Archives de catégorie : Paris – INHA – Séminaire

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, INHA, Saison 2015

En s’appuyant sur le seul commentaire narratif d’œuvres littéraires qui ont un motif ou un sujet « oriental », et en proposant que la littérature du XIXe siècle ait été un procédé fictionnel en charge d’une construction de représentation, Edward Saïd a fondé une nouvelle critique qui a affecté tous les domaines de la création.

C’est ce modèle de contre-champ critique qui sous-tend le séminaire et sa programmation. Soutenu par le croisement de sources visuelles et textuelles, il sera porté par des chercheurs algériens, français et d’autres pays, des cinéastes, des écrivains et des plasticiens.


3 février 2015 : Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

17 février 2015 : Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

10 mars 2015 : Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

7 avril 2015 : Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

21 avril 2015 : Daho Djerbal / Algérie : l’esthétique de la crise – retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

12 mai 2015 : Todd Shepard / « L’arabe au sexe-couteau » : comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

26 mai 2015 : Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

16 juin 2015 : Hannah Feldman / Aesthetics and other erasures : l’art durant la guerre d’indépendance algérienne

10 novembre 2015 : Laurence Bertrand-Dorléac / D’une guerre l’autre

15 décembre 2015 : Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin / Présentation de l’exposition Made in Algeria

15 décembre 2015 : Dixième séance / Zahia Rahmani &Jean-Yves Sarazin / Rencontre avec les commissaires de l’exposition Made in Algeria

Rencontre avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, commissaires de l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari, 18h-20h

Cette séance sera l’occasion pour les commissaires Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA, et Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des Cartes et plans, BnF, de présenter l’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire qui se tiendra au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.


L’exposition Made in Algeria – généalogie d’un territoire est le fruit d’une étroite collaboration entre l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), la Bibliothèque nationale de France (BnF) et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM).

Il s’agit de la première exposition d’envergure consacrée à la représentation d’un territoire, l’Algérie.

Made in Algeria montre comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description.

L’exposition réunit un ensemble de cartes, dessins, peintures, photographies, films et documents historiques ainsi que des œuvres d’artistes contemporains qui ont arpenté le territoire algérien. Près de 200 pièces sont présentées provenant des plus grands musées français et étrangers ainsi que des créations contemporaines inédites… Un ensemble de cartes originales, d’une qualité esthétique rare, est pour la première fois montré au public.

Dès que l’on tente de saisir l’histoire de la colonisation française, on est constamment saisi de découvrir à quel point pour la France, le territoire de l’Algérie a été un de ses laboratoires majeurs. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie, romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, l’Algérie n’a eu de cesse d’être le laboratoire expérimental qui permettra d’inaugurer dans tous ces domaines et bien d’autres comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France. Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial n’aura été à ce point si matriciel. Jusqu’au paysage qui en de nombreux endroits a été modelé sur le modèle du bocage normand. Made in Algeria, c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui, comment cette dernière a tenté, en un siècle qui était disposé pour cela, de fossiliser ailleurs son identité.

Carte postale
Carte postale à système permettant de dérouler une dizaine de vues de l’Oranais, 1930-1940. Oran, Editions Jomone, collection particulière

Image : Sans titre (détail), Mohamed Dib, Tlemcen, 1946

10 novembre 2015 : Neuvième séance / Laurence Bertrand Dorléac / D’une guerre l’autre

Conférence de Laurence Bertrand Dorléac, suivie d’une discussion avec Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Auditorium, 18h-20h

Il s’agira de réfléchir à la manière dont des œuvres de Niki de Saint-Phalle, Jean-Jacques Lebel, Raymond Hains, Jacques Villeglé, et d’autres révèlent les liens visibles et invisibles entre la Seconde guerre mondiale et la guerre d’Algérie.

 


Laurence Bertrand Dorléac est historienne de l’art, professeure à Sciences po où elle dirige le séminaire « Arts et Sociétés » et publie La Lettre du séminaire. Elle est l’auteur de nombreux textes dont : L’art de la défaite, Seuil, 1993 ; Art of the Defeat, traduction en anglais par Jane Mary Todd, Getty Research Institute, 2008 ; rééd., 2010, 2012 ; L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Gallimard, 2004 ; Après la guerre, Gallimard, 2010 ; Contre-Déclins. Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire, Gallimard, 2010, Chatting with Matisse. The Lost 1941 Interview by Pierre Courthion, Getty Research Institute, 2013. Elle a monté avec Jacqueline Munck l’exposition « L’art en guerre. 1938-1947 » au Musée d’art moderne de la Ville de Paris et au Guggenheim de Bilbao (2012) et dirigé son catalogue, puis « Les désastres de la guerre. 1800-2014 » au Louvre-Lens (2014) dont elle a dirigé le catalogue. Elle travaille actuellement à son chantier sur « les choses ».

Bibliographie sélective

L’art de la défaite, Seuil, 1993 ; Art of the Defeat, traduction en anglais par Jane Mary Todd, Getty Research Institute, 2008 ; rééd., 2010, 2012
L’ordre sauvage. Violence, dépense et sacré dans l’art des années 1950-1960, Gallimard, 2004
Après la guerre, Gallimard, 2010
Contre-Déclins. Monet et Spengler dans les jardins de l’histoire, Gallimard, 2010
Chatting with Matisse. The Lost 1941 Interview by Pierre Courthion, Getty Research Institute, 2013
L’art en guerre. 1938-1947, cat. exp., Musée d’art moderne de la Ville de Paris, 2012
Les désastres de la guerre. 1800-2014, cat. exp., Louvre-Lens, 2014
« Vivre pour vivre. Les conditions d’une autre politique», Niki de Saint-Phalle, cat. exp., Grand Palais, Réunion des Musées nationaux, 2014
« Vivir para vivir. Las condiciones de otra politica, Niki de Saint-Phalle, cat. exp., Guggenheim Museum Bilbao, La Fabrica, 2015
« La confusion des origines », Sonia Delaunay, cat. exp., Musée d’art moderne de la ville de Paris, Paris-Musées, 2014
« Confused origins », Sonia Delaunay, cat. exp., Londres, Tate Gallery, 2015

Illustration : Niki de Saint-Phalle, Tinguely et un autre tirant simultanément, 26 juin 1961, impasse Ronsin, Paris, Photo Harry Shunk. © 2004. Niki Charitable Art Foundation, all rights reserved/Adagp

 

16 JUIN 2015 : Huitième séance / Hannah Feldman / Aesthetics and Other Erasures : L’art durant la guerre d’indépendance algérienne

Entretien avec Hannah Feldman, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Walter Benjamin (rez-de-chaussée), 18h-20h

Historienne de l’art, Hannah Feldman (PhD Columbia University, MA Columbia University, BA Harvard University) enseigne l’art moderne tardif et contemporain ainsi que les visual studies à la Northwestern University, où elle est professeur au département d’Histoire de l’art ainsi que dans les programmes d’études de Littérature comparée et du Moyen-Orient et Afrique du Nord. Son premier livre, From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France (Duke University Press, 2014), considère la théorisation de l’art et du spectacle à Paris avant et pendant la guerre d’indépendance algérienne.

Elle est également l’auteure de nombreux essais et articles sur les intersections entre la violence et les pratiques esthétiques en l’Europe ainsi que dans les pays du Levant et du Maghreb. Fondée sur l’interdisciplinarité, sa recherche porte tout particulièrement sur les liens entre l’art et l’espace urbain dans les sites de conflits postcoloniaux et néocoloniaux, ainsi qu’entre l’art et la protestation.

Elle a reçu de nombreux prix et bourses pour ses recherches, notamment du Getty Research Institute (2008), du Kaplan Institute for the Humanities (2011, 2012), du Centre Canadien d’Architecture (2013) et de la Andrew W. Mellon Foundation, New Directions Fellowship (2015). Entre 2008 et 2011, elle a présidé le comité de rédaction du Art Journal. En 2014, elle rejoint l’équipe éditoriale du site H-France et a collaboré, comme membre du comité scientifique, au projet intitulé « Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturels entre Europe et Maghreb ».

Bibliographie sélective :

« Of the public born: Raymond Hains and La France déchirée », October, 108, 2004, p. 73-96

National Negotiations: Art, Historical Experience, and the Public in Paris, 1945-1962, Columbia University, 2004 (thèse)

« Salon des Refusés: Raymond Hains and Arman », Artforum, 44, 6, 2006, p. 332

« New Writing Systems/Writing New Systems » in Kaira Cabañas (ed.), Specters of Artaud: Language and the Arts circa 1952, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía, 2012

« Flash Forward: Pictures at War » in Ali Behdad et Luke Gartlan (ed.), Photography’s Orientalism: New Essays on Colonial Representation, Los Angeles, Getty Research Institute, 2013

« As the World Constricts: Kader Attia’s Pictures of Spacelessness », Nka: Journal of Contemporary African Art, 26, 2010, p. 60-69

« Words, Actions, Inactions, and Things: Reality Between La Résistance and L’insoumission » in Julia Robinson New Realisms, Madrid, Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía/Cambridge, MA, MIT Press, 2010

From a Nation Torn: Decolonizing Art and Representation in France, 1945-1962, Durham, Duke University Press, 2014

« The Way of the Shovel », Artforum, 52, 6, 2014, p. 207

26 MAI 2015 : Septième séance / Habiba Djahnine / Made in Algeria – Féminisme, politique et cinéma : la voie poétique

Entretien avec Habiba Djahnine, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, suivi d’une projection du film Lettre à ma soeur (2006, 77 min.)

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Le nom de Habiba Djahnine est associé au monde de l’image et du cinéma. Réalisatrice, elle est à l’initiative en Algérie, du Béjaïa Doc, un atelier de création de films documentaires. Ecrivain et poète, elle vient de publier le recueil Fragments de la maison, aux éditions Bruno Doucey. Artiste, féministe, elle a été militante politique à la fin des années 80, début des années 90. Après quelques années d’exil en France elle retourne en Algérie où elle vit et travaille.

Image1
Image extraite du film Lettre à ma soeur, 2006

Le 15 février 1995, sa sœur Nabila est assassinée, à Tizi-Ouzou, cible d »un attentat politique revendiqué par les groupes islamistes, Lettre à ma sœur, sorti onze ans plus tard, revenait sur son parcours à travers des entretiens avec ses proches. Dans ce film, diffusé dans de nombreux festivals, Habiba Djahnine essaie de réfuter la violence comme une solution à des litiges sociaux. Suivront alors d’autres films dont Autrement citoyens, tour d’horizon d’initiatives d’associations algériennes ou encore Avant de franchir la ligne d’horizon, qui pose la question du militantisme depuis 1988. Ses documentaires révèlent les multiples facettes de l’Algérie, son histoire et les conséquences de celle-ci sur la société. En 2003, elle publie son premier recueil de poésies Outre-Mort (éd. El Ghazali-Alger). La même année, elle fonde l’association « Cinéma et mémoire » et les « Rencontres du film documentaire » de Bejaïa (Rencontres cinématographiques de Bejaïa où cinquante à soixante nouveaux films sont présentés chaque année) dont elle est déléguée générale. Avec son propre atelier Béjaïa Doc, elle offre un enseignement cinématographique pour les jeunes Algériens avec une attention portée sur tous les aspects de la profession. En 2012, elle a reçu le Prix Prince Claus pour son rôle dans la relance du cinéma algérien et pour « la création de documentaires sensibles, difficiles et perspicaces sur les réalités contemporaines ».

Filmographie :
2011 Safia. Une histoire de femme, 23 min.
2011 Avant de franchir la ligne d’horizon, 64 min.
2010 Retours à la montagne, 51 min.
2009 Autrement citoyens, 55 min.
2006 Lettre à ma sœur, 77 min.
2004 Migrants en Europe, 44 min.

Publications :
2003 Recueil de poésie Outre-Mort, éd.El Ghazali à Alger
2008 Associations algériennes, parcours et expériences, édité par le PCPA à Alger
2015 Recueil de poésie Fragments de la maison, éd. Bruno Doucey à Paris

Interview : http://www.djazairess.com/fr/elwatan/330858

12 MAI 2015 : Sixième séance / Todd Shepard / « L’Arabe au sexe-couteau » : Comment les représentations de la guerre d’Algérie ont façonné la révolution sexuelle en France

Entretien avec Todd Shepard, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

BenZobi
“Wanted: Mohammed el-Prick, Born in Algeria, Living in France. This Man is Dangerous! Liable to Kill! Rape!… You Won’t Have to Look Very Far to Find Him… All Around You, There Are 700,000 Just Like Him!” Europe-action 22 (1964), back cover.


Todd Shepard est professeur d’histoire à l’université Johns Hopkins. Son travail porte sur la France et son empire colonial au XXe siècle. Son premier livre, The Invention of Decolonization. The Algerian War and the Remaking of France (Cornell U.P., 2006), a été traduit en français sous le titre : 1962. Comment l’indépendance algérienne a transformé la France (Payot, 2008 ; en poche 2013).

Il prépare actuellement deux ouvrages. Le premier, La France, le sexe et les Arabes, 1962 à 1979 (à paraître chez Payot en septembre 2016), explore l’importance et la fonction des représentations de la « perversion » masculine dans les débats politiques français après 1962. Le second, Affirmative Action and Empire, porte sur un ensemble de programmes novateurs, mis en place par la République dans le contexte de la Guerre d’Algérie, visant à corriger les discriminations subies par les « musulmans d’Algérie ».

—-

Image de couverture : photographie de Brahim Haggiag dans le rôle de Ali la pointe, extraite du film La Bataille d’Alger de Gillo Pontecorvo (1966).

21 AVRIL 2015 : Cinquième séance / Daho Djerbal / Algérie : L’esthétique de la crise – Retour sur le numéro 17 de la revue NAQD

Entretien avec Daho Djerbal, Directeur de la revue Naqd, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 

Daho Djerbal est un historien, professeur à l’université d’Alger 2. Figure intellectuelle majeure, il a mené de nombreux travaux en histoire économique et sociale, avant de s’orienter vers le recueil de témoignages d’acteurs de la lutte de libération nationale en Algérie. Il travaille aussi sur les relations entre Histoire et Mémoire. Il a publié en 2012 L’Organisation Spéciale de la Fédération de France du FLN, aux éditions Chihab (Alger). Depuis 1993, il est le directeur de Naqd, revue d’études et de critique sociale créée en 1991, quelques mois après le début de la guerre civile en Algérie.

En 2003, Naqd publie « Esthétique de la crise », un numéro consacré à la question de la représentation durant la période terroriste en Algérie. Dans son dernier numéro, Naqd 24, « Terror/isme. Etats et sociétés”, les auteurs traitent du terrorisme et de la lutte contre la terreur. Ils déconstruisent les logiques internes des discours légitimant la terreur et la contre-terreur. Ils partent tous d’une expérience concrète et de travaux sur le terrain. Ils sont d’Algérie, Maroc, Tunisie, Liban, Argentine, Bulgarie, Croatie, France, Inde.

Naqd est une revue indépendante de toute autorité gouvernementale. Une des seules publications au Maghreb qui ouvre à un débat d’idées et contribue à élargir le champ de la pensée critique dans son propre pays et dans ceux de la région.

Elle compte de nombreux auteurs de tous les continents comme Noam Chomsky, Dirk Vandewalle, Ranabir Samaddar, Pradip Kumar Bose, Samir Kumar Das, Farhad Khosrokhavar, Samir Amin, George Corm, Etienne Balibar, Alice Cherki, André Akoun, Georges Labica, Alain Brossat, Dominique Lecourt, Raphaëlle Branche, Sylvie Thénault, Isabelle Stengers, Frederic Neyrat, Ivaylo Ditchev…

Liens :

http://www.revue-naqd.org/doc/index.html

https://www.cairn.info/revue-sud-nord-2001-1-page-198.htm

https://www.cairn.info/publications-de-Djerbal-Daho–22387.htm

7 avril 2015 : Quatrième séance / Lamine Ammar-Khodja / Projection-débat / Algérie, photographie du présent

Projection/débat, Bla cinima (2014)
Un film de Lamine Ammar-Khodja

Projection du film Bla Cinima (2014, 80 mn, vost) suivie d’une discussion entre le cinéaste Lamine Ammar-Khodja et Zahia Rahmani, dans le cadre du programme Made in Algeria – Généalogie d’un territoire.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.27.02

Alger, quartier Meissonier, en attendant l’ouverture du cinéma Sierra Maestra fraîchement rénové, sur la place qui lui fait face, le cinéaste interroge les passants : qu’est-ce que le cinéma ?

La bande annonce du film.

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.35.13

Lamine Ammar-Khodja est né en 1983 à Alger. Il poursuit ses études en France, fait plusieurs courts-métrages et obtient un diplôme en réalisation documentaire à Lussas. En 2011, débutent les révoltes arabes, il retourne en Algérie et réalise son premier long-métrage de fiction, Demande à ton ombre (2012). Présenté en avant-première au FID Marseille, il reçoit le Prix du Premier Film. Il a été présenté au MoMA à New York et dans plusieurs festivals internationaux.

Bla Cinima sera projeté le jeudi 2 avril à 19 h au cinéma l’Écran de Saint-Denis (93), dans le cadre de la 10e édition du festival Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient.

Capture d’écran 2015-03-21 à 12.04.24

FILMOGRAPHIE

Le manifeste des ânes, 2010, 6 min.
Comment recadrer un hors-la-loi en tirant sur un fil, 2010, 16 min.
’56 Sud, 2010, 17 min.
Alger moins que zéro, 2011, 16 min.
50 contre 1 (Chroniques équivoques), 2012, 44 min.
Demande à ton ombre, 2012, 82 min.
Bla Cinima, 2014, 82 min.

SELECTION DE LECTURES

http://www.derives.tv/ammar-khodja

http://www.fidmarseille.org/index.php/fr/?option=com_content&view=article&layout=edit&id=1118

http://libertaires93.over-blog.com/article-notes-sur-le-cinema-de-lamine-ammar-khodja-124426499.html

http://www.maghrebdesfilms.fr/ammar-khodja-lamine.html

10 mars 2015 : Troisième séance / Tariq Teguia / L’Algérie, ce territoire cinématographique

En Algérie, il y a une volonté de se faire entendre, c’est ça que j’ai envie de filmer.
Tariq Teguia

 

À l’occasion de la sortie de son dernier film, Révolution Zendj, et de sa rétrospective au Centre Pompidou,
le cinéaste Tariq Teguia est l’invité du séminaire.

Une discussion sera engagée autour du territoire algérien comme matrice cinématographique et lieu du politique,
avec Zahia Rahmani, co-responsable du programme Made in Algeria. Généalogie d’un territoire

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

Tariq Teguia est un cinéaste algérien. Il vit à Thessalonique. Sa thèse de doctorat, soutenue en 2001, s’intitule Robert Franck : Fictions cartographiques. Tout son œuvre peut être lu à la lumière de cette recherche qu’est le ou les territoire(s) et les possibles fictions qu’il(s) engendre(nt).

L’œuvre de Tariq Teguia témoigne d’une volonté de perpétuer l’essence même du cinéma. Une tension, qui est celle d’une pratique esthétique radicale, celle d’un auteur, la sienne, et de la nécessite de participer dans le même temps de l’exercice d’une ambition collective. Si ses films traitent de la société et de ses désirs, que se soit en Algérie, en Grèce ou ailleurs, ils agissent toujours comme de la politique en acte, et c’est là toute la force de cette œuvre.

En 2008, son film, Inland, l’a révélé comme l’un des plus grands cinéastes du moment. Son premier long métrage, Rome plutôt que vous (2006), œuvre centrée sur la question de l’exil a été récompensée au festival de Belfort. Venu au cinéma après une formation en philosophie, il a co-réalisé en 1992, avec son frère Yacine Teguia, un premier court métrage de fiction, Kech’mouvement ?. D’autres courts métrages tournés en Algérie ont suivi, comme Ferrailles d’attente en 1998 et La Clôture en 2003. En 2008, son deuxième long métrage, Inland, est sélectionné à la Mostra de Venise.

La rétrospective de ses films au Centre Pompidou, du 6 au 15 mars 2015, est l’occasion de voir son dernier film, Révolution Zendj, Grand Prix du Festival de Belfort en 2013.

 FILMOGRAPHIE

1993 Kech’mouvement ?, court métrage
1996 Le Chien, court métrage (introuvable)
1998 Ferrailles d’attente, court métrage
2003 La Clôture (Haçla), court métrage
2006 Rome plutôt que vous (Roma wa la n’touma)
2008 Inland (Gabbla)
2013 Venice 70, Future Reloaded’s part : Le Cinéma, demain, court métrage
2013 Révolution Zendj (Thawra Zanj)

 SELECTION DE LECTURES

« « Révolution Zendj » », film-foudre, grand prix à Belfort », Jacques Mandelbaum, Le Monde, 5 décembre 2013
http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2013/12/05/tariq-teguia-fait-tomber-la-foudre-sur-belfort_3525660_3208.html

« « Inland » le prouve, un grand cinéaste est né, il nous vient d’Algérie », Jacques Mandelbaum, Le Monde, 24 mars 2009
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2009/03/24/inland-un-grand-cineaste-est-ne-il-nous-vient-d-algerie_1171959_3476.html

« « En Algérie, il y a une volonté de se faire entendre, c’est ça que j’ai envie de filmer » », Isabelle Regnier, Le Monde, 15 avril 2008
http://www.lemonde.fr/cinema/article/2008/04/15/tariq-teguia-en-algerie-il-y-a-une-volonte-de-se-faire-entendre-c-est-ca-que-j-ai-envie-de-filmer_1034414_3476.html

17 février 2015 : Deuxième séance / Sylvie Thénault / Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence

Sylvie Thénault, spécialiste du droit et de la répression coloniale en Algérie, est directrice de recherche au CNRS.

Conférence suivie d’une discussion autour de son ouvrage, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale – Camps, internements, assignations à résidence, animée par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

 –

Sylvie Thénault, Violence ordinaire dans l’Algérie coloniale. Camps, internements, assignations à résidence, Paris, Odile Jacob, 2012.

Pendant la guerre d’indépendance algérienne, les autorités françaises ouvrirent des camps d’internement pour les « suspects » arrêtés par la police ou par l’armée. Des dizaines de milliers d’Algériens y furent détenus. Recours ponctuel pour maintenir l’ordre public dans des circonstances extraordinaires ? Pas seulement. Ces camps n’étaient qu’une forme nouvelle de l’internement, dont elles avaient usé, depuis longtemps, pour réprimer les résistances qu’elles rencontraient en Algérie. Y compris en dehors des périodes de guerre ou d’insurrection.

Cet ouvrage ne se borne pas à dénoncer les duretés des autorités ou leurs dérives aux moments de crise. Il retrace l’histoire, tout au long de la période coloniale, de la pratique de l’internement dans sa mise en œuvre concrète par la France, depuis l’époque de l’indigénat. Pourquoi était-il utilisé ? Qui en était victime ? Quel rôle jouait-il dans la tutelle exercée par les colonisés ?

C’est toute la logique de l’arbitraire colonial que démonte l’une de nos meilleurs spécialistes dans cet ouvrage dépassionné mais clinique.

3 février 2015 : Première séance / Hélène Blais / Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale

Hélène Blais, Maître de conférence en histoire contemporaine à l’Université Paris Ouest La Défense,  inaugure le cycle de séminaires qui jalonnera sa préparation durant l’année 2015.

Entretien autour de son ouvrage Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, animé par les responsables du projet Made in Algeria, Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin.

Institut national d’histoire de l’art
2, rue Vivienne 75002 Paris
Salle Giorgio Vasari (1er étage), 18h-20h

_

Hélène Blais, Mirages de la carte. L’invention de l’Algérie coloniale, Paris, Fayard, 2014

Janvier 1957 : une région autonome est créée (Organisation commune des régions sahariennes) et marque la tentative d’un découpage de l’espace qui forme une enclave française en Afrique, apparaissant, dès lors, comme une résurgence de l’histoire coloniale. Ce geste est révélateur du lien qui existe entre la domination et les savoirs sur l’espace, entre les savoirs géographiques et l’impérialisme. Il nous faut comprendre les enjeux de la pratique cartographique dans un contexte d’exploration puis de colonisation d’un territoire et l’Algérie semble être un exemple particulièrement significatif. En effet, la longévité de l’Algérie comme colonie française, son exceptionnalité en tant que colonie de peuplement et sa proximité géographique avec la métropole sont autant de facteurs déterminants pour comprendre l’intérêt suscité par l’Algérie dans l’histoire de la colonisation, notamment dans sa dimension spatiale. La cartographie du territoire algérien fut l’une des visées françaises, et ce, dès le débarquement à Alger (1830); la carte participe de la mise en ordre du territoire et de sa soumission et devient ainsi un instrument de pouvoir aussi bien qu’une source privilégiée pour l’historien qui s’intéresse à l’Algérie coloniale. Au-delà de l’objet en tant que tel, c’est la construction de la carte qui nous intéresse ici, son élaboration sur le terrain, les enquêtes menées, la collecte des informations… car ce sont toutes ces étapes qui expriment l’affirmation d’une autorité sur le territoire.

Comment, à partir des pratiques de l’espace, de la connaissance et de la reconnaissance des territoires, une politique coloniale peut-elle se mettre en place ?

Dans un contexte de domination et d’appropriation du territoire, une carte et son élaboration ne sont jamais neutres. La carte topographique se présente donc comme un révélateur des logiques spatiales d’un gouvernement colonial. Elle est à la fois le fruit et l’instrument d’une construction territoriale aussi bien réelle que mentale. Elle donne à voir l’empreinte laissée par la colonisation sur l’espace et les sociétés qui l’habitent en même temps que sur les façons de les représenter, de les figurer. Dans l’histoire de l’Algérie colonisée, deux discours s’affrontent : le discours de propagande qui fait de l’Algérie une créature de la France et le discours qui met en avant « l’ancienneté de la nation algérienne, sa cohérence et son unité précoloniale ». En s’appuyant sur l’étude de la carte, Hélène Blais renouvelle les regards portés sur l’Algérie coloniale en favorisant les emboîtements d’échelle et les passages de frontières. Tout l’enjeu de son étude consiste à comprendre dans quelles mesures la politique coloniale s’appuie sur les pratiques et les représentations du territoire, à comprendre les rouages de la construction territoriale dans la mise en place d’un projet politique colonial. Pour cela, l’historienne croise deux chronologies : l’histoire de la colonisation et l’histoire des savoirs.

Par conséquent le livre s’intéresse à la fois à l’ensemble des savoirs disponibles sur l’Algérie qui ont pu servir aux acteurs coloniaux (chapitre 1) et à l’expérience du terrain qui passe par la fabrication des cartes dans l’Algérie colonisée (chapitre 2) puis par la rencontre avec le terrain (chapitre 3). La situation coloniale suppose un certain nombre de décalages et de bricolages révélés par le savoir cartographique ainsi que par les connaissances vernaculaires qui en découlent (chapitre 4). Enfin, le livre consacre deux chapitres à l’histoire de la constitution des frontières de la colonie (chapitre 5) et plus particulièrement au Sahara qui voit ses limites sans cesse rediscutées (chapitre 6).

À travers son étude, Hélène Blais nous rappelle que le territoire colonial est un espace dont les limites, les découpages et les représentations ont été mis en place en fonction des intérêts et des objectifs des colonisateurs. La construction des savoirs sur l’espace colonial n’étant jamais lisse, jamais neutre, l’historien doit tenir compte du contraste qui existe entre les représentations cartographiques destinées à l’administration et la réalité de la pratique sur le terrain. Ainsi la confusion semble-t-elle apparaître derrière l’ordre apparent de la carte et du territoire colonial. Les tentatives d’uniformisation spatiale se heurtent à une réalité complexe qu’est celle du territoire de l’Algérie colonisée, marqué par des enclaves et des discontinuités, marqué par le nomadisme (alors incompatible avec l’exercice cartographique). Durant la période coloniale, l’Algérie est plus un assemblage de morceaux qu’une entité politique, et ce, malgré une logique administrative qui tend à imposer une image uniforme afin de construire un prolongement de la France en Afrique. Les spécificités locales, les spatialités vernaculaires sont mises de côté par les autorités coloniales en charge de la cartographie. Les cartes témoignent alors des illusions des acteurs coloniaux et des mirages de l’exercice infaillible de leur pouvoir. Elles sont représentations autant que constructions territoriales. En effet, les cartes produites par l’armée entre 1830 et 1930 ont contribué à la création d’un territoire colonial en Algérie. Les officiers topographes ont cartographié l’Algérie qu’ils percevaient et qu’ils administraient et donné consistance à une réalité construite et sans cesse modifiée au cours du temps. C’est pourquoi nous pouvons considérer la carte non seulement comme un reflet des évolutions politiques mais encore et surtout comme l’outil qui les accompagne voire les anticipe. La domination repose sur une façon de représenter et de donner à voir les territoires colonisés, en Algérie comme dans les autres colonies. Avec Mirages de la carte, Hélène Blais montre que la possession d’un territoire, qu’elle soit militaire et/ou symbolique, passe notamment par la géographie sans pour autant que celle-ci ne se réduise à imposer une domination.

[Recension par Marie-Hortense de Richoufftz.]