Archives de catégorie : Ailleurs

Hommage à René Vautier, Paris, Le Louxor, 11 février 2016

Dans le cadre du festival NIO FAR, le cinéma Louxor programme une soirée de projections-rencontres en hommage à René Vautier, le jeudi 11 février, à partir de 19h.

« Afrique 50 », René Vautier
« Algérie Tours Détours »,  Oriane Brun Moschetti & Leila Morouche
Suivi d’un échange avec Oriane Brun Moschetti, Leila Morouche et Moira Vautier, modéré par Christian Eboulé.

LOUXOR, Palais du Cinéma
170, boulevard Magenta
75010 Paris


René Vautier est né le 15 janvier 1928 dans le Finistère. En 1949, la Ligue française de l’enseignement lui commande un reportage sur les conditions de vie dans les villages de Côte d’Ivoire, de Haute Volta, du Sénégal et du Soudan français destiné à montrer aux élèves des lycées et des collèges « comment vivent les villageois d’Afrique occidentale française ». Vautier est indigné par ce qu’il voit là bas et décide de filmer la réalité de l’Afrique colonisée. Mais la police saisira les négatifs du film en s’appuyant sur un décret de Pierre Laval, ex-ministre des colonies. René Vautier est cité à comparaître pour se voir juger « d’avoir, en Haute Volta, dans le courant de l’année mil neuf cent quarante neuf, en tous cas depuis moins de trois ans, procédé à des prises de vues cinématographiques sans l’autorisation du gouverneur. »  Le cinéaste réussit à sauver quelques bobines et réalise en 1950, un film de 15 minutes, « Afrique 50 » qui sera diffusé dans la clandestinité. Cela lui vaudra 13 inculpations et une condamnation à un an de prison.
René Vautier a 21 ans. Dès lors, il ne cessera de faire des films engagés contre toutes les formes d’oppression et d’exploitation et contre la censure qu’ils engendrent. 150 films dits « d’intervention sociale » ayant pour thème la guerre d’Algérie avec « Algérie en flamme », « Avoir 20 ans dans les Aurès », « À propos de l’autre détail » ; le racisme en France avec « Les ajoncs » ; l’Apartheid en Afrique avec « Frontline » ; la pollution avec « Marée noire, colère rouge » en 1978, l’extrême-droite française, le combat des femmes.

 

Projection – Maghreb des films 2015, 9 décembre 2015, BLA CINIMA

Bla Cinima, Lamine Ammar-Khodja
2014, 82″

Cinéma Saint-André-des-Arts
30, rue Saint-André-des-Arts, Paris VIe
18h30

Meissonier, Alger centre, sur la placette en face du cinéma fraîchement rénové Sierra Maestra, le cinéaste se mêle aux gens du quartier pour parler avec eux de cinéma. Attentif à ce qu’ils peuvent lui raconter de leur vécu, il se laisse très vite porter par les rencontres spontanées et les situations improvisées. Le film dresse un portrait vivant de la ville et propose en filigrane une réflexion sur la place du cinéma en Algérie.

Plus d’informations.

L’espace public au regard des pratiques sociales dans les villes du Sud, Paris, 20 novembre 2015

Journée d’études organisée par Chantal Chanson-Jabeur, Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire
Laboratoire CESSMA – Groupes AOI et GREMAMO

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-18h

Le programme détaillé de la journée est disponible sous ce lien.

La matinée verra notamment l’intervention d’Anissa Bouayed (MuCEM/CESSMA), pour Ordres et désordres symboliques dans la ville d’Alger, de l’Indépendance à nos jours : le cas des arts visuels.

Alger, capitale coloniale, avait été dotée dès la conquête en 1830 d’un ensemble de formes artistiques (statues, monuments) installées dans l’espace public, qui en marquaient le parcours symbolique, régulièrement enrichi au cours de la période coloniale. « Décoloniser » l’espace public a donc été un enjeu majeur qui prit différentes modalités, du changement de nom des rues au déboulonnage de certaines statues. Dans le contexte de l’Algérie, la part de l’Etat a été dominante dans cette réappropriation de l’espace public, et les artistes ont souvent suivi les injonctions du politique. Cette réappropriation n’est pas seulement une réponse face au passé mais par les nouvelles formes mises en avant (statuaire, monuments commémoratifs, stèles), par les lieux dédiés à leur implantation, produisent du sens et peuvent être considérées comme de nouvelles formations discursives émanant de cet art officiel qui marque désormais l’espace de la ville et participe à sa mise en ordre. Cette communication voudrait saisir les formes de transaction et de négociation des artistes face au politique, leur part d’autonomie et leurs modalités d’action pour intervenir dans cet espace en fonction de leur propre stratégie individeulle ou collective d’artistes ou de citoyens. Après avoir montré les lignes de force de la première période qui suit l’Indépendance, où la majorité des artistes adhère à l’idée de « construction de la cutlure nationale », l’intervention propose de s’interroger sur cette relation à l’espace public à deux moments. Premier moment de rupture : lors de la crise politique de 1988, quelles furent les pratiques sociales des artistes, assassinés ou quittant le pays sous les menaces au cours de la « décennie noire »?  Deuxième moment : depuis la fin des années 1990, au cours de la période qui suit le retour à une certaine « normalisation », après une décennie où être artiste constituait un danger des plus sérieux, comment firent-ils pour redevenir visibles ou intervenir dans l’espace public, y compris pour en contester l’ordre?

 

Image : Alger, Monuments aux Morts, Charles Bigonet et Paul Landowski, érigé en 1928, recouvert de béton en 1978 (carte postale ancienne)

 

Projections – Hommage à Assia Djebar, ENS, 19 & 20 novembre 2015

Le Maghreb des films et l’École normale supérieure s’associent le temps de deux soirées autour de l’œuvre cinématographique d’Assia Djebar.

Le jeudi 19 novembre 2015 à 19h, projection de La Zerda ou les chants de l’oubli (documentaire, 1982, 60′), dans le cadre du séminaire de la Professeure Françoise Zamour « Quand le cinéma pense la politique: conflit racial », salle Dussane, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Le vendredi 20 novembre 2015 à 19h, projection de La Nouba des femmes du mont Chenoua (docu-fiction, 1979, 115′), suivie d’une table ronde-discussion avec Amel Chouati, Denise Brahimi, Jeanne Marie Clerc, Cherifi Laakri, Ahmed Bedjaoui et Jalila Dor, salle Jean Jaurès (ancienne salle de la Cinémathèque), 29 rue d’Ulm, 75005 Paris.

Les conditions d’accès aux projections, sur inscription, sont disponibles sur la page Facebook de l’évènement.

Projection-débat, Habiba Djahnine – Le temps des utopies nécessaires, Paris, EHESS, 17 novembre 2015

La séance inaugurale du séminaire  Les internationalismes au miroir des littératures et des cinémas (Afrique, Asie, Amérique latine) (2015-2016) se tiendra le mardi 17 novembre 2015, de 17 à 20h, amphithéâtre François Furet (EHESS), au 105 boulevard Raspail, Paris VIe.

Intitulée « Le temps des utopies nécessaires », la séance sera animée par la poète et cinéaste Habiba Djahnine.

Son intervention portera notamment sur le Festival Panafricain d’Alger 1969, film documentaire algérien réalisé par William Klein à Alger, en 1969.

Houari Boumédiène, discours sur l’africanité, extrait du film Festival Panafricain d’Alger 1969.

 

Image : ALGERIA. Algiers. Pan-African Festival. Elridge CLEAVER, American leader of the Black Panthers, a militant, revolutionary Black organization in the USA. 1969. © Bruno Barbey / Magnum Photos

La fin des cartes ? – colloque, Paris ENSAPB, 19-20 novembre 2015

École Nationale Supérieure d’architecture de Paris-Belleville
60, boulevard de la Villette
75019 Paris

« (…) La Fin des cartes ? vise, à l’heure de la multiplication des procédés cartographiques 2D et 3D à interroger la représentation des territoires tant d’un point de vue technologique, scientifique, que politique, urbanistique et artistique.

Productrice d’une iconographie captivante, la carte et ses déclinaisons virtuelles (représentations 3D, maquettes numériques urbaines, etc.) est un objet de recherche mais également une méthode pour qui veut aborder le monde du point de vue du design, de l’anthropologie, de l’urbanisme ou encore de la géographie. Or ce « faire méthode » ne va pas de soi. À travers le titre La Fin des cartes ? Territoires rêvés, territoires normalisés, il s’agit donc de mettre en tension les démarches subjectives et appropriatives que nous adoptons face aux territoires que nous pratiquons, et les outils toujours plus performants et inquisiteurs qui tendent à absorber ces représentations. » [Lire la suite]

Programme du colloque

19 novembre

9h – 9h30 :
Ouverture : François Brouat, directeur de l’ENSA-PB
Estelle Thibault (directrice de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville), Aline Caillet, Sophie Fétro, Anna Guilló et Karen O’Rourke. Présentation du colloque.

9h45 – 10h15 :
Contre la fin des écarts, des cartographies écosophiques se fabriquent… Barbara Glowczewski (anthropologue, CNRS) et Christophe Laurens (architecte, DSAA Alternatives urbaines, Vitry-s-Seine)

10h30 – 11h :
Thierry Joliveau (géographe et géomaticien, Université Jean Monnet). Communication.

11h15 –12h15 :
Francesco Careri (architecte, Groupe Stalker, Laboratorio Civiche, Université de Rome III), et Gilles Tiberghien (philosophe, Université Paris 1). Conversation.

Modération de la matinée : Laurence Corbel (Université Rennes 2)

Pause déjeuner

14h – 14h30 :
Alessandro Petti (architecte, Decolonizing Architecture Art Residency, Palestine) et Cédric Parizot, (anthropologue, CNRS-IREMAM). Conversation.

14h45 – 17h00 :
Table ronde avec les commissaires d’exposition Isabelle Arvers, Cannelle Tanc et Olivier Marboeuf, les artistes exposés et les doctorants ayant participé aux différentes manifestations.

Modération de l’après-midi : Karine Comby et Alma Sarmiento (artistes et doctorantes, Université Paris 1)

20 novembre

9h – 11h30 :
Table ronde et restitution des travaux effectués par le groupe de travail mobile du programme La Fin des cartes ?
Participants : Andrea Urlberger (ENSAT, Toulouse), Émeline Bailly (CSTB), Nicolas Thély (Université Rennes 2), Samuel Bianchini (ENSAD), David Bihanic et Guillaume Schmitt, Eulalie Pierquin (Université de Valenciennes et du Haut Cambresis), Tania Ruiz, Liliane Terrier (Université Paris 8), Daphné Brottet, Karine Comby, Alma Sarmiento, Pascal Cerchiario (Université Paris 1), Vincent Ciciliato, Julien Feyt, Sabrina Biokou-Sellier (Université Jean Monnet, Saint-Étienne).

Discutante : Barbara Glowczewski

11h45 – 12h15 :
L’oucarpo : jeu, critique ou méthode ? Guillaume Monsaingeon (commissaire d’exposition, co-fondateur de l’OUCARPO, Marseille).

Modération de la matinée : Barbara Glowczewski

Pause déjeuner

14h-14h30 :
What if the city were an ocean, and its buildings ships? Tim Ingold (anthropologue, Université d’Aberdeen). Communication.

14h45 – 15h30 :
Intervention de l’équipe de l’IPRAUS, ENSA Paris-Belleville.

15h45 – 16h30 :
Philippe Vasset et Coloco. Conversation.

16h45 – 17h30 :
Thierry Paquot, Gwenola Wagon et Stéphane Degoutin. Conversation, projection.

Modération de l’après-midi : Emeline Bailly

18h : Clôture du colloque et cocktail

Circulations artistiques vers et depuis les mondes arabes, XIXe-XXe siècle, Paris, ENS, 2015-2016

ARTL@S est un projet d’histoire transnationale des arts. Il met à disposition des historiens de l’art une base numérique de catalogues d’expositions partout dans le monde aux 19e et 20e siècles, en privilégiant les approches géographiques, quantitatives et transnationales.

La saison 2015-2016 du séminaire porte sur les circulations artistiques partant des mondes arabes.  Les séances ont lieu les jeudis par quinzaine, de 13h30 à 16h, Salle de l’Institut d’Histoire moderne et contemporaine (École Normale Supérieure, 45 rue d’Ulm, escalier D, 3e étage).

Le programme détaillé des séances est disponible sous ce lien.


Sélection :

26 novembre 2015 : Nabila Oulebsir (Université de Poitiers). Les circulations d’œuvres d’art entre l’Europe et les pays arabes

10 mars 2016 : Fanny Gillet (EHESS). Faire l’histoire de l’art en Algérie au XXe siècle

Figures historiques et mémoire(s) collective(s). De l’usage des héros en contexte colonial et postcolonial, Paris, 25 septembre 2015

Journée d’études organisée par Elara Bertho (Université Paris 3 / Thalim) et Florent Piton (Université Paris 7 / CESSMA).

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-17h30

9h-9h30 Accueil
9h30-11h Pères de la patrie et héros nationaux
11h15-12h15 L’émir Abdelkader : une figure historique et ses mémoires plurielles
14h-15h30 Des mémoires nationales aux mémoires transnationales
15h45-16h45 Mémoires visuelles : les héros en image(s)

Le programme détaillé de la journée est disponible ici.

ECAS 2015, Paris, 8-10 juillet 2015

À l’occasion de la tenue prochaine en Sorbonne de la 6e Conférence européenne des études africaines (6th European Conference on African StudiesECAS), portée par le thème Mobilisations collectives en Afrique. Contestations, résistances et révoltes, voici une sélection de séances portant sur l’Algérie.

Le programme complet de l’évènement est disponible ici.

 

Mercredi 8 juillet, 17h30
Chariet Mounira (Iremam), La langue nationale contestée ? Aux origines de l’enseignement privé en Algérie, dans l’atelier Mobilisations scolaires et contestations en Afrique (Charton Hélène, Guidi Pierre).

Jeudi 9 juillet, 16h
Atelier Industrie pétrolière et indépendance : l’Algérie et la Libye après la décolonisation (Musso Marta, Bini Elisabetta)
• Adjel Sarah, IMAF/Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IRMC
L’influence des réseaux diplomatiques Algériens : entre puissance politique et indépendance énergétique (1956-1978)
• Bini Elisabetta, University of Trieste
Collective Mobilisations in Africa: Contestation, Resistance, Revolt
• Brault Julien, GIDS/Geneva
French Oil Policy and the Algerian War
• Cantoni Roberto, LATTS/IFRIS ; Musso Marta, University of Cambridge
“Our Oil Won’t Feed our Slavery”. Battles around Oil and Pipelines in Wartime Algeria
• Monjour Melina, Université Paris-Sorbonne
Les intérêts pétroliers français en Libye dans les années 1960

Vendredi 10 juillet, 16h
Drew Allison (University of York), Voix autobiographique d’une militante algérienne : l’expérience de Lucette Hadj Ali, dans l’atelier Autobiographies de militantes ou l’écriture de soi comme expression politique (Rillon Ophélie, Monciaud Didier).

Appel à communications – Colloque « Les découpages territoriaux », Tunis, novembre 2015

L’Unité de Recherche Régionalisation et Développement Régional et Urbain de la faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis organise un colloque sur le thème des découpages territoriaux.

Il s’articulera autour de deux axes majeurs, l’un traitant du découpage territorial dans la réflexion des géographes, l’autre du découpage dans la problématique territoriale en Tunisie.

L’argumentaire détaillé du colloque, ainsi que les modalités de soumission de proposition, sont disponibles dans l’appel à communications.
Les propositions sont attendues avant le 25 juillet 2015.

Appel à communications – 3e Rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines, Paris, janvier 2016

Dans la continuité d’une démarche initiée en 2013, la 3e rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Études Africaines (JCEA) aura lieu à Paris les 14, 15 et 16 janvier 2016. Comme lors des éditions précédentes, il s’agira de permettre aux doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s et post-doctorant.e.s de dialoguer autour de leurs travaux portant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises, au croisement de toutes les disciplines. Cet espace d’échanges favorisera un vaste état des lieux des travaux des jeunes chercheur.e.s en cours. Les communications, qui pourront se faire aussi bien en français qu’en anglais, seront articulées autour de vingt-deux panels dont les lignes directrices sont présentées dans l’appel à communication.

Les propositions de communication peuvent être déposées jusqu’au 15 juillet 2015, en ligne, sur la plateforme jcea2016.sciencesconf.org.

Pour une histoire sociale de l’Algérie colonisée, Paris, Centre d’histoire sociale, 2014-2015

Séminaire organisé par Emmanuel Blanchard et Sylvie Thénault avec le soutien du CESDIP (UMR 8183) et du CHS (UMR 8058).

Les séances ont lieu dans la bibliothèque du Centre d’histoire sociale, 9 rue Malher, 6e étage (m° Saint-Paul), un mercredi par mois (deux séances en juin), de 17h30 à 19h30.

Mercredi 15 octobre
Soraya Laribi (U. Paris-Sorbonne), Les disparus d’Algérie après les accords d’Evian : entre problématiques mémorielles et historiques.

Mercredi 12 novembre
Martin Messika (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Politique de la minorité : l’action transnationale des associations juives en Algérie, (1954-1962).

Mercredi 10 décembre
Arthur Asseraf (All Souls College, Université d’Oxford), La guerre italo-turque (1911-1912) en Algérie. Société coloniale et répercussions de l’actualité internationale.

Mercredi 21 janvier
Christian Phéline (Chercheur indépendant, Paris), Maurice L’Admiral (1864-1955) : un « indigénophile » noir au barreau et au conseil municipal d’Alger. Éléments d’une socio-histoire des élites extra-européennes dans le monde colonial.

Mercredi 11 février
Ismail Warscheid (IMAF – EHESS), Que devient l’islam scripturaire en situation coloniale ? Le cas du Touat algérien.

Mercredi 11 mars
Claire Fredj (U. Paris Ouest-Nanterre-IDHES), Écrire l’histoire de la santé en Algérie (XIXe-XXe siècles).

Mercredi 15 avril
Antonin Plarier (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Gardes-forestiers et paysannerie en Algérie à la fin du XIXe siècle : entre dépossession et résistances rurales.

Mercredi 13 mai
Marc André (U. Paris-Sorbonne), Arrières-cours urbaines pour une guérilla : la place des femmes du MNA en métropole.

Mercredi 10 juin
Valentin Chémery (U. Paris 1 – Panthéon Sorbonne), Police et société en Algérie au XIXe siècle.

Mercredi 24 juin
Saddek Benkada (CRASC Oran), Un essai d’analyse spatio-sociologique de la violence politique : le cas d’Oran (1961-1962).