Appel à contribution, AntiAtlas Journal n°03 : Fragiles frontières, jusqu’au 1er octobre 2016

Ce numéro de l’antiAtlas Journal s’intéressera aux frontières marquées par la violence des conflits armés («rébellion», «terrorisme», «post-conflit», voisinage avec des «zones de conflit»…). L’État s’y trouve localement défié, dans son monopole d’exercice et de délégation de la violence, par des groupes armés se réclamant de nouvelles frontières, religieuses pour redéfinir des espaces théocratiques ou des proximités culturelles pour substituer au territoire national existant des territoires plus ou moins autonomes. Zones parcourues voire partiellement gouvernées par des groupes armés non étatiques, certaines frontières deviennent ainsi «fragiles», sans pour autant que les États perdent leur souveraineté sur le reste de leur territoire ou sur d’autres points frontières. Cette fragilité va de l’abandon de la frontière par tous les appareils d’État à la contrainte imposée par les populations aux fonctionnaires de négocier leur présence en frontière, en passant par une gouvernance de la frontière où tous les appareils civils d’État sont placés sous une autorité militaire, nationale ou internationale. En dépit de leur fragilité, ces frontières continuent d’assurer leur fonction locale de ressource politique, économique et symbolique. Même si les modalités de circulation changent, des marchandises légales et illégales et des personnes continuent de franchir les frontières, de façon plus ou moins formelle. La violence en frontière a ceci de paradoxal qu’elle crée une situation de crise mais ne doit pas être un facteur de blocage des flux, en particulier marchands, au risque de créer un désert économique et d’affaiblir ainsi la crédibilité politique des groupes armés dans leur prétention à gouverner donc à assurer la sécurité des échanges et des mouvements transfrontaliers.

[Lire la suite].


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *