L’espace public au regard des pratiques sociales dans les villes du Sud, Paris, 20 novembre 2015

Journée d’études organisée par Chantal Chanson-Jabeur, Marianne Morange, Francesca Pilo’ et Amandine Spire
Laboratoire CESSMA – Groupes AOI et GREMAMO

Université Paris 7 Denis Diderot
site Olympe de Gouges, salle 870, 9h-18h

Le programme détaillé de la journée est disponible sous ce lien.

La matinée verra notamment l’intervention d’Anissa Bouayed (MuCEM/CESSMA), pour Ordres et désordres symboliques dans la ville d’Alger, de l’Indépendance à nos jours : le cas des arts visuels.

Alger, capitale coloniale, avait été dotée dès la conquête en 1830 d’un ensemble de formes artistiques (statues, monuments) installées dans l’espace public, qui en marquaient le parcours symbolique, régulièrement enrichi au cours de la période coloniale. « Décoloniser » l’espace public a donc été un enjeu majeur qui prit différentes modalités, du changement de nom des rues au déboulonnage de certaines statues. Dans le contexte de l’Algérie, la part de l’Etat a été dominante dans cette réappropriation de l’espace public, et les artistes ont souvent suivi les injonctions du politique. Cette réappropriation n’est pas seulement une réponse face au passé mais par les nouvelles formes mises en avant (statuaire, monuments commémoratifs, stèles), par les lieux dédiés à leur implantation, produisent du sens et peuvent être considérées comme de nouvelles formations discursives émanant de cet art officiel qui marque désormais l’espace de la ville et participe à sa mise en ordre. Cette communication voudrait saisir les formes de transaction et de négociation des artistes face au politique, leur part d’autonomie et leurs modalités d’action pour intervenir dans cet espace en fonction de leur propre stratégie individeulle ou collective d’artistes ou de citoyens. Après avoir montré les lignes de force de la première période qui suit l’Indépendance, où la majorité des artistes adhère à l’idée de « construction de la cutlure nationale », l’intervention propose de s’interroger sur cette relation à l’espace public à deux moments. Premier moment de rupture : lors de la crise politique de 1988, quelles furent les pratiques sociales des artistes, assassinés ou quittant le pays sous les menaces au cours de la « décennie noire »?  Deuxième moment : depuis la fin des années 1990, au cours de la période qui suit le retour à une certaine « normalisation », après une décennie où être artiste constituait un danger des plus sérieux, comment firent-ils pour redevenir visibles ou intervenir dans l’espace public, y compris pour en contester l’ordre?

 

Image : Alger, Monuments aux Morts, Charles Bigonet et Paul Landowski, érigé en 1928, recouvert de béton en 1978 (carte postale ancienne)

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *