Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, INHA, Saison 2015

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.


3 février 2015 : Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

17 février 2015 : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

10 mars 2015 : Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

7 avril 2015 : Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

21 avril 2015 : Daho Djerbal / Algérie : l’esthétique de la crise – retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

12 mai 2015 : Todd Shepard / « L’arabe au sexe-couteau » : comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

26 mai 2015 : Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

16 juin 2015 : Hannah Feldman / Aesthetics and other erasures : l’art durant la guerre d’indépendance algérienne

10 novembre 2015 : Laurence Bertrand-Dorléac / D’une guerre l’autre

15 décembre 2015 : Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin / Présentation de l’exposition Made in Algeria

15 décembre 2015 : Dixième séance / Zahia Rahmani &Jean-Yves Sarazin / Rencontre avec les commissaires de l’exposition Made in Algeria

Rencontre avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, commissaires de l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari, 18h-20h

Cette séance sera l’occasion pour les commissaires Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA, et Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des Cartes et plans, BnF, de présenter l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire qui se tiendra au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.


L’exposition Made in Algeria – généalogie d’un territoire est le fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Il s’agit de la première exposition d’envergure consacrée à la représentation d’un territoire, l’Algérie.

Made in Algeria montre comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description.

L’exposition réunit un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien. Près de 200 pièces sont présentées provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites… Un ensemble de cartes originales, d’une qualité esthétique rare, est pour la première fois montré au public.

Dès que l’on tente de saisir l’histoire de la colonisation française, on est constamment saisi de découvrir à quel point pour la France, le territoire de l’Algérie a été un de ses laboratoires majeurs. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie, romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, l’Algérie n’a eu de cesse d’être le laboratoire expérimental qui permettra d’inaugurer dans tous ces domaines et bien d’autres comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France. Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial n’aura été à ce point si matriciel. Jusqu’au paysage qui en de nombreux endroits a été modelé sur le modèle du bocage normand. Made in Algeria, c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui, comment cette dernière a tenté, en un siècle qui était disposé pour cela, de fossiliser ailleurs son identité.

Carte postale
Carte postale à système permettant de dérouler une dizaine de vues de l’Oranais, 1930-1940. Oran, Editions Jomone, collection particulière

Image : Sans titre (détail), Mohamed Dib, Tlemcen, 1946