Archives de catégorie : L’Exposition au MuCEM

Salle 12 – Au plus près

Au plus près

En 1962, le territoire algérien est maintenu dans son intégrité tel qu’il avait été délimité par les autorités françaises. La lutte pour l’indépendance de l’Algérie a fait naître un immense mouvement de solidarité à travers le monde. Le pays connaît dans les années 1960 une effervescence politique rare faisant d’Alger la capitale culturelle des mouvements « tiers-mondistes » et marxistes issus des combats révolutionnaires postcoloniaux. Les grandes figures combatives du socialisme de l’époque convergent vers ce territoire. Artistes, cinéastes, architectes et écrivains affluent de tous les continents. Dès 1962, l’Algérie s’engage dans la voie de la réforme. De grands projets autour de l’éducation, l’habitat, la santé, l’agriculture et le développement d’infrastructures sont réalisés. Le socialisme sera durant tout ce temps le vecteur politique majeur du pays. Après différentes crises, l’économie du pays tend à se libéraliser. Selon la constitution, seuls les Algériens peuvent accéder à la propriété terrienne en Algérie.

Jason Oddy, « Concrete Spring », 2013, série de 14 photographies couleur, tirages numériques, 30 x 40 et 70 x 90 cm., Collection de l’artiste

Cette série participe d’un corpus plus vaste de photographies dédiées à l’importante œuvre architecturale d’Oscar Niemeyer en Algérie, de 1969 à 1975 et au-delà. Sont montrés ici l’Université Bab Ezzouar et le Complexe Olympique d’Alger, ainsi que l’Université de la Mantouri à Constantine. Ces remarquables bâtiments, dénués ici de présences humaines, sont comme doucement rongés et figés par le temps, alors que les éléments vernaculaires gagnent les surfaces et dénaturent petit à petit l’architecture d’origine.

Zineb Sedira, Zineb Sedira, Série 1- Les terres de mon père, 2015, série de 9 photographies, collection de l’artiste. Courtesy Zineb Sedira & Kamel Mennour, Paris © Adagp, Paris, 2015

A partir d’une enquête archivistique et d’un travail de relevés photographiques et de quadrillages de terrains dans les Aurès, l’artiste reconstitue l’histoire mouvementée des terres dites de la tribu des Hachem, très impliquée dans le conflit contre le régime civil de 1871 et qui connut une longue série de séquestres, spoliations, procès et restitutions. Par ce travail d’enquête et d’indexation, Zineb Sedira propose une généalogie familiale et territoriale.

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, MuCEM, 19 janvier – [2 mai] 8 mai 2016

 C’est par le trait, le dessin et la carte, qu’a été figuré le territoire de l’Algérie.
ZR

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire est la première exposition d’envergure jamais réalisée consacrée à la représentation d’un territoire et sa fabrique : celui de l’Algérie. Elle aura lieu au MuCEM du 19 janvier au 2 mai 2016.

Pour cet événement, des cartes rares du Service Historique de la Défense seront pour la première fois exposées. Elles montrent comment l’invention cartographique a accompagné la conquête de l’Algérie et sa description. Des œuvres majeures, notamment celles du Château de Versailles illustrant la conquête de l’Algérie, seront enfin de nouveau présentées au public. Des créations contemporaines, certaines constituées de matériaux iconographiques inédits, seront  inaugurées.

L’exposition, par la mise en rapport d’œuvres et de documents variés, présente à la fois la fabrique coloniale de l’Algérie, ses représentations et sa diffusion, et distingue ce qui de cette fabrique a été écarté, rendu invisible ou illisible.

À l’origine du projet d’exposition Made in Algeria – Généalogie d’un territoire, il y a une interrogation quant à la question des grands découvreurs européens et de leurs récits de voyages, ceux des naturalistes surtout, et de leurs connaissances. Étonnamment, en leur temps aussi, comme aujourd’hui, de l’Algérie, nous savions peu. L’époque moderne qu’inaugurait la conquête de nouveaux continents allait recouvrir dans son élan l’héritage savant de l’Afrique du nord. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait alors des terres du monde et qui en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir ce territoire de l’autre rive, comme il le faisait ailleurs.

Alger et ses fortifications, son hostilité, sa piraterie et ses mythes, engendraient envie et fantasmes à tel point que seuls les officines diplomatiques et l’espionnage nourrissaient la science et la surveillance. Consulter une carte européenne des territoires de l’Algérie au XVIIIe siècle, c’est avant tout lire des informations de seconde main. Ce sont des projections, des hypothèses cartographiques qui contrastent avec l’exactitude des cartes marines, qui traduisent à cette même date des intentions belliqueuses. Loin des tours de guet et des zones habitées, on marque à discrétion les rochers et les ressacs, les profondeurs pour le mouillage et les lieux d’accostages.  On y lit un littoral déserté et à l’intérieur un pays qui serait riche et heureux. Les habitants y sont parfois décrits. Les femmes y sont distinguées. Tout comme le miel et les fruits. L’eau et les terres fertiles y abondent. La fortune y est annoncée dans les légendes. On devine que tout est possible. Longtemps, ce territoire a d’abord été ébauché sur le papier. Cartographié selon des vœux, des attentes, avant même d’être connu, parcouru et vécu.

Cette construction de représentations, nous la retrouverons à quelques variantes près dans de nombreux recueils cartographiques européens. La carte, surface plane, se fait espace téléologique, paradis à se saisir. Paysage immense que tout un chacun pouvait dominer d’un regard. Le territoire y est étendu et l’illimité du lieu donne envie.

Made in Algeria – Généalogie d’un territoire rendra compte, par les images et les relevés de terrain, de ce long processus qu’a été la conquête de l’Algérie. Et par ce procédé, montrera pourquoi et comment se sont effectués la saisie cartographique et le marquage cadastral d’un territoire.

Made in Algeria est la mise à plat d’une aventure moderne qui a commencé il y a plus de deux siècles et dont les effets se font encore ressentir aujourd’hui : la conquête de l’Algérie et le type de colonialisme qui s’y est développé. Par cette exposition, nous voulons dérouler la fabrique coloniale d’un territoire. Cette entreprise, qui ne s’est pas faite sans heurts, s’est aussi justifiée par la nécessité de soutenir de nouvelles expériences et inventions techniques et scientifiques. En ce sens, l’Algérie a été un haut lieu de la modernité européenne. Un de ses laboratoires majeurs. Celui qui a permis d’expérimenter le rendement d’un territoire par la mise sous surveillance de ses acteurs.

En 1882, plus aucun mètre de ce territoire n’échappe à la mise sous contrainte.

Zahia Rahmani, responsable du domaine « Art et mondialisation », INHA
Jean-Yves Sarazin, Directeur du Département des cartes et plans, BnF

Parcours de l’exposition

Made in Algeria – Genealogia di un territorio

Made in Algeria – Genealogia di un territorio è la prima esposizione di grande portata ad essere mai stata realizzata e consacrata alla rappresentazione del territorio algerino. L’obiettivo è quello di animare un dialogo tra carte, disegni, dipinti, fotografie, documenti storici e opere di artisti contemporanei che hanno percorso le terre d’Algeria. Le carte originali giunte fino a noi, di rara qualità estetica, non sono mai state presentate al pubblico. L’Algeria, Paese poco aperto al turismo di massa, resta in effetti ancora oggi una realtà poco conosciuta. Il suo lungo e splendido litorale non ha infatti subito lo stesso processo che ha sfigurato le altre coste del Mediterraneo. Spiagge, montagne, pianure e deserti si stendono su circa due milioni di chilometri quadrati, ma sono comunque pochi quelli che possono dire di essersi avventurati su questo territorio.

L’origine del progetto di esposizione Made in Algeria risiede nella questione dei grandi esploratori europei, delle loro conoscenze e dei loro racconti di viaggio, soprattutto quelli dei naturalisti. Sorprendentemente anche ai loro tempi, come ai giorni nostri, non si sapeva nulla dell’Algeria. Il XVIII secolo europeo, che si appropriava nel frattempo del mondo e che ne censiva la fauna, la flora e gli uomini, non riusciva in realtà a cogliere questo territorio della riva di fronte, come invece avveniva altrove in America, in Asia e in Oceania.

Algeri e le sue fortificazioni, la sua ostilità, i suoi pirati e i suoi miti, generavano a tal punto desiderio e paure che solo agli uffici diplomatici e allo spionaggio era consentito alimentare la conoscenza di tali luoghi e amministrarne la vigilanza. Nel XVIII secolo, consultare una carta europea del territorio di Algeri significa, innanzitutto, leggere informazioni di seconda mano, che si basano su ipotesi cartografiche e che contrastano con la precisione delle carte nautiche.

Made in Algeria vuole essere l’analisi innovativa di un’avventura moderna che è cominciata più di due secoli fa e i cui effetti sono visibili ancora oggi: la conquista dell’Algeria e il tipo di colonialismo che vi si è sviluppato. L’invenzione cartografica dell’Algeria è infatti andata di pari passo con la sua conquista e la sua descrizione. L’esposizione si propone quindi di indagare il processo di fabbricazione di un territorio coloniale. Questo obiettivo, raggiunto non senza difficoltà, è giustificato anche dalla necessità di sostenere, attraverso nuove esperienze e nuove scoperte tecnologiche, l’inventario, l’appropriazione, la valorizzazione e la sorveglianza di un territorio e dei suoi popoli. In questo senso, l’Algeria è stata uno dei luoghi cardine della modernità europea, uno dei suoi principali laboratori, quello che ha permesso di sperimentare il rendimento di un territorio grazie all’osservazione dei suoi abitanti. A partire dal 1882, nessun centimetro di questo suolo sarebbe più stato libero da vincoli e costrizioni.

Circa 250 opere saranno riunite in occasione di questa esposizione. Archivi sonori e audiovisivi, carte rare – alcune di importanza fondamentale e mai esposte in precedenza -, opere provenienti dai più grandi musei francesi e stranieri saranno presentate assieme a creazioni contemporanee inedite.

I sovraintendenti:

Zahia Rahmani e Jean-Yves Sarazin

 

traduction par Valentina Tallamona