Salle 3 – Vue de loin; L’intérieur se précise

Vue de loin
L’intérieur se précise

À partir du XVIIIe siècle, les cartes traduisent une vue maîtrisée du territoire. Si les imprécisions perdurent pour décrire les terres intérieures, la frange maritime avec son trait de côte et son littoral est, en revanche, particulièrement bien appréhendée à la fin du siècle. L’innovation cartographique dans la représentation maritime constitue un préalable à l’amélioration de la navigation civile et militaire. Les bateaux chargés de marchandises partent d’Alger, d’Oran, de La Calle en direction de tous les ports de la Méditerranée. Naviguant ou marin sans expérience utilisent ces nouveaux outils de navigation. Pour l’intérieur des terres, le traité de géographie du savant et aumônier anglais Thomas Shaw, paru à Oxford en 1738 marquera tous les travaux jusqu’en 1830. De même, les notes précieuses prises par l’espion Vincent-Yves Boutin en 1808, secrètement conservées par les militaires au Dépôt de la Guerre, sont déterminantes au moment du débarquement de l’armée française en Algérie en 1830.

Reinier et losua Ottens, Nouvelle carte du royaume d’Alger divisée en toutes ses provinces, Amsterdam, vers 1750, carte gravée, 56,2 X 67 cm.  Bibliothèque nationale de France © Société de géographie

Au milieu du XVIIIe siècle paraît à Amsterdam une nouvelle carte de l’Afrique du Nord montrant le royaume d’Alger et ses cinq provinces : Tremicen (Tlemcen), Tenez (Ténès), Alger, Bougie (Béjaïa) et Constantine. Si la géographie des territoires est aussi fautive que celle de la carte du Français Sanson d’Abbeville un siècle plus tôt, les auteurs innovent en la truffant de commentaires féconds pris dans les récits de voyageurs ou les traités de géographes.

Vincent Yves Boutin, Reconnaissance générale d’Alger faite en 1808, 1808, carte manuscrite, 67 X 99 cm.  Vincennes, Service historique de la Défense, GR 6 M, T.20.6.B.189 (1). © Service historique de la Défense

Dix ans après son expédition d’Egypte, le général Bonaparte devenu empereur songe à prendre pied en Algérie. Il commande à son ministre de la Marine une note sur la ville d’Alger et ses alentours. Ce rapport secret est fourni par Vincent Yves Boutin, ingénieur des mines, et remarquable observateur de la géographie des lieux visités. Il parcourt la ville de mai à juillet 1808, le livre de Shaw en main, et identifie Sidi-Ferruch comme l’unique lieu possible de débarquement pour un corps expéditionnaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *