Salle 1 – Made in Algeria

L’Algérie a connu de nombreuses civilisations. Dans l’antiquité, l’Afrique du Nord relève en grande partie du royaume de Numidie. Le territoire joue un rôle important sous l’Empire romain, puis chrétien et musulman où les populations locales connaissent l’apport de nombreuses migrations. Pendant longtemps, les cartes ne désignent pas le littoral de l’Algérie comme une zone étrangère au monde européen. Avec la chute de Grenade en 1492 et l’expulsion des maures d’Espagne vers l’Afrique du nord, une relation belliqueuse s’instaure entre les états d’Occident et le royaume de Tlemcen puis celui de la Régence ottomane d’Alger de 1515 à 1830. Le nom de Barbarie ou de Berberie/Berberia remplace alors les termes de Mauritanie et de Numidie qui désignent le nord du continent africain sur les cartes. L’Algérie est bordée par un littoral de plus de 1600 km que dominent d’est en ouest les pentes de l’Atlas tellien avec ses hauts plateaux et plaines creuses, jusqu’à sa frontière naturelle, l’Atlas saharien. C’est le plus grand pays d’Afrique. L’exposition montre comment s’est effectuée sur plusieurs décennies la délimitation cartographique de ce territoire.

Nicolas Berlinguero, Plano y Perfil de la Ciudad, y Bahia de Argel, 1775, carte manuscrite, 49,8 X 71 cm. Bibliothèque nationale de France © BnF

Dans le courant du XVIIIe siècle, les nations européennes, Espagne, Provinces Unies des Pays-Bas, Royaume-Uni et France, s’intéressent sous un prétexte économique aux Régences ottomanes de l’Afrique du Nord. Ce beau document manuscrit complexe, associant au plan de la baie d’Alger son profil depuis un point de vue situé au large, aurait dû être diffusé par la gravure afin que les marins s’approprient davantage le littoral et naviguent sans risque.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *