Samedi 12 mars 2016 à 12h30

DANSE
Carnet de voyage à danser

Samedi 12 mars 2016 à 14h30

DÉBAT
La carte et le territoire colonial
Samedi 12 mars 2016 à 17h

DÉBAT
Alger, les villes, le territoire
Samedi 12 mars 2016 à 19h

CINÉMA
Samedi 12 mars 2016 à 21h
DIMANCHE 13 MARS 2016
CINÉMA

Dimanche 13 mars 2016 à 14h30

COURT-MÉTRAGE
Dimanche 13 mars 2016 à 17h

Autour de Made in Algeria. Enjeux et pratiques de la cartographie aux frontières des disciplines, 28 janvier 2016, I2MP – MuCEM

Journée d’études INHA / TELEMME / MuCEM

« Autour de Made in Algeria »
Enjeux et pratiques de la cartographie aux frontières des disciplines
Géographie, Histoire, Histoire de l’art et pratiques artistiques
Organisée par Pierre Pinchon & Zahia Rahmani

L’exposition Made in Algeria. Généalogie d’un territoire est l’occasion d’une journée d’étude transdisciplinaire, pensée comme un lieu de rencontres entre universitaires, les artistes et les publics. Elle s’organise en deux temps : une matinée propose, dans une perspective historique et généraliste, des interventions sur les enjeux de la cartographie et des représentations du territoire dans le bassin méditerranéen au 19e siècle ; l’après-midi est pensé comme un workshop, un espace de discussion où penseurs et praticiens questionneront les rapports de l’art contemporain à la cartographie.

Jeudi 28 janvier 2016
I2MP – MuCEM
201, quai du port 13002 Marseille

Entrée libre sur inscription, avant le 27 janvier, à l’adresse : i2mp@mucem.org


Matinée : Les enjeux de la cartographie dans le bassin méditerranéen au XIXe siècle
Modération : Pierre Pinchon

9h
Accueil des participants

9h15
Ouverture de la journée d’étude
Denis Chevallier, Responsable du Département de la Recherche et de l’enseignement et Maryline Crivello, directrice de l’UMR Telemme-CNRS

9h30
Présentation de la journée et introduction
Pierre Pinchon, MCF Histoire, Aix-Marseille Université, UMR Telemme-CNRS

10h
« Cartographier les villes et les pays de Méditerranée, XIXe-XXe siècle »
Jean-Luc Arnaud, HDR Géographie, chercheur CNRS, fondateur du site CartoMundi, UMR Telemme-CNRS

10h30
Présentation de l’exposition par les commissaires de l’exposition Made in Algeria : enjeux et méthodes
Jean-Yves Sarazin (sous réserve), directeur des Cartes et plans, BNF et Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA

11h
« Artistes militaires, cartographie et paysages en Algérie vers 1830 »
Nicolas Schaub, docteur en histoire de l’art, Université de Strasbourg

11h30
« Approches de la cartographie coloniale du Maghreb (XIXe-XXe) »
Aurélia Dusserre, MCF Histoire, Aix-Marseille Université, IREMAM-CNRS

12h
Déjeuner

Après-midi : Art contemporain et cartographie
Modération : Zahia Rahmani

14h
Introduction
Zahia Rahmani, commissaire de l’exposition « Made in Algeria » et responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA

14h30
« Le ciel nous regarde et vice versa »
Anna Guilló, artiste, MCF arts plastiques, Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne, co-fondatrice du programme de recherches La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés

15h
« Quand le globe chasse le planisphère »
Guillaume Monsaingeon, commissaire d’exposition, co-fondateur de l’Oucarpo (Ouvroir de cartographie potentielle)

15h30
« L’antiAtlas, une démarche transdisciplinaire »
Jean Cristofol, philosophe, École Supérieure d’Art d’Aix-en-Provence (ESAAix), membre du collectif antiAtlas des frontières

16h
Discussions et conclusions

 

Image : Zineb Sedira, Série 1- Les terres de mon père, 2015, série de 9 photographies, collection de l’artiste. Courtesy Zineb Sedira & Kamel Mennour, Paris © Adagp, Paris, 2015

Salle 1 – Made in Algeria

L’Algérie a connu de nombreuses civilisations. Dans l’antiquité, l’Afrique du Nord relève en grande partie du royaume de Numidie. Le territoire joue un rôle important sous l’Empire romain, puis chrétien et musulman où les populations locales connaissent l’apport de nombreuses migrations. Pendant longtemps, les cartes ne désignent pas le littoral de l’Algérie comme une zone étrangère au monde européen. Avec la chute de Grenade en 1492 et l’expulsion des maures d’Espagne vers l’Afrique du nord, une relation belliqueuse s’instaure entre les états d’Occident et le royaume de Tlemcen puis celui de la Régence ottomane d’Alger de 1515 à 1830. Le nom de Barbarie ou de Berberie/Berberia remplace alors les termes de Mauritanie et de Numidie qui désignent le nord du continent africain sur les cartes. L’Algérie est bordée par un littoral de plus de 1600 km que dominent d’est en ouest les pentes de l’Atlas tellien avec ses hauts plateaux et plaines creuses, jusqu’à sa frontière naturelle, l’Atlas saharien. C’est le plus grand pays d’Afrique. L’exposition montre comment s’est effectuée sur plusieurs décennies la délimitation cartographique de ce territoire.

Nicolas Berlinguero, Plano y Perfil de la Ciudad, y Bahia de Argel, 1775, carte manuscrite, 49,8 X 71 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Dans le courant du XVIIIe siècle, les nations européennes, Espagne, Provinces Unies des Pays-Bas, Royaume-Uni et France, s’intéressent sous un prétexte économique aux Régences ottomanes de l’Afrique du Nord. Ce beau document manuscrit complexe, associant au plan de la baie d’Alger son profil depuis un point de vue situé au large, aurait dû être diffusé par la gravure afin que les marins s’approprient davantage le littoral et naviguent sans risque.

Salle 2 – Vue de loin; Vue du large

Vue de loin
Vue du large

En Europe, de nombreux récits comprenant des descriptions approximatives ou plus précises de l’Afrique du Nord circulent d’autant plus facilement que le développement de l’imprimerie (inventée en 1454) favorise leur reproduction et leur diffusion. Au XVIe siècle, marchands et voyageurs fréquentent librement ces territoires même si l’état de captifs contre rançon perdure dans la Régence d’Alger. Cependant, compte tenu du rapport conflictuel entretenu de part et d’autre, les Européens considèrent la Barbarie/Algérie et ses villes portuaires comme des zones où la circulation est risquée. La Régence menace pourtant moins la France que d’autres royaumes chrétiens. Alger et ses fortifications subissant sièges et bombardements de 1541 à 1830, il n’est pas surprenant qu’une partie des cartes géographiques et des plans topographiques représentent le territoire et ses environs sous un angle guerrier.

Argel, XVIIe siècle, carte manuscrite, 37,8 X 50,9 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Cette vue perspective de la baie d’Alger, ni signée, ni datée, évoque le débarquement d’un corps expéditionnaire armé au niveau de l’embouchure de l’Oued El Harrach ou de la future grande mosquée d’Alger, zone de nos jours complètement urbanisée. Argel est la forme espagnole d’Alger et les vaisseaux à trois mâts datent de la seconde moitié du XVIe siècle. Est-ce le souvenir du coup de force téméraire de Charles Quint, en 1541, qui débarqua sur la plage du Hamma (actuel Jardin d’Essai) le 23 octobre ?

Salle 3 – Vue de loin; L’intérieur se précise

Vue de loin
L’intérieur se précise

À partir du XVIIIe siècle, les cartes traduisent une vue maîtrisée du territoire. Si les imprécisions perdurent pour décrire les terres intérieures, la frange maritime avec son trait de côte et son littoral est, en revanche, particulièrement bien appréhendée à la fin du siècle. L’innovation cartographique dans la représentation maritime constitue un préalable à l’amélioration de la navigation civile et militaire. Les bateaux chargés de marchandises partent d’Alger, d’Oran, de La Calle en direction de tous les ports de la Méditerranée. Naviguant ou marin sans expérience utilisent ces nouveaux outils de navigation. Pour l’intérieur des terres, le traité de géographie du savant et aumônier anglais Thomas Shaw, paru à Oxford en 1738 marquera tous les travaux jusqu’en 1830. De même, les notes précieuses prises par l’espion Vincent-Yves Boutin en 1808, secrètement conservées par les militaires au Dépôt de la Guerre, sont déterminantes au moment du débarquement de l’armée française en Algérie en 1830.

Reinier et losua Ottens, Nouvelle carte du royaume d’Alger divisée en toutes ses provinces, Amsterdam, vers 1750, carte gravée, 56,2 X 67 cm.  Bibliothèque nationale de France © Société de géographie

Au milieu du XVIIIe siècle paraît à Amsterdam une nouvelle carte de l’Afrique du Nord montrant le royaume d’Alger et ses cinq provinces : Tremicen (Tlemcen), Tenez (Ténès), Alger, Bougie (Béjaïa) et Constantine. Si la géographie des territoires est aussi fautive que celle de la carte du Français Sanson d’Abbeville un siècle plus tôt, les auteurs innovent en la truffant de commentaires féconds pris dans les récits de voyageurs ou les traités de géographes.

Vincent Yves Boutin, Reconnaissance générale d’Alger faite en 1808, 1808, carte manuscrite, 67 X 99 cm.  Vincennes, Service historique de la Défense, GR 6 M, T.20.6.B.189 (1). © Service historique de la Défense

Dix ans après son expédition d’Egypte, le général Bonaparte devenu empereur songe à prendre pied en Algérie. Il commande à son ministre de la Marine une note sur la ville d’Alger et ses alentours. Ce rapport secret est fourni par Vincent Yves Boutin, ingénieur des mines, et remarquable observateur de la géographie des lieux visités. Il parcourt la ville de mai à juillet 1808, le livre de Shaw en main, et identifie Sidi-Ferruch comme l’unique lieu possible de débarquement pour un corps expéditionnaire.

Salle 4 – Tracer le territoire; La prise d’Alger

Tracer le territoire
La prise d’Alger

Les Français se mettent à tracer, explorer, cartographier, représenter le territoire envahi dès qu’ils débarquent sur les plages de la presqu’île de Sidi-Ferruch le 14 juin 1830. Cela donne lieu à de nombreuses productions: vues et plans d’Alger, cartes des environs de la ville, croquis des surfaces par les colonnes de l’Armée d’Afrique. Ce que les soldats ignorent n’est pas relevé et ce qui est détruit disparaît du relevé. Les contours blancs des cartes suggèrent des espaces vierges, des étendues illimitées. Par sa puissance subjective, la pratique cartographique en Algérie participe dès son inauguration sur le sol algérien de l’idéologie de la conquête. L’armée compte dans ses rangs des ingénieurs topographes et de précieux dessinateurs, artistes-militaires. Le modèle de l’expédition militaire et scientifique d’Égypte (1798-1800) est encore vif. Les motivations s’entrecroisent dès les premières semaines de l’occupation d’Alger et de ses faubourgs: conquête militaire limitée à une «zone utile» et connaissances scientifiques tous azimuts iront de pair durant les premières décennies de la conquête.

Théodore Gudin, Attaque d’Alger par terre et par mer, 29 juin 1830, 1831, huile sur toile, 129 X 193 cm.  Musée national des château de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Gudin résume en une image les deux faits majeurs de la capitulation d’Alger, peints d’après les souvenirs des assaillants : le bombardement de la ville par les vaisseaux français positionnés dans la baie dès le 1er juillet ; l’assaut terrestre des fantassins et artilleurs pour la prise du fort l’Empereur le 3 juillet. Au réalisme des costumes, des armes et des tentes françaises, le peintre associe un décor composé de végétaux et de « villas mauresques », suivant déjà les codes de la peinture orientaliste.

Salle 5 – Tracer le territoire; Avancer dans le territoire

Tracer le territoire
Avancer dans le territoire

En France, les artistes et les éditeurs prennent le relais des militaires et popularisent les nouvelles images de l’Algérie. Sur place, en Algérie, les ingénieurs topographes effectuent sous la protection de la cavalerie des levés du relief qui servent à établir les feuilles de la carte de l’Algérie au 1/200000e et au 1/400000e. La représentation millimétrée du territoire est née instantanément alors qu’aucun schéma de domination n’était arrêté ou ne faisait consensus. Cartographier, conquérir, dominer, telles ont été les motivations des officiers du corps expéditionnaire français mué en Armée d’Afrique. Les blancs de la carte disparaissent au gré des reconnaissances et des relevés d’informations nécessaires à la fois au développement de la carte et à la poursuite de la conquête. Trois zones littorales seront d’abord exploitées. Au Centre, Alger et ses environs. À l’Ouest, Oran et Mostaganem et à l’Est, Bougie et Constantine.

Salle 6 – Tracer le territoire; Occuper le territoire

Tracer le territoire
Occuper le territoire

Dès la conquête, les partisans d’une colonisation de peuplement européen travaillent au développement de centres de colonisation. Les premiers Européens sont installés dans des camps précaires. Il faut attendre 1842 pour voir s’instaurer une colonisation planifiée des terres « pacifiées » sous le gouvernement de Louis-Philippe : un peuplement à grande échelle d’Européens, des citoyens français en majorité. Après les révoltes ouvrières de la Révolution de 1848 et l’avènement de la Seconde République, le déplacement de populations s’accélère. La colonisation suppose un transfert de propriété des biens fonciers, ce que le gouverneur général militaire entreprend selon trois modalités: la vente des terres incorporées au domaine public ; la mise sous séquestre des biens des individus et des familles qui se sont soulevés contre l’occupation; l’achat par expropriation des autochtones détenteurs des biens.

Adrien Dauzats, Le passage des Portes de fer, 1841, série de six aquarelles et gouaches sur papier, 64,5 x 88 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Attaché à l’expédition conduite par le duc d’Orléans, qui établit en octobre 1839 la liaison terrestre entre Alger et Constantine avec l’aide d’informateurs locaux, Dauzats a réalisé six aquarelles du défilé dit « des Portes de Fer ». Il rend compte par l’entassement de murailles et de pentes abruptes, de la prouesse des soldats du 17e régiment d’infanterie représentés tels des fourmis. L’expédition mets fin au traité de la Tafna de 1837 avec Abd el-Kader et ravive la guerre jusqu’à sa reddition en 1847.

Carte des environs de Philippeville, terrain proposé pour réserve aux indigènes, vers 1840-1842, carte manuscrite sur calque, 42 x 58 cm, Bibliothèque nationale de France © BnF

Après une décennie de présence, la France organise la colonisation des territoires et décide du déplacement de populations locales dans des réserves. Sur cette carte, les terres fertiles sont proposées aux Européens. Ce processus de « mise en réserve » des Algériens, qui plus est sur des terres ingrates, déstructure profondément les sociétés et appauvrit leurs pratiques agricoles.

Jean Antoine Siméon Fort, Vue générale de l’itinéraire suivi par la colonne expéditionnaire depuis Constantine jusqu’à Alger, octobre, 1839, 1841, huile sur toile, 206 x 251 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon © Château de Versailles

Ce « tableau-plan » de Siméon Fort est magistral par l’étendue qu’il représente, la liaison d’Alger à Constantine par le défilé dit « des Portes de Fer ». Le génie pictural de Fort réside dans son traitement surréaliste de l’espace, proposant des vues illimitées d’étendues désertiques et profondes, dénuées de présence humaine. Son art est à l’opposé des représentations plus martiales d’Horace Vernet, autre grand peintre de l’Algérie.

Raphaëlle Paupert-Borne, Peintures de voyage : Constantine 2010, Constantine, 2010, Série de 20 tableaux, acrylique sur toile, Collection de l’artiste

Cinéaste, dessinatrice et peintre, Raphaëlle Paupert-Borne, pratique sans relâche la peinture et le carnet de voyage. C’est une empreinte de l’artiste. En 2010, à l’invitation de l’Institut Français, elle se rend à Alger et Constantine. Dans la rue et les cafés elle peint sur le motif et vite. Les édifices, les lieux et les passants qui se prêtent au jeu du portrait, sont traités au pinceau large, par un geste rapide et sans repentir. Installée au centre de l’espace urbain, l’artiste réalise une série d’images vivantes et instantanées qui par cette séquence de proximité artistique témoigne de sa capacité à rendre visible le vivant proche d’une communauté.

Salle 7 – Capter l’Algérie; Effacer pour contrôler

Capter l’Algérie
Effacer pour contrôler

Pour construire une société nouvelle dont l’Européen deviendra le pilier, il faut détruire et transformer : supprimer les structures existantes, détruire les lieux d’implantation originels, remodeler l’Alger ottomane et établir une nouvelle ville portuaire. Sitôt la capitale conquise, les Français transforment le tissu urbain sur le modèle des villes du Nouveau Monde. L’urbanisme s’inspire du damier: angles droits, rues larges, places, édifices publics, culturels et cultuels. L’arrivée massive des colons à partir de 1842 bouleverse le mode de vie et l’économie agricole des autochtones et transforme leurs paysages. L’Algérie conquise, le gouvernement général crée en 1844 une administration destinée à encadrer les populations locales par ce qui a été improprement baptisé les « bureaux arabes ». En 1848, l’Algérie est annexée à la France et divisée en trois départements: Oran, Alger et Constantine.

Vigouroux et Ph. Caillat, Alger. Projet d’une nouvelle ville dressé et présenté le 20 janvier 1858 à Son Excellence monsieur le maréchal Randon, Alger, 1858, carte lithographiée, 51,7 x 70,8 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Le projet d’extension d’Alger perçu comme une « nouvelle ville » européenne juxtaposée à la vieille cité blanche originelle s’appuie sur la mise en service de la ligne de chemin de fer créée par décret le 8 mars 1857. Artères larges en damier, édifices publics et cultuels, seconde extension du port, lien entre les axes de transport et les activités économiques, espaces verts sont autant d’éléments qui illustrent ce que doit être une ville moderne desservie par le plus important port d’Afrique du Nord.

Horace Vernet, Prise de Bône, 27 mars 1832, 1835, huile sur toile, 260 x 227 cm. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon

Peintre de la conquête française, Horace Vernet a suivi l’armée et peint ici le décor de la prise de Bône, en mars 1832. Au premier plan il peint une figure « orientale » impassible a ce qui survient à l’arrière-plan, la pose du drapeau tricolore. Cette scène distingue deux temporalités très usitées par les peintres orientalistes, l’action vive des soldats de l’Armée d’Afrique, l’inaction fataliste des « musulmans ». Le tableau exposé au salon de mars 1835 a été acheté par Louis-Philippe pour Versailles.

Colonisation de l’Algérie. Avis aux ouvriers, 1848, affiche imprimée, 73 x 52,5 cm. Archives nationales d’outre-mer, © FR ANOM Aix-en-Provence Tous droits réservés, n° 9 Fi 593

La révolution de 1848 met fin à la Monarchie de Juillet et proclame la Seconde République. A Paris les conditions de vies du prolétariat sont si misérables qu’elles font craindre une insurrection. Dès septembre, on promeut l’installation d’une main d’œuvre ouvrière dans les centres de colonisation agricole en Algérie. Des « convois de 1848 » assimilés à une déportation massive de miséreux acheminent plusieurs centaines de millier de futurs colons dont une grande partie restera indigente en terre africaine.

Généalogie d'un territoire