Le propos des commissaires, Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin

Un jour, dans ce passage de la rue Vivienne, à Paris, où se croisent quotidiennement quelques centaines de personnes qui se rendent au département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France ou à l’Institut national d’histoire de l’art pour regarder et étudier des images, notamment des cartes, nous avons parlé de l’actualité de la cartographie, et de son lien avec l’art contemporain. Nous nous disions que si la carte était présente dans les productions artistiques contemporaines avec des œuvres remarquables, comme celles d’Öyvind Fahlström, de Marcel Broodthaers ou, plus près de nous encore, celles de Mark Lombardi, il nous semblait que les œuvres plus récentes, souvent créées par des artistes non européens, pointaient, discutaient l’idée même de tracé cartographique. Les artistes distinguent les frontières, souvent pour les renverser et nous faire penser à un avant de leur existence, à une autre surface oubliée ou à de nouvelles modalités de l’espace géographique. Il se joue là une relecture politique et l’on ne peut envisager la cartographie d’aujourd’hui, des pays dont on a hérité, sans revenir en amont à ce moment qu’a été, au XIXe siècle, le partage du monde par les grandes puissances occidentales devenues ensuite des empires coloniaux. C’est alors qu’est née l’idée de l’exposition « Made in Algeria, généalogie d’un territoire ».

À l’intérieur d’immenses territoires habités, on a tracé des zones d’influence et de gouvernance distinctes qui ont mis à mal la vie et la mobilité de millions de femmes et d’hommes. Et cela, à différentes fins. L’exploitation agricole, économique paraît toujours la plus évidente, mais les territoires coloniaux ont été plus que cela. L’Occident a fabriqué ses propres projections à l’intérieur de ces pays. Nous avons toujours su que le colonialisme était lié à l’appropriation de la terre, à son occupation. Les représentations nées de cette histoire ne servaient qu’à justifier la captation. La pertinence des travaux d’Hélène Blais sur la cartographie nous rappelle combien l’Algérie est l’espace fondamental qui nous permet de comprendre la manière dont on a « dessiné » les espaces coloniaux. Il nous a semblé qu’il fallait montrer cela, une origine cartographique, les premiers traits d’une histoire coloniale française. Née dans les colonies, cette pratique topographique a servi la saisie moderne des espaces du monde. Montrer un début, celui qui inaugurera le « langage commun des territoires », cette construction qui est le propre de notre mondialisation. On a tracé des pays, des territoires en nombre sur le modèle de l’État-nation européen dans des régions qui étaient totalement dépourvues de ce concept, et cela a été fait pour et par une poignée d’États européens. Mais cela s’est toujours effectué sous tension. Nous sommes là à un carrefour étonnant de refondation territoriale qui met à mal le modèle cartographique existant.

Voir la première carte tracée par l’armée française à Sidi-Ferruch le premier jour du débarquement, le 14 juin 1830, c’est lire tout un processus. On pose pied à terre. On fait un plan de l’environnement visuel proche. On tire un trait pour marquer les quelques mètres franchis. On s’installe. On trace à nouveau, on avance et, une fois cela fait, le territoire est à vous. Le procédé, si l’on peut dire, était assez darwinien. Et, de fait, notre regard sur la question l’a été aussi. Il nous fallait présenter des faits cartographiques. De ce point de vue, l’exposition a tenté de maintenir pour cette question une sorte d’exemplarité visuelle. Montrer un processus imparable. Sans cette cartographie (coloniale), il n’y a pas de conquête.

Étonnamment, hier comme aujourd’hui, l’Algérie est un pays «réservé». L’époque moderne, celle qui inaugurait la conquête de nouveaux continents, allait recouvrir dans son élan l’héritage savant de l’Afrique du Nord. Le XVIIIe siècle européen, celui qui s’emparait des terres et en recensait la faune, la flore et les hommes, ne parvenait pas à saisir ce territoire de l’autre rive, comme il le faisait ailleurs. Seules les officines diplomatiques et l’espionnage nourrissaient la science et la surveillance. Consulter une carte européenne des territoires de l’Algérie au XVIIIe siècle, c’est avant tout lire des informations de seconde main. Ce sont des projections, des hypothèses cartographiques qui contrastent avec l’exactitude des cartes marines. Le dessin prime sur l’objectivité scientifique, la courbe de niveau n’existe pas encore. Ce que l’on comprend, c’est que, bien avant la conquête, et cela est lisible sur toutes les cartes d’avant 1830, le rapport entre la France et l’Algérie est belliqueux. Les cartes le disent. Longtemps, ce territoire a été ébauché sur le papier. Cartographié selon des vœux, des attentes, avant même d’être connu, parcouru et vécu. Cette construction de représentations, nous la retrouvons à quelques variantes près dans de nombreux recueils cartographiques européens. La carte, surface plane, se fait espace téléologique, paradis à saisir. Paysage immense que tout un chacun peut dominer d’un regard. Le territoire y est étendu et l’illimité du lieu donne envie.

Dès que l’on aborde l’histoire de la colonisation française, on découvre à quel point, pour la France, le territoire de l’Algérie a été un laboratoire majeur. Que l’on se penche sur l’agriculture, la botanique, l’urbanisme, l’architecture, la législation, le tourisme, les arts, la littérature, le cinéma, la photographie, l’archéologie romaine ou chrétienne, la cartographie, le folklore, l’imagerie, l’administration, la fiscalité, les lois d’exception, les lois de peuplement, les codes indigènes, la déforestation, l’écologie, la géologie, l’hydraulique, les réseaux routiers, le système cadastral, la nationalité française, la citoyenneté, les expériences médicales, l’orientalisme, on observe que l’Algérie n’a eu de cesse d’être le lieu expérimental qui permettra d’innover dans tous ces domaines et dans bien d’autres, comme ceux de la surveillance des populations, des expériences culturelles, sociales, juridiques, politiques et économiques qui façonneront la France.

Laboratoire de la modernité française, l’Algérie aura aussi été son miroir intemporel. Rarement un territoire colonial aura été si matriciel. Jusqu’à son paysage qui en de nombreux endroits, comme dans l’Oranais et le Constantinois, a été modelé à l’image de ce que deviendra le paysage rural français remembré. « Made in Algeria, généalogie d’un territoire », c’est une manière de dire la France d’aujourd’hui. Comment cette dernière a tenté, en un siècle qui y était disposé, de fossiliser ailleurs son empreinte. Cette histoire, il nous faut la déployer, la comprendre et ne plus occulter son importance pour l’identité contemporaine de la France. Il serait bon de s’interroger sur ce ressort qu’est la perte des colonies dans l’inconscient français. Durant des décennies, d’immenses étendues ont été des espaces de projection idéalisés pour toutes les enfances françaises. Puis cela a brutalement cessé. L’empire colonial français a disparu au profit de l’Hexagone. Rapidement tout s’est réduit. On ne peut pas dire que cette perte ait été compensée par un travail à la hauteur de ce que cette altération a causé comme effet à long terme et comme ressentiment. Il ne faut donc pas s’étonner que ne nous parvienne pas non plus la recherche qui tente d’évaluer positivement ce que l’Algérie a produit depuis 1962.

« Made in Algeria, généalogie d’un territoire », c’est l’idée de la marque de fabrique. Du pays d’origine. À un moment de l’histoire coloniale, les fruits, le tabac, les boissons, l’alcool, le vin présents sur les tables d’Europe provenaient d’Algérie. Ce territoire a constitué l’usine alimentaire de l’Europe et les Algériens ont été ses employés agricoles. De Bastos à Orangina en passant par l’anisette, ces produits, ces marques et leurs dérivés provenaient d’Algérie. Il en est de même pour le développement intra-muros des villes et de leurs banlieues en France. Les territoires coloniaux ont été les laboratoires de l’architecture urbaine qui, plus tard, s’est déployée dans les zones périphériques françaises. De nombreux architectes ont exercé leur talent en Algérie – certains allant jusqu’à projeter l’éradication généralisée de l’habitat existant. L’architecture de la ville d’Alger était organique. Pour schématiser, l’on peut dire que, si l’on défait un mur ou si l’on ferme une ouverture, la ville s’effondre. Alger a été détruite très rapidement. Il faut lire les travaux sur le sujet de François Dumasy. Après 1830, en une décennie il ne reste plus grand-chose de la ville telle que les militaires français l’ont découverte puis transformée. Après cela, on réinvente Alger. On rase, on détruit, on recouvre, tout en laissant quelques traces du passé et l’on tente une aventure architecturale incroyablement trompeuse, mais d’une efficacité et d’une séduction redoutables. Cette innovation, l’architecture coloniale, capte toutes les attentions aujourd’hui. On peut penser qu’elle occulte évidemment ce qui a été effacé. Et si un mauvais esprit fait le pari de croire que le temps reléguera à jamais la possibilité de penser ce qui a été effacé, il se trompe. De ce point de vue, l’aventure cartographique nous rappelle que l’espace blanc n’est pas un espace vierge.

« Made in Algeria, généalogie d’un territoire » est une exposition d’art qui s’appuie sur la qualité esthétique d’objets visuels pour rendre compte d’une histoire des mentalités. Faire entrer un objet matériel comme la carte dans un régime de distinction qui est celui de l’art, c’est créer les conditions de lecture de l’objet, c’est dire qu’à l’intérieur de la carte « ça pense » ; donner à voir cette autonomie, c’est inscrire la carte dans une pratique moderne de la visualité. Et si l’on est soucieux de pédagogie, de transmission et si l’on a le goût de la chose publique, il est certain que l’on trouvera toujours dans le patrimoine de nos bibliothèques les objets supports qui ont précédé l’aventure moderne. Il faut au moins partir de là et regarder ce qu’ils ont fait advenir. C’est ce continuum, ce formalisme qui nous ont guidés dans notre volonté de traiter de l’histoire coloniale par l’étude de la carte sous ses aspects militaire, cadastral, routier, commercial et touristique. Les œuvres picturales présentes dans l’exposition s’inscrivent elles aussi dans ce schéma. Elles participent d’un même régime esthétique. La peinture exposée montre des espaces vides. Des étendues immenses et bien souvent inhabitées. Espaces de projection encore. Il est évident que nous ne pouvions pas ignorer pour autant que, si nous convoquions la subjectivité cartographique produite par le monde européen, et plus précisément par les différents régimes politiques français qui ont participé à la conquête, il manquerait à notre démarche le regard d’en face. Les archives sont françaises. La place donnée à l’art contemporain dans cette exposition est celle qui permet aujourd’hui de tenter de produire un contrechamp. Une voix autre. Une narration qui perturbe le récit de l’Empire. Les artistes dont les œuvres sont présentées dans l’exposition avaient déjà, il est vrai, pour la plupart, un rapport avec l’Algérie par leurs travaux. Mais l’on peut dire qu’un certain nombre avait chez eux des documents, des archives et des idées d’œuvres « en attente d’expression ». L’exposition est venue à eux comme contenant. Une promesse de vie en commun.

Zahia Rahmani & Jean-Yves Sarazin,  « Le propos des commissaires », extrait du catalogue de l’exposition Made in Algeria. Généalogie d’un territoire, sous la direction de Zahia Rahmani et Jean-Yves Sarazin, Hazan/MuCEM, 2016
avec des textes de Nacéra Benseddik, Hélène Blais, Daho Djerbal, François Dumasy, Nadira Laggoune, Zahia Rahmani, Jean-Yves Sarazin, Nicolas Schaub, Todd Shepard, Fouad Soufi et Sylvie Thénault.

Vous pouvez feuilleter les premières pages du catalogue sous ce lien.

Illustration : Carte des Confréries d’après la Carte de l’Algérie indiquant la situation, l’importance numérique et la marche des ordres religieux musulmans dressée au service central des Affaires indigènes, par les capitaine Henri Bissuel et commandant Louis Rinn en 1884, Anonyme, Alger, vers 1930, carte manuscrite colorée, Les Glycines, centre d’études diocésain, Alger


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *